Esquisses Les Afriques dans le monde

De la bibliothèque coloniale aux premières littératures africaines. Exposer les littératures dans les Archives nationales d’outre-mer

Elara Bertho, Cécile van den Avenne et Catherine Mazauric. Quel rôle a joué la littérature dans la formation d’imaginaires coloniaux ? A-t-elle agi également comme contre-pouvoir ? Comment littérature et histoire peuvent-elles dialoguer ? Comment retrouver des « voix » africaines au sein des archives coloniales ? C’est à toutes ces questions que s’affronte l’exposition accueillie par les Archives nationales d’outre-mer, du 21 septembre au 21 novembre 2019.

Etat du Delta: une raffinerie illégale de pétrole « bunkérisé » à Isaba. © Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Au-delà des stéréotypes : la culture politique du pétrole et l’État en Afrique

Marc-Antoine Pérouse de Montclos. La relation entre la production pétrolière, l’État et le citoyen en Afrique souffre d’idées reçues. La plupart des États africains sont devenus des acteurs matures de la production pétrolière : les rapports de force ont en effet considérablement évolué, et l’économie politique d’un monde global oblige à renouveler les cadres analytiques des théories dépendantistes des années 1970. Un retour sur l’expérience du Nigeria, articulé à une critique de la théorie de la malédiction des ressources, offre des pistes de recherches sur cette question.

Kiosque Orange Money à Dakar, Sénégal

Usages des téléphones portables en Afrique de l’Ouest : le point de vue d’Orange sur un partenariat de recherche public/privé

Marie-Victoire Comet et Kevin Mellet. Un partenariat entre le département de la recherche d’Orange et le LAM est en cours depuis 2016 autour des questions concernant les usages professionnels du téléphone mobile dans l’économie informelle ouest-africaine. Marie-Victoire Comet (chargée de projets stratégiques chez Orange Money) et Kevin Mellet (sociologue au département de sciences sociales d’Orange Labs – Sense) évoquent les enjeux de ce partenariat pour Orange et donnent leur point de vue sur les spécificités d’un tel marché, notamment au regard du mobile money.

Communication politique en ligne au Mozambique : vers un renouvellement des stratégies ?

Dércio Tsandzana. En octobre 2018, le Mozambique a réalisé ses cinquièmes élections municipales. De juillet à octobre, j’y ai observé la campagne électorale puis les élections, procédant à une ethnographie du virtuel, c’est-à-dire une étude des populations et des pratiques sur l’Internet : chats, forums de discussions, sites internet, blogs, réseaux sociaux et mondes virtuels.

Quand Ngũgĩ rentre à Nairobi

Maëline Le Lay. Ngugi wa Thiong’o, célèbre écrivain kényan, en exil depuis longtemps, est de retour à Nairobi. Lors du lancement de son nouveau livre au National Theatre, il a donné une conférence remarquable à forte charge historique.

Pratiques numériques dans le secteur informel en Afrique de l’Ouest

Jean-Philippe Berrou. Depuis 2016 une collaboration est engagée entre le LAM et le département de la recherche d’Orange en sciences sociales. Cette collaboration vise à approfondir la connaissance des pratiques numériques des petits entrepreneurs du secteur informel de Dakar. Jean-Philippe Berrou, qui coordonne ces projets, nous présente ses objectifs, quelques résultats et la manière dont ils s’inscrivent dans les débats contemporains sur le rôle des TIC dans le développement.

Portrait of Frantz Fanon (1925-1961)

Frantz Fanon et la décolonisation des savoirs

Matthieu Renault. Le discours de Fanon est gouverné par un double mouvement de rupture et de répétition, de décentrement et de traduction, de déprise et de reprise de théories nées en Europe. Ces théories se voient littéralement transformées en vertu de leur réappropriation et relocalisation d’un point de vue anticolonial. Fanon donne lieu, ainsi, à une phénoménologie postcoloniale qui demeure unique en son genre.

L’apport multiple des usages des TIC par les femmes: sciences, care...

Le genre institutionnalisé, une machine antipolitique ?

Joëlle Palmieri. En Afrique du Sud et au Sénégal, les mécanismes d’institutionnalisation du genre se sont multipliés. Les politiques nationales, soutenues à l’international, ont eu des impacts directs sur les mobilisations des organisations de femmes ou féministes, qui ont eu à choisir entre alliance et rupture avec les institutions gouvernementales.