De la bibliothèque coloniale aux premières littératures africaines. Exposer les littératures dans les Archives nationales d’outre-mer

Ousmane Socé, Karim. Roman sénégalais. Paris, Imprimerie M. Puyfourcat, 1934. détail de la page de titre.  Exemplaire conservé aux Archives nationales d’outre-mer.

Par Elara Bertho, Cécile van den Avenne et Catherine Mazauric.

Quel rôle a joué la littérature dans la formation d’imaginaires coloniaux ? A-t-elle agi également comme contre-pouvoir ? Comment littérature et histoire peuvent-elles dialoguer ? Comment retrouver des « voix » africaines au sein des archives coloniales ?

C’est à toutes ces questions que s’affronte l’exposition accueillie par les Archives nationales d’outre-mer (Anom), à Aix-en-Provence, du 21 septembre au 21 novembre 2019. Ce billet en est une première exploration virtuelle, qui sera amenée à être complétée pour proposer à terme une exposition numérique intégrale.

Conçue comme un vaste panorama, allant de ce que Valentin Yves Mudimbe a appelé la « Bibliothèque coloniale »[1] jusqu’aux premières littératures africaines de langue française, l’exposition vise à mettre en valeur la littérature au sein du vaste fonds des Anom et tout particulièrement celui de l’École nationale de France d’outre-mer.

L’exposition se veut davantage une exploration des fonds qu’un parcours exhaustif. Elle propose un trajet en sept étapes, qui sont autant de points d’entrée dans les archives :

  1. Bibliothèque coloniale ;
  2. Littérature et fabrication de savoirs à l’École Coloniale ;
  3. Bibliothèque coloniale et réponses africaines : Sanderval et Monénembo ;
  4. Samory Touré ;
  5. Une femme écrivain : Madeleine de Lyée de Belleau ;
  6. René Maran et « Le véritable roman nègre » ;
  7. Premiers écrivains africains de langue française ;

Par ces quelques entrées, il s’agit de donner à voir la littérature dans une exposition et donc de rendre visible la diversité des écrits ayant circulé au XIXe et au XXe siècle. Nous avons donc privilégié la variation des supports : journaux, livres, calepins, revues, manuscrits, tapuscrits… Nous avons également voulu mettre en avant la diversité du fonds des Anom, et notamment l’extrême richesse que pouvaient recéler certains fonds privés : le carton de Madeleine Lyée de Belleau est un bon exemple de cette multitude de matériaux, puisque l’on y trouve tout à la fois des gouaches, des revues illustrées dans lesquelles elle a publié, des lettres ou encore des manuscrits de récits inédits.

Enfin, nous avons tenté de retrouver des « voix africaines » à l’intérieur des Archives coloniales, en les utilisant à « rebrousse-poil »[2], et nous avons ainsi présenté des correspondances en arabe avec l’administration française, des premiers textes d’écrivains en version tapuscrite, ou encore des éditions originales de classiques (comme celui de Force-bonté par exemple, de Bakary Diallo).

Conçue un partenariat étroit avec les Anom, cette exposition se veut avant tout un appel à croiser les disciplines, entre littérature, linguistique et histoire.

Les textes suivants reprennent le contenu du livret de l’exposition, disponible au format PDF sur HAL-SHS.

1. Bibliothèque coloniale

Robert Delavignette, Les paysans noirs. Récit soudanais en douze mois. Stock, Paris 1931.

Le philosophe et écrivain américano-congolais V.Y. Mudimbe a désigné par l’expression « bibliothèque coloniale » un ensemble textuel produit en Occident représentant l’Afrique et les Africains et qui a servi de base à la production d’un savoir théorique mais également pratique sur cette partie du monde. Les Anom accueillent le fonds de la bibliothèque de l’École coloniale (devenue ensuite, à partir de 1934, l’Enfom, École nationale de la France d’outre-mer), qui à partir de 1889, date de sa création, forme les fonctionnaires appelés à travailler dans l’administration coloniale dans les différents pays de l’Empire français. Dans cette bibliothèque, de nombreux romans, qui ne sont pas simplement lus comme des lectures de divertissement, mais, parce qu’ils sont écrits par des écrivains informés des réalités coloniales (et notamment parce qu’ils sont pour certains des fonctionnaires coloniaux), comme des textes proposant un savoir sur les sociétés africaines. C’est particulièrement le cas des écrits de Robert Randau (1873-1950), de son vrai nom Robert Arnaud, écrivain et administrateur colonial, auteur de plus d’une vingtaine de romans, ayant pour cadre l’Algérie (où il est né, a commencé sa carrière, et où il a fini sa vie) ou le Soudan français (où il fut en poste de nombreuses années) ; ou bien du célèbre Paysans noirs, de Robert Delavignette, roman ethnographique et d’action, dont le narrateur est un administrateur colonial d’une région de Haute-Volta, qui doit beaucoup à Delavignette (1897-1976) lui-même, qui fit une carrière en Afrique-Occidentale française avant de devenir directeur de l’École nationale de la France d’outre-mer (Enfom) en 1937.

