Faire un stage de recherche à LAM. Entretien avec Arnaud Dupuy, stagiaire LAM

Free consultation with a Doctor of mobile health team has Madagacar. Author : Docteur Ando. Licence : CC BY SA.
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Free_consultation_with_a_Doctor_of_mobile_health_team_has_Madagacar.jpg

En mai-juin 2019, Arnaud Dupuy a accompli un stage au laboratoire Les Afriques dans le monde, encadré par Jean-Philippe Berrou, enseignant-chercheur en économie. Il a été impliqué dans deux programmes de recherches pluridisciplinaires concernant l’aire africaine.
Qu’est-ce qu’un stage de recherche pour un étudiant en deuxième cycle ? Comment s’intègre-t-on dans des projets de recherches en cours ? Et qu’y apprend-on ? Cet entretien apporte quelques réponses en mettant en lumière ce type d’expérience, entre approfondissement de la méthodologie d’enquête et enrichissement d’un parcours de professionnalisation par les outils de la recherche.

Pourquoi as-tu choisi de faire un stage à LAM ?

Je venais de finir ma Licence 3 à Sciences Po Bordeaux et je cherchais un stage sur Bordeaux. La recherche m’intéressait, et je savais que LAM était dans Sciences Po Bordeaux, mais je n’avais jamais vraiment pensé à faire un stage en recherche jusqu’alors. J’avais échangé avec Jean-Philippe Berrou dans le cadre de mon mémoire de Licence 3 sur l’Angola et je l’ai recontacté dans l’optique d’un potentiel stage.

Il se trouve qu’il avait besoin d’aide sur deux projets, un sur le Sénégal et un sur Madagascar, et il m’a proposé de l’aider. Cela m’intéressait car ça me permettait, en continuité avec mon mémoire, de me concentrer sur cette zone géographique qu’est l’Afrique, que je ne connaissais pas du tout avant mon mémoire.

En quoi consistait ton stage ?

Jean-Philippe Berrou m’a proposé de travailler sur les projets PROTECT & FaPPA[1], qui consistaient à étudier le processus d’élaboration d’une politique publique de protection sociale à Madagascar. Il s’agissait d’étudier comment les différents acteurs interagissaient entre eux, et notamment les acteurs internationaux (bailleurs de fonds, ONG, ou des acteurs institutionnels comme l’Union européenne) avec le gouvernement central malgache, les dirigeants locaux, et les entreprises et ONG locales.

La politique publique était toujours en discussion : des programmes avaient été lancés en 2017 et commençaient à se mettre en place mais aucun projet de loi n’avait vraiment été proposé. Il s’agissait d’analyser comment s’articulaient les programmes des ONG, des bailleurs et des institutions, avec la mise en place d’une politique publique nationale. Est-ce que le gouvernement avait une vraie capacité d’action et de décision, et quel était le degré d’influence d’acteurs extérieurs comme la Banque mondiale par exemple ?

Quelles méthodes as-tu utilisées ?

Ce que j’ai proposé à Jean-Philippe Berrou, c’est de me concentrer exclusivement sur la communication des différents acteurs et les perceptions de ces acteurs par les médias. Je me suis basé sur leurs pages Internet officielles et la communication grise.

J’ai eu accès à de nombreux travaux élaborés dans le cadre du programme FaPPA et j’ai assisté à certains de leurs workshops. Je me suis servi de leurs travaux pour élaborer mes typologies, avec l’aide de Nicolas Brodeur (PAST à Sciences Po Bordeaux et responsable du parcours de master CID) qui m’a expliqué comment faire une analyse des parties prenantes. J’ai d’abord élaboré des fiches par acteurs selon des critères décidés en concertation avec Jean-Philippe Berrou). Les acteurs ont été choisis parmi ceux qui participaient aux réunions d’élaboration de la politique publique selon un tri déjà effectué par Jean-Philippe Berrou et ses collègues.

