Colonisation et domination des corps : comment dépasser une conception publicitaire de l’histoire

Moussa Kalapo : Métaphore du temps, 2015. © Moussa John Kalapo. Voir :
https://www.moussakalapo.com

Cette page fait suite à la tenue d’un séminaire de recherche organisé à l’IEP de Bordeaux le 29 mars 2019 par L’atelier Genre (LAM-CED) sur les problèmes scientifiques, éditoriaux et politiques posés par l’ouvrage Sexe, race & colonies (éditions La Découverte, septembre 2018). Cette réflexion critique a été ouverte suite aux polémiques suscitées par cette publication à l’automne dernier et dans le contexte local de la venue de l’exposition liée à la promotion de l’ouvrage dans les locaux de l’IEP de Bordeaux le 1er avril 2019. Nous nous démarquons de cette initiative promotionnelle que nous contestons.

Par une série de contributions diverses (certaines déjà parues, d’autres encore à venir), un collectif de chercheur·e·s, réuni à l’initiative de membres du LAM, poursuit deux objectifs :

  • Il s’agit d’une part de décrypter la supercherie de l’entreprise commerciale de l’Association Connaissance de l’Histoire de l’Afrique Contemporaine (ACHAC) dont l’ouvrage Sexe, race et colonies ne fait que reproduire sans l’analyser la pornographie coloniale.
  • Il s’agit surtout de proposer des alternatives pour l’analyse des sexualités dans le monde colonial.

Cette page a vocation à être enrichie et actualisée dans les semaines à venir. Si vous souhaitez y contribuer, n’hésitez pas à contacter l’équipe du carnet (esquisses-lam@services.cnrs.fr).

Les noms des soutiens sont à retrouver au bas de ce billet.

Pour l’heure, nous vous proposons les premiers liens suivants.

Laurent Fourchard, « Sur les travers d’une entreprise mémorielle. À propos de BLANCHARD (Pascal), BANCEL (Nicolas), BOËTSCH (Gilles), THOMAS (Dominic) et TARAUD (Christelle) (dir.), Sexe, race et colonies. La domination des corps du xve siècle à nos jours, Paris, La Découverte, 2018. »
Politique africaine, n° 152, décembre 2018, p. 165-175.

Extrait :

L’ouvrage de l’ACHAC ne s’adosse pas au travail requis, au regard du champ scientifique dans lequel il prétend se situer. Sexe, race et colonies incarne les dérives d’une entreprise mémorielle : il n’y a aucune interrogation critique sur le corpus de sources, une imposition des images à des textes écrits par des auteurs sans les consulter au préalable et l’exploitation d’une iconographique coloniale sans en critiquer les dispositifs.

Lien à venir sur https://www.cairn.info/revue-politique-africaine.htm
Télécharger le compte rendu au format PDF.

Laurence de Cock, « L’Achac et la transmission du passé colonial : stratégies entrepreneuriales et culturalisation de la question immigrée dans la mémoire nationale. » Cultures & Conflits, 2017/3, n° 107, pp. 105-121.

Extrait :

L’angle proposé par l’Achac relève d’une sorte de thérapie mémorielle et repose sur l’idée qu’une meilleure transmission du passé colonial apaiserait la société en retraçant l’origine historique du racisme et en contribuant à une politique de la reconnaissance des populations héritières de l’immigration coloniale et postcoloniale. Leur propos est fondé sur le postulat de la mise en place d’une « culture coloniale » uniquement définie par le prisme des représentations des colonisés par les colonisateurs qu’ils appréhendent par l’inventaire et l’analyse de sources de propagande dont se dégage une multitude de stéréotypes coloniaux. Ce faisant, ils nourrissent la catégorisation de l’immigré par le prisme de son appartenance culturelle, en l’occurrence, descendant de colonisés.

https://www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits-2017-3-page-105.htm
DOI : 10.4000/conflits.19563

Kaoutar Harchi, « Quand l’art est l’autre nom de la violence. » Le Nouveau Magazine littéraire, 10 octobre 2018.

Extrait :

J’ai participé, comme près d’une centaine de collègues chercheur.e.s, à l’ouvrage collectif Sexe, race & colonies. De la domination des corps du XVe siècle à nos jours, dirigé par Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Dominic Thomas et Christelle Taraud. En recevant le volume, il y a quelques jours de cela, j’ai découvert les photographies qui illustrent mes deux contributions. Ainsi, à ma notice « La photographie commerciale : typification raciale et sexualisation coloniale », a été associée l’image d’une femme nue, mains dans le dos, poignets et chevilles ligotés, les seins rendus proéminents par un cordage enserrant le buste. Si ma notice s’attache à décrire le système social de production et de diffusion de la pratique photographique en situation coloniale, elle ignore malheureusement, et pourrais-je dire redouble, le malheur de la femme photographiée, dite « Fatma » – sans que ce soit là son véritable prénom – selon le titre de la photographie « Fatma au mur ». Pour ne pas réitérer cette violence, je souhaiterais proposer, ici, une lecture approfondie de ladite photographie.

https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/idees/fatma-au-mur-quand-art-autre-nom-violence

Lotte Arndt, « Une mission de sauvetage : Exhibitions. L’invention du sauvage au musée du quai Branly. », Mouvements, 2012/4, n° 72, pp. 120-130 (DOI : 10.3917/mouv.072.0120).