Mais la bibliothèque coloniale a aussi une influence directe sur certaines productions littéraires africaines post-coloniales. Le roman de l’écrivain ivoirien Amadou Koné (né en 1953), intitulé Jusqu’au seuil de l’irréel (1976), est une réponse aux Paysans noirs de Robert Delavignette, faisant du commandant français un personnage pris sous un regard africain. Les Anom conservent dans leur fonds un tapuscrit de ce roman que nous présentons ici.

2. Littérature et fabrication de savoirs à l’École coloniale

André Demaison, Diato. Histoire de l’homme qui eut trois femmes et en mourut. Paris, Le Livre moderne illustré, 1930.

Le concours d’entrée à l’Enfom comporte plusieurs dissertations, en histoire, géographie mais aussi en littérature française. Les cours dispensés ensuite à l’Enfom font une place importante aux sciences humaines et à la culture générale, à côté d’enseignements plus techniques, en droit, comptabilité, hygiène, médecine coloniale et cours de « colonisation comparée ». Les élèves doivent rédiger un mémoire de fin d’étude, et l’ensemble de ces mémoires sont disponibles dans les fonds de l’École coloniale disponible aux Anom. Un nombre non négligeable d’entre eux témoigne du fait que la littérature pouvait être une source importante de fabrication de savoir sur les peuples colonisés, comme le montrent ceux qui sont présentés ici, utilisant avec valeur de document ethnographique certains romans d’André Demaison (1883-1956). Figure importante de la littérature coloniale, des années 1920-1950, il rédigea également le guide de l’exposition coloniale de Paris de 1931. L’importance de la « psychologie » dans ces mémoires de fin d’étude est due au cours mis en place par Georges Hardy (1884-1972), intitulé « psychologie appliquée à la colonisation », et qui avait pour but de « persuader aux futurs administrateurs qu’ils sont en face d’hommes n’ayant pas la même mentalité qu’eux », pour éviter tout malentendu interculturel. La littérature, écrite par des Européens ayant séjourné en Afrique semble avoir été une source particulièrement importante pour tenter de cerner cette « psychologie indigène ».

Jusque dans les années 1930, paradoxalement, on désigne par « littérature africaine » essentiellement une littérature écrite par des Européens ayant séjourné en Afrique, comme en témoigne l’anthologie de Roland Lebel. Le seul Africain présent dans cet ouvrage est Bakary Diallo (1892-1978), écrivain sénégalais, ayant écrit en français et en peul, sa langue natale, dont a paru en 1926 son récit Force-Bonté, relatant son expérience de la Première Guerre mondiale.

Henri Gaden

Henri Gaden, Proverbes et maximes peuls. Paris, Institut d’ethnologie, 1931.

Henri Gaden (1867-1939), militaire (il participe à la capture de Samory Touré en 1898), devient après la Première Guerre mondiale lieutenant-gouverneur de la Mauritanie, jusqu’à sa retraite en 1926. Fin connaisseur de la langue peule, dont il est l’un des premiers spécialistes reconnus, il continuera à vivre au Sénégal après sa retraite et se consacrera à des études de linguistique et d’ethnologie sur la culture peule. Son livre Proverbes et maximes peuls et toucouleurs, publié en 1931, présent dans la bibliothèque de l’Enfom et donc proposé à la lecture des élèves futurs fonctionnaires coloniaux, est un travail d’ethnolinguistique important, de très grande qualité scientifique. Les élèves de l’Enfom devaient suivre des cours de langues soudanaises, pour ceux qui se destinaient à une carrière africaine.