Patron de fiche acteur

Données descriptives  
Statut : Date d’implantation :
Implantation : Direction :
Rôle officiel général à Madagascar :  
Rôle officiel relatif à la protection sociale :  
Position face à la protection sociale  
Idéal revendiqué de la protection sociale :  
Actions déjà mises en œuvre :
___
 
Typologies[2]  
Placer par rapport aux 5 types d’agences selon Eboko[3] :
___
 
Ressource selon Hassenteufel[4] :
___
 
Pouvoirs qui en découlent :
___
 
Intérêts de l’acteur vis-à-vis de la politique publique
(intensité et type) :
___
 
Commentaire personnel :
___
 

Dans les 50 fiches acteurs réalisées, j’ai dressé une typologie des ressources basée sur la typologie d’Hassenteufel : je mettais une note à chaque acteur, ce qui m’a permis d’élaborer une matrice des parties prenantes avec en ordonnée l’intérêt qu’a cet acteur pour l’élaboration de cette politique publique et, sur l’axe des abscisses leur pouvoir vis-à-vis de cette élaboration (ressources politiques, ressources positionnelles, c’est-à-dire légitimité, ressources matérielles, ressources temporelles, ressources en savoirs et ressources sociales). Ces notes, allant de 0 à 5, étaient pondérées en fonction du type d’acteur, de son intérêt pour la protection sociale et de la pertinence pour cet acteur des différents critères étudiés (les ressources économiques sont par exemple plus importantes pour les bailleurs de fonds que pour les associations). Cette pondération apportait plus de variabilité et de précisions. J’ai dessiné une matrice à partir de ces fiches pour chacun des types d’acteurs : bailleurs internationaux/multilatéraux, société civile/ONG/associations, instances gouvernementales, secteur privé, instances rattachées au gouvernement et autres acteurs.

Matrice pouvoirs/intérêts des bailleurs pour la protection sociale

En abscisse, le pouvoir d’influence des matrices sur l’élaboration de la politique, en ordonnée leur intérêt pour cette élaboration.

D’autres matrices ont été élaborées en fonction de l’idéal de protection sociale de ces acteurs : inscrire la PS comme un droit social, universaliser la protection sociale, mettre en place des filets sociaux, approche urgentiste post-catastrophe, et l’absence de conception.

Matrice pouvoirs/intérêts par idéal des acteurs : ici l’exemple d’une approche urgentiste de la protection sociale

Code couleur : Bleu : bailleurs de fonds ; Vert : ministères ; Rouge : instances rattachées aux ministères ; Jaune : ONG ; Noir : secteur privé.

Ces matrices sont critiquables et leur élaboration comporte une part de subjectivité, mais j’ai détaillé la raison de mes choix méthodologiques et Jean-Philippe Berrou était plutôt satisfait. Cela a permis de situer les acteurs, grâce à une analyse des discours, et de comparer leur communication avec le travail de terrain réalisé par l’équipe du projet PROTECT. Ainsi, l’Union européenne était censée être très présente et investissait beaucoup d’argent dans ces programmes de protection sociale mais, en pratique, elle était très souvent absente des réunions. Il était intéressant de constater une dissonance entre la communication affichée et ce qui se passait vraiment sur le terrain, et de voir comment les acteurs se conformaient ou pas dans leurs discours à telle ou telle conception de la protection sociale.

La conception principale était celle de la Banque mondiale et de l’Unicef : une protection universelle mais selon un socle de droits très basiques, selon une version minimaliste. Elle prenait en compte la protection de l’enfance, la santé maternelle mais pas la protection syndicale et très peu le système de retraite. Une autre position, celle de l’OIT, mettait plus l’accent sur la protection des travailleurs et sur leur retraite. Le socle de base était le même mais des spécificités étaient proposées selon le profil des travailleurs, en incluant notamment le travail informel. La Banque mondiale voulait au contraire absorber ces travailleurs informels, notamment pour les faire entrer dans une assiette fiscale.

Que t’a apporté le stage ?