Il s’agit du compte rendu de Lotte Arndt à propos de l’exposition Exhibitions. L’invention du sauvage présentée du 29 novembre 2011 au 3 juin 2012 au musée du Quai Branly à Paris et dont Pascal Blanchard fut l’un des commissaires d’exposition.

En manquant d’interroger les exclusions spécifiques à la lumière des différences de paradigmes, d’acteurs, de formes d’exposition et de public visé, Exhibitions aplanit des phénomènes polyformes et multidimensionnels.
En interprétant le présent comme une filiation directe du passé, les analyses participent à une conception sédimentée de l’histoire, dans laquelle, le passé semble éterniser le présent.
Le silence sur les scientifiques, les producteurs et les consommateurs des spectacles se prolonge dans la remarquable absence de références au lieu de l’exposition – le musée du quai Branly.
En quête de « décoloniser le regard que l’Occident porte sur l’Autre », l’exposition Exhibitions reproduit dans une bonne mesure ce qu’elle dénonce.

https://doi.org/10.3917/mouv.072.0120

Marie-Anne Paveau « “Sexe, race et colonies”. Lecture matérielle »

Série de trois billets sur le carnet La pensée du discours :

***

Pour une lecture attentive au contexte de production, de circulation et d’interprétation de corpus iconographiques, voir Fotota, un carnet dédié aux enjeux de la recherche sur la photographie en Afrique: fotota.hypotheses.org. Fotota est rédigé par Érika Nimis et Marian Nur Goni.

Pour une dénonciation des entreprises sexistes dans le monde de l’art, voir le collectif féministe américain Guerilla Girls: https://www.guerrillagirls.com/our-story

Les soutiens


LAM : Les Afriques dans le monde, CNRS – Sciences Po Bordeaux ; CED : Centre Émile Durkheim, CNRS – Sciences Po Bordeaux – Université de Bordeaux ; CERI : Centre de recherche internationales, CNRS – Sciences Po ; Imaf : Institut des mondes africains ; IRD : Institut de recherche pour le développement

Amselle Jean-Loup (EHESS)

Berrou Jean-Philippe (LAM)

Bertho Elara (LAM)

Buire Chloé (LAM)

Charton Hélène (LAM)

Della Sudda Magali (CED)

Delori Mathias (CED)

Deslaurier Christine (IRD /Imaf)

Doquet Anne (LAM/Imaf)

Foucher Vincent (LAM)

Fourchard Laurent (LAM/CERI)

Gaulier Armelle (LAM)

Hofmann Elisabeth (LAM)

Lozère Christelle (Laboratoire caribéen de sciences sociales – Université des Antilles)

Marius Kamala (LAM)

Martin Denis-Constant (LAM)

Nur Goni Marian (post-doctorante, Musée du quai Branly-Jacques Chirac)

Palmieri Joëlle (LAM)

Rillon Ophélie (LAM)

Spiesse Emmanuelle (LAM)

Tinturier Zoé (LAM)

A lady painting and decorating her face during Chale Wote Street Art Festival. Auteur: Noah Alorwu. Voir l’image originale



Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Mille bravos pour votre initiative!

  2. LOZERE CHRISTELLE dit :

    Depuis des années, les travaux de l’ACHAC réactivent à grande échelle les stéréotypes raciaux, sous prétexte de les condamner et de les déconstruire, par des analyses souvent orientées et une iconographie choisie, et cela, d’abord, dans un but lucratif et événementiel avant d’être universitaire. Ils utilisent les mêmes stratégies élaborées au XIXe siècle (et qu’ils connaissent forts bien, car c’est le cœur de leurs travaux) : la vulgarisation des discours en privilégiant la mise en scène d’images sensationnelles pour toucher un maximum le public (surtout pour vendre des livres), l’utilisation des médias pour diffuser un concept déjà ancien et bien huilé, la décentralisation de ce discours sous forme d’expositions pédagogiques ambulantes, films documentaires, etc. L’ACHAC n’a plus de limites. C’est inacceptable et gravissime pour la recherche.

  1. 09/09/2019

    […] des points de vue de chercheurs sur des débats et des questions d’actualité comme la publication du livre Sexe, race & colonies ou encore sur le sujet de la décolonisation des savoirs (à partir de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.