3. Bibliothèque coloniale et réponses africaines : Sanderval et Monénembo

Aimé Olivier de Sanderval, De l’Atlantique au Niger par le Foutah-Djallon, carnet de voyage de Aimé-Olivier, Paris, P. Ducrocq. Gravures de Méaulle.

Aimé Olivier de Sanderval effectua de nombreux voyages dans le Fouta-Djalon (Guinée actuelle) de 1880 à 1914. Durant ses expéditions, il rédigea plusieurs carnets de notes qui serviront de matériau pour des récits publiés une fois de retour en France. En 1882 paraît ainsi De l’Atlantique au Niger par le Foutah-Djallon, carnet de voyage. Ces récits dits « d’exploration » décrivent la vie des Peuls à la fin du xixe siècle et sa propre tentative de se bâtir un royaume personnel sur le plateau de Kahel. Il y réussit en partie puisqu’il arriva à se négocier l’octroi de terres, le titre de « roi » et le droit de battre monnaie. Un quartier de Conakry porte toujours son nom actuellement : « Sandervalia ».

Plus de cent ans plus tard, l’écrivain guinéen Tierno Monénembo utilise les carnets de route de Sanderval pour en faire la matrice de son roman Le Roi de Kahel, publié au Seuil en 2008 qui obtient le prix Renaudot. Ayant travaillé dans les archives familiales des Sanderval, l’écrivain réécrit de manière parodique cette entreprise de conquête pour en inverser la portée par l’ironie. Cet usage de la réécriture et du pastiche est un bel exemple de réappropriation par la littérature de l’écriture de l’histoire. Il s’agit de contrecarrer l’histoire coloniale des vainqueurs en en dénonçant la violence, ce que les études postcoloniales ont appelé le « writing back » (qualifiant une écriture « en retour »).

4. Samory Touré

Source des images : Henri Gaden, 1899ca., fonds Gaden 27 Fi/1150 ; 134 Fi.

Samory Touré fut empereur du Wassoulou (Guinée actuelle, ainsi que plusieurs régions du Mali et de la Côte d’Ivoire). Il est considéré comme l’un des plus importants résistants à la conquête coloniale française et britannique. Il mena ses troupes au combat sur plusieurs fronts et sut jouer des divisions des colonisateurs entre eux pour opérer des alliances tactiques. Les Anom conservent par exemple des correspondances de Samory adressées aux troupes françaises. Binger publie, dans Du Niger au Golfe de Guinée, le récit de son passage à la cour de Samory. Des gravures illustrent cette rencontre.

Samory Touré est arrêté par Gouraud en 1898, condamné à l’exil au Gabon, où il meurt en détention en 1900. Gouraud fut très impressionné par son illustre prisonnier et ses mémoires, publiées sous le titre Au Soudan, attestent de l’estime qu’il avait pour son sens de meneur d’hommes et son intelligence guerrière. Des romans coloniaux, comme ceux de Roland Dorgelès, s’inspireront ensuite de cette figure de grand chef africain ayant résisté pendant plus de vingt ans à la conquête coloniale.

Lors de ces années de lutte armée, Samory Touré a pratiqué notamment la tactique de la terre brûlée afin de freiner l’arrivée des troupes françaises. Les déplacements forcés de populations, la razzia, le commerce d’esclaves et l’incendie des terres expliquent en partie les souvenirs extrêmement contrastés de Samory Touré en Afrique de l’Ouest : admiré comme héros national en Guinée, il est en revanche considéré comme un tyran en Côte d’Ivoire ou au Mali par exemple. Ahmadou Kourouma fait de lui l’un des personnages de Monnè, outrages et défis, tandis que Djigui, le héros, refuse de rallier sa cause et de brûler ses terres. Djigui subira les « outrages » de la colonisation et devra en assumer les conséquences, sous le regard ironique et distancié du griot.

5. Une femme écrivain. Madeleine de Lyée de Belleau

Les Anom conservent des fonds privés d’une grande richesse d’hommes et de femmes ayant séjourné en Afrique. Cette vitrine est un exemple de la variété de documents et d’images que l’on peut trouver dans ces fonds où l’écriture littéraire côtoie le journalisme, le journal intime, voire même la pratique du dessin.

