Réforme des retraites : les réponses d’une économiste

Two oldtimers playing chess on a Central Park bench in New York City.
Unknown author. Public domain (Source: National Archives at College Park).

Notre collègue Anaïs Henneguelle, maîtresse de conférences en économie à l’Université Rennes 2 et membre du collectif des Économistes atterrés, a publié récemment le texte « Retraites : 12 idées reçues à combattre, le guide d’autodéfense ». Elle y analyse et déconstruit méthodiquement les arguments développés par le gouvernement pour justifier la réforme des retraites d’un point de vue économique et social (notamment via le contenu du discours du Premier ministre Édouard Philippe du 11 décembre, disponible ici).

Ce texte, fondé sur un rappel de données statistiques et économiques et des lois en vigueur, nous a semblé suffisamment important pour en donner un écho dans notre carnet. Nous sommes travailleuses et travailleurs, chercheuses et chercheurs en sciences humaines et sociales, citoyennes et citoyens. L’« appel au bon sens » défendu par des responsables politiques, lorsqu’il étend la confusion intellectuelle sur les réalités sociales, démographiques, financières de l’État et des personnes, ne peut nous laisser sans réaction.

Le texte est publié sur le blog Mediapart de l’auteur : https://blogs.mediapart.fr/anais-henneguelle/blog/161219/retraites-12-idees-recues-combattre-le-guide-dautodefense

Avec la permission de l’auteure, nous proposons de télécharger la version PDF ici.

Le texte est organisé autour de « 12 idées reçues à combattre » :

  1. Il n’y a pas de perdants à la réforme ;
  2. Le système n’est pas viable financièrement : il faut réformer ;
  3. L’espérance de vie augmente et il faut en profiter ;
  4. Il faut un âge d’équilibre à 64 ans ;
  5. Il faut sanctuariser la part des retraites dans le PIB à 14 % ;
  6. On conserve un système par répartition ;
  7. Il faut en finir avec les régimes spéciaux ;
  8. La réforme permet de protéger les droits des plus faibles ;
  9. Le nouveau système bénéficiera aux femmes et aux familles ;
  10. Les hauts salaires contribuent plus dans le nouveau système ;
  11. Le nouveau système sera plus lisible ;
  12. Le Président a annoncé cette réforme durant sa campagne présidentielle.

Voici trois extraits.

Point 1, « Il n’y a pas de perdants à la réforme »

Avec le nouveau système universel à points, la référence aux 25 meilleures années (pour les salariés du privé) et aux 6 derniers mois (pour les fonctionnaires) disparaît. Seuls comptent les points accumulés durant la vie active. On voit mal comment le niveau des pensions pourraient ne pas baisser si on prend en compte dans leur calcul les 17 années les moins bonnes qui ne sont pas prises en compte actuellement pour les salariés du privé, et tous les autres trimestres des fonctionnaires (qui sont mieux payés en fin de carrière).
Concrètement, cela signifie des baisses de pension importantes puisqu’on prendra aussi en compte les mauvaises années, les années où on a été mal payé (donc où on n’a pas accumulé beaucoup de points), les années au chômage…

Point 3, « L’espérance de vie augmente et il faut en profiter »

L’espérance de vie est également très disparate selon la catégorie socio-professionnelle. Ainsi, en 2009-2013, l’espérance de vie des hommes cadres de 35 ans était de 49,0 ans [soit 84 ans] et celles des ouvriers de 42,6 ans [soit 77,6 ans] : en moyenne, un ouvrier vit 6,4 ans de moins qu’un cadre. […] On peut aussi noter que, pour les hommes, les 5 % les plus riches vivent en moyenne 13 ans de plus que les 5 % les plus pauvres. Chez les femmes, cet écart n’est « que » de huit ans.
Or, la réforme annoncée ne prend pas en compte ces différences sociales dans l’espérance de vie. Pour les pauvres ou les ouvriers, c’est la triple peine : non seulement ils gagnent moins tout au long de leur vie, mais en plus ils touchent une pension de retraite plus faible et pour moins longtemps que les autres. À l’inverse, les personnes aux revenus les plus élevés raflent la mise : rémunérations plus hautes tout au long de la vie, pensions plus élevées pour beaucoup plus longtemps.

Point 7, « Il faut en finir avec les régimes spéciaux »

Le gouvernement parle souvent des « 42 régimes » du système actuel. Comme on sait finalement peu de choses sur notre système de retraite, on a tendance à penser qu’il y a un régime général et 41 régimes spéciaux… Or, ce n’est pas du tout le cas.
Il y a en fait quatre blocs de régimes de sécurité sociale : le régime général (qui couvre 80 % des travailleurs), le régime agricole, le régime des non-salariés non agricoles, et enfin le bloc des régimes spéciaux. Ces régimes sont « spéciaux » car ils fonctionnent sur la base d’une solidarité restreinte à une profession ou à une entreprise. Ils sont généralement antérieurs à la création de la sécurité sociale. Chaque régime spécial est soumis à ses règles propres de cotisation et de calcul des pensions.
Les régimes spéciaux concernaient environ 1 million de bénéficiaires sur les 17,2 millions de retraités que comptait la France au 1er décembre 2017 : ils représentent donc environ 6 % des retraités. Cela représente donc une très petite minorité, qui ne justifie pas à elle seule que l’on bouleverse tout le système de retraites actuel…

Nous invitons les lecteurs à lire ce texte, à réagir en commentaires au billet de l’auteur, ou au présent billet.

Esquisses | Les Afriques dans le Monde

Équipe de coordination du carnet.

More Posts


Esquisses | Les Afriques dans le Monde

Équipe de coordination du carnet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.