Madeleine de Lyée de Belleau (1873-1953), dite aussi Manette, est une figure méconnue autant qu’une voyageuse intrigante. Son attention aux cultures qu’elle rencontre, sa constante polygraphie (elle écrit sur de nombreux sujets et sur divers médias), sa curiosité pour la condition des femmes en font un exemple particulièrement atypique d’écriture coloniale de voyage. Sculptrice, céramiste, auteure de nombreuses lithographies et gravures, Madeleine de Lyée de Belleau effectua plusieurs voyages en Afrique et au Moyen Orient dans les années 1930, voyages qu’elle s’employa à raconter dans des causeries radiophoniques par la suite, sur les ondes de Radio-Paris, et qu’elle tenta de faire publier auprès de divers éditeurs. « Les femmes captives gardiennes du M’Zab » fut publié dans le magazine La Nature, par exemple. Pourtant, de nombreux contes, nouvelles, récits courts figurent également dans ce carton d’archives : ces différents textes témoignent d’une réflexion sur le féminisme, ainsi de l’essai « Les Touaregs, précurseurs du féminisme » ou encore du récit bref « Le mariage d’Aïcha ». Cet ensemble constitue un bel exemple de pensée coloniale du féminisme, au sein d’un fonds privé très original.

6. René Maran et « Le véritable roman nègre »

René Maran, Batouala : véritable roman nègre. Paris, Albin Michel, 1921.

René Maran (1887-1960), guyanais, fils de fonctionnaire colonial (qui fit carrière au Gabon), fut lui-même administrateur colonial en Oubangui-Chari. Il mettra fin à sa carrière coloniale après avoir fait l’objet de harcèlement et de discriminations racistes de la part notamment de certains de ses supérieurs hiérarchiques, pour se consacrer à la littérature et au journalisme. En 1921, il publie Batouala, sous-titré Véritable roman nègre, pour lequel il obtient le prix Goncourt – le premier prix Goncourt attribué à un écrivain issu des vieilles colonies – la même année. Le récit adopte le point de vue du héros éponyme, Batouala, chef d’un village africain, qui nous livre sa vision du monde colonial, dépeignant des colons violents, exploiteurs et sans moralité dans un pays d’Afrique qui doit beaucoup à l’Oubangui-Chari où Maran fut fonctionnaire. Ce roman fit l’objet de violentes critiques et suscita une vive polémique, qui prit forme dans la presse, dans des correspondances (comme cette lettre, envoyée par un instituteur nigérien au Ministre des colonies, que nous exposons ici) ou dans la publication de « contre-récits », proposant une vision plus « positive » de la colonisation française. Ainsi, René Trautmann, se prévalant de son titre de « Médecin-major de 1ère classe des Troupes coloniales » publia, en 1922, Au pays de Batouala. Noirs et Blancs en Afrique, dédicacé « À mes deux amis, les gouverneurs des colonies, Merlet et Marcel Olivier, deux “Africains” profondément pénétrés du sentiment de leurs devoirs, intimement convaincus de la grandeur de notre œuvre coloniale. » Et en 1923, Gaston Joseph (1884-1977), administrateur colonial en Côte d’Ivoire, publia quant à lui Koffi, roman vrai d’un Noir, pour lequel il obtint le Grand Prix de littérature coloniale.

André Fraisse

André Fraisse, ancien administrateur de la France d’outre-mer, en Indochine et en Afrique, est l’un de ceux qui, au sein de l’administration coloniale, soutint René Maran et lui porta une admiration sans faille. Dans ses papiers privés, on trouve notamment deux lettres de l’écrivain ainsi que le tapuscrit d’un beau texte d’hommage qu’André Fraisse fit paraître en 1970 dans la revue Afrique littéraire et artistique intitulé « René Maran et les traditions africaines ».

7. Premiers écrivains africains de langue française

Sources : 1 à 3, Paul David Boilat, Esquisses sénégalaises : physionomie du pays, peuplades, commerce, religions, passé et avenir, récits et légendes. Paris, P. Bertrand, 1853. 4 et 5, Ousmane Socé, Karim. Roman sénégalais. Paris, Imprimerie M. Puyfourcat, 1934.

Les premiers écrits littéraires africains de langue française s’inscrivent dans des genres divers où le témoignage et l’ancrage dans les réalités locales tiennent une place importante.

Le Sénégal a bien des égards fut précurseur de l’émergence des écritures africaines. L’abbé David Boilat (1814-1901), Bakary Diallo (1892-1978), Birago Diop (1906-1989), Ousmane Socé (1911-1973) se sont attachés à décrire la société de leur temps, circulant et faisant des ponts entre la « Bibliothèque coloniale », qu’ils avaient apprise à l’école, et les littératures africaines, qu’elles soient orales ou écrites, qu’ils voulaient transmettre. Cette position d’entre-deux fut constitutive d’une esthétique particulière, marquée par la volonté d’être des passeurs de culture. Les Anom conservent des premiers tirages de ces ouvrages, pour beaucoup aujourd’hui introuvables.

Publiées en 1853, Les Esquisses sénégalaises de l’abbé Boilat sont considérées comme l’une des premières œuvres africaines en langue française. Richement illustrés, les deux volumes mettent en scène la société sénégalaise du début du XIXe siècle, décrivant avec précision les différents peuples qui vivent dans cet espace complexe, avec un souci de l’ancrage historique. L’auteur maîtrisait le wolof, le sérère et l’arabe. Ce multilinguisme, entre le peul et le français cette fois, est également au centre de l’écriture de Bakary Diallo, ancien interprète, tirailleur et berger peul, qui relata son expérience de la Première Guerre Mondiale dans le controversé Force bonté. Cette position intermédiaire se lit également dans Karim, roman sénégalais, qui est le premier roman d’Ousmane Socé : il retrace la trajectoire d’un jeune homme pris entre deux cultures. Les contes d’Amadou Koumba de Birago Diop connurent un vif succès et de nombreuses rééditions. Leuk le Lièvre, Bouki la Hyène, l’égoïste Mor Lame, l’indiscrète N’Dèné, le fou Sergent Keita peuplent ainsi les récits retranscrits directement, d’après l’auteur, des « paroles de sagesses » des « vieilles gens » – que ce soit le griot Amadou Koumba qui donne le titre au recueil ou bien de sa propre grand-mère. L’astuce, la ruse, la patience sont souvent récompensés, même si plusieurs récits voient triompher la méchanceté sur la naïveté. De ces contes relevant au départ de l’oralité, Birago Diop a opéré une véritable transposition littéraire, que Jean Derive a qualifiée de « trahison géniale », contribuant à faire des Contes d’Amadou Koumba un classique dans toute l’Afrique de l’Ouest.

Paul Hazoumé (1890-1980), originaire du Dahomey (actuel Bénin), brillant étudiant de la mission catholique de la société des missions africaines de Lyon de Porto Novo puis de l’École Normale d’instituteurs de Saint Louis au Sénégal, fait partie de cette génération d’instituteurs écrivains, maillon clé de la constitution d’une littérature africaine en langue française. Son premier livre, nourri de ses recherches sur l’ancien royaume d’Abomey, édité en 1937, s’intitule Le pacte de sang au Dahomey, et obtient le prix d’excellence du « Gouvernement Général de l’Afrique Occidentale Française ». Cette monographie ethnographique s’efforce de présenter une image réhabilitée et surtout historicisée des sociétés indigènes locales, contre la vision monolithique et an-historique véhiculée par la littérature coloniale. Un an après, en 1938, Paul Hazoumé publie Doguicimi, un roman fortement nourri de ses recherches. À propos de ce livre, Georges Hardy écrit : « Qu’on se garde d’y voir un roman colonial, […] la forme romancée qu’il [l’auteur] a cru bon d’adopter n’est qu’une apparence : c’est bel et bien de l’histoire qu’il nous apporte ». La prise d’écriture d’Hazoumé rend compte de la position complexe qu’occupaient les premiers écrivains africains, à qui les autorités coloniales consentaient qu’ils produisent du savoir ethnographique, « utile » dans le cadre colonial, mais à qui ils déniaient bien souvent toute qualité littéraire.

Pour aller plus loin

Bourlet Mélanie, Guillemain Franck, Bakary Diallo, mémoires peules, CNRS, 2016., disponible sur Canal U : https://www.canal-u.tv/video/cnrs_ups2259/bakary_diallo_memoires_peules.23168

Documentaire de Mélanie Bourlet sur Bakary Diallo, auteur de Force Bonté, présenté dans l’exposition, mais également d’une abondante poésie orale en peule.

Ducournau Claire, La fabrique des classiques africains: écrivains d’Afrique subsaharienne francophone (1960-2012), Paris, CNRS Éditions, 2017.

Éléments de sociologie de la littérature présentant les processus de légitimation des premiers écrivains africains de langue française. 

Références

1. Bibliothèque coloniale

BIB ECOL //17007. Breton, Claude, Bilali ou la vengeance du lion. Roman soudanais, Paris, Flammarion, 1927.

BIB ECOL //9710 ; BIB ECOL //19679. Pharaud, Hippolyte, Pellobellé, gentilhomme soudanais. Roman, Paris, Éditions du Monde nouveau, 1924.

BIB AOM //9321 ; BIB ECOL //9511. Randau, Robert, Le chef des porte-plume : roman de la vie coloniale, Paris, Éditions du Monde nouveau, 1922.

BIB SOM a1895. Randau, Robert, Des Blancs dans la cité des Noirs, roman, Paris, Albin Michel, 1935.

BIB AOM //44051; BIB SOM b3606. Randau, Robert, À l’ombre de mon baobab : immoralités paresseuses, Paris, Éditions du Monde nouveau, 1923.

BIB SOM a1755; BIB ECOL //17390; BIB ECOL //17391; BIB ECOL //18436; BIB ECOL //18497; BIB ECOL //18498; BIB ECOL //18499; BIB ECOL //586. Delavignette, Robert, Les paysans noirs : récit soudanais en douze mois, Paris, Stock, 1931.

BIB AOM b12149. Kone, Amadou, Jusqu’au seuil de l’irréel [lieu d’édition inconnu], [éditeur inconnu], non daté.

BIB SOM b3561. Tharaud Jérôme, Tharaud Jean, La randonnée de Samba Diouf, Paris, Plon, 1922.

BIB AOM//40996. Maurice Delafosse, Broussard ou les états d’âmes d’un colonial, Paris, Larose, 1922.

BIB ECOL//9797. Louis Charbonneau, Mambou et son amour, Paris, J. Ferenczi et fils, 1924.

2. Littérature et fabrication de savoirs à l’École Coloniale

FM 3ECOL/6. Tola, Antoine, « La psychologie indigène dans Diato, de A. Demaison », mémoire d’élève de l’École coloniale, année 1931-32.

FM 3ECOL/2. Ladurantie, Auguste, « La psychologie des indigènes dans l’œuvre de Delafosse », mémoire d’élève de l’École coloniale, année 1930-1931.

FM 3ECOL/2. Lassus, Léon, « La psychologie de la femme noire dans l’œuvre de Louis Charbonneau, Mambou et son amour », mémoire d’élève de l’École coloniale, année 1930-1931.

BIB AOM //5381. André Demaison, Diato. Histoire de l’homme qui eut trois femmes et en mourut, Paris, Le livre moderne illustré, 1930.

BIB ECOL//13929 Roland Lebel, Le livre du pays des noirs. Anthologie de littérature africaine, Paris, Éditions du Monde moderne [1928].

BIB ECOL//13100. Henri Gaden, Proverbes et maximes peuls, Paris, Institut d’ethnologie, 1931.

3. Bibliothèque coloniale et réponses africaines : Sanderval et Monénembo

FM/SG/III/15c. Note sur M. Aimé Olivier vicomte de Sanderval pour M. le directeur du ministère des Colonies, 28 janvier 1882.

BIB AOM //8419; BIB SOM c3626; BIB ECOL //6925. Olivier de Sanderval, Aimé, Soudan français : Kahel, carnet de voyage, Paris, F. Alcan, 1893.

BIB AOM //8467 ; BIB AOM //9416. Olivier de Sanderval, Aimé, De l’Atlantique au Niger par le Foutah-Djallon, carnet de voyage de Aimé-Olivier, Paris, P. Ducrocq, 1882.

4. Samory Touré

FM/SG/SEN/IV/85. Lettre en arabe de Samory envoyée au commandant Péroz et sa traduction en novembre 1885.

BIB AOM //46030. Ahmadou Kourouma, Monnè. Outrages et défis, Paris, Éditions du Seuil, 1998.

BIB ECOL //14540. Général Gouraud, Au Soudan, Paris, Éditions Pierre Tisné, 1939.

BIB AOM //41647. Roland Dorgelès, Sous le casque blanc, Paris, Éditions de France, 1941. (p. 255 « Ilo Samory ! »)

BIB ECOL//3083. Binger, Louis Gustave, Du Niger au Golfe de Guinée, Paris, Hachette, 1892.

5. Une femme écrivain. Madeleine de Lyée de Belleau

FP 67APC/1. Lyée de Belleau, Madeleine :

— « Les femmes captives gardiennes du M’Zab », p. 26-32 paru dans La Nature (s.d.) (Sud algérien), manuscrit et article imprimé, non datés.

— « Ouargla à Djanet », nouvelle ethnographique, dactylographié sur papier pelure, non daté.

Djanet et le Tassili des Ajjers, manuscrit, non daté.

Pistes sahariennes à travers l’immensité du Sahara, autre version sur papier pelure de Djanet et le Tassili des Ajjers, non daté.

— « Le mariage d’Aïcha, la fille aux yeux oblongs », non daté.

— Gouache de première de couverture : L’Alpe saharienne, non datée.

— Récit Faffa la boiteuse, reprenant « Les femmes captives », dactylographié sur papier pelure, non daté.

— « Touaregs précurseurs du féminisme », manuscrit, non daté .

— Carnets de notes petit format à présenter ensemble fermés : Touareg 1935 ; Algérie 1936 ; Tchad s.d. ; Cameroun 1938 ; Maroc 1924 et 1937 ; Tunisie, Sahara algérien et Tripolitaine 1935 ; Algérie 1935-1936.

6. René Maran et « Le véritable roman nègre »

FR ANOM 4001 COL. Réponse à Batouala. Lettre d’un instituteur nigérian [sic] au ministre des Colonies, 1922. Correspondance au sujet du livre Batouala de René Maran publié en 1921.

FP 26PA/3. Papiers André Fraisse. Lettres de René Maran à André Fraisse du 28 mai et 19 juin 1952.

FP 26PA/5 Papiers André Fraisse. « René Maran et les traditions africaines », article d’André Fraisse.

BIB AOM //45234; BIB SOM a1642. Maran, René, Batouala : véritable roman nègre, Paris, Albin Michel, 1921.

BIB AOM //42725; BIB SOM a4592. Maran, René, Bêtes de la brousse, Paris, Albin Michel, 1941.

BIB AOM B13285. Maran, René, « Le roman d’un nègre ». Retour en France. – publié dans Je sais tout (Paris, Hachette, 1924).

7. Premiers écrivains africains de langue française

BIB AOM //12788. Boilat, Paul David, Esquisses sénégalaises : physionomie du pays, peuplades, commerce, religions, passé et avenir, récits et légendes. II, Atlas, Paris, P. Bertrand, 1853.

BIB AOM //41188. Socé, Ousmane, Karim. Roman sénégalais, Paris, Imprimerie M. Puyfourcat, 1934.

BIB SOM a847; BIB AOM //5275. Diop, Birago, Les contes d’Amadou-Koumba, Paris, Fasquelle, 1947.

BIB AOM RES49502. Diallo, Bakary, Force-bonté, Paris, Rieder, 1926.

BIB ECOL//14331. Hazoumé, Paul, Doguicimi, Paris, Larose, 1938.


Notes

[1] V.Y. Mudimbe, The Invention of Africa: Gnosis, Philosophy, and the Order of Knowledge, Bloomington, Indiana University Press, 1988.

[2] Walter Benjamin, « Sur le concept d’histoire », in Oeuvres III, Paris, Folio, 2000 1940, p. 427‑443.

Elara Bertho

Elara Bertho est chargée de recherches en section 35 (Sciences philosophiques et philologiques, sciences de l’art) au CNRS.

More Posts - Website


Elara Bertho

Elara Bertho est chargée de recherches en section 35 (Sciences philosophiques et philologiques, sciences de l’art) au CNRS.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.