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Je voulais faire des choses nouvelles mais je n’avais pas d’attentes spécifiques. Je pensais faire seulement un tableau synthétique de ressources bibliographiques, mais j’ai finalement pu élaborer une réflexion et imaginer une typologie pour les fiches acteurs. Ce qui m’a fait vraiment plaisir dans ce stage c’est que l’on m’a donné des choses à faire mais je disposais de marges de manœuvre dans la manière de réaliser ces tâches. J’étais en totale autonomie et il n’y avait pas de contrôle systématique. On m’a fait confiance et j’ai beaucoup apprécié, surtout pour un premier stage, de ne pas faire que des tâches ingrates. Ce que je devais faire était clair et j’ai pu orienter mon travail selon mes intuitions, mes connaissances du pays et mes savoirs méthodologiques, en accord avec Jean-Philippe Berrou.

J’ai appris beaucoup en termes de méthodologie et cela me sert dans le cadre de mon master I en Géo-économie appliquée (GEA), car je dois faire une étude « risques pays » sur la Côte d’Ivoire avec des étudiants de RDS (Risques et développement aux Suds, master géré par LAM). Ce stage m’a permis de capitaliser des compétences que les étudiants en RDS sont en train d’apprendre et j’ai pu les aider à faire un mapping des acteurs. Plus tard c’est une compétence que je pourrai faire valoir.

J’ai aussi amélioré mes connaissances grâce à un travail de définition de la protection sociale. Cela nous paraît aller de soi en France et je n’avais jamais réfléchi à ce que cela recouvrait : la sécurité sociale, le régime des retraites, les allocations chômage ou en cas de maladie, d’accidents du travail, les aides familiales, les programmes d’aide à la maternité et même les centres de planification familiale si on adopte une définition large. Plutôt que d’avoir un avis sur ce qu’est la protection sociale idéale, l’important est de comprendre les enjeux qu’il y a derrière. Il est difficile d’avoir un modèle universel comme le veut la Banque mondiale et de l’adapter aux spécificités des pays. Les instances veulent chacune exporter un modèle qui va, selon elles, faciliter le développement, ce qui pose d’ailleurs la question de leur légitimité. En France aussi différentes conceptions de la protection sociale s’affrontent, en fonction du statut des acteurs et de leurs opinions, et pas seulement sur la question des retraites.

Par ailleurs, le stage m’a fait découvrir le monde de la recherche et le LAM, que je connaissais peu. Jean-Philippe Berrou nous en avait parlé en première année et je voyais que des colloques étaient organisés mais la recherche en sciences sociales restait quelque chose de vague. C’était intéressant de voir comment ça fonctionnait. J’ai l’impression qu’une fois dans un laboratoire ou un centre, on peut orienter ses recherches en fonction de ses centres d’intérêt, et éventuellement changer de sujet ou d’approche. Mais le processus de sélection pour devenir enseignant-chercheur dans un laboratoire et le système de financement de thèse m’a semblé extrêmement sélectif et exigeant. Je n’ai pas pour ambition de faire de la recherche mais je suis attiré par le statut d’intervenant ponctuel en tant que professionnel enseignant car j’aime l’idée de transmettre.

Justement, quels sont tes projets après ton master 1 ?

J’ambitionne entre mon M1 et mon M2 de faire une année de césure pour partir au Brésil, toujours en rapport avec les pays du Sud. La césure me permettrait de découvrir l’Amérique latine, d’apprendre le portugais, en étudiant six mois à l’université, et de faire un stage long de six mois. Idéalement, j’aimerais faire mon stage à l’AFD, à la Banque interaméricaine de développement ou à l’OIT, dans des instances où l’on trouve surtout des experts, pas des spécialistes d’un pays mais d’une zone.


Notes

[1] Le projet PROTECT (La protection sociale à Madagascar) est dirigé par Claire Gondard-Delcroix (IRD & GREThA CNRS 5113) et financé par la Région Nouvelle-Aquitaine et l’Université de Bordeaux. Il cherche à identifier et comprendre la diversité des formes de protection sociale à Madagascar. Le projet FaPPA (Faire des politiques publiques en Afrique) est co-dirigé par Dominique Darbon, Rozenn Nakanabo Diallo, Olivier Provini et Sina Schlimmer au LAM-Sciences Po Bordeaux sous le financement de l’Agence française de développement (AFD) et de la Région Nouvelle-Aquitaine.

À propos de PROTECT, voir : https://madagascar.ird.fr/les-activites/la-recherche3/madagascar/gouvernance-et-transformations-socio-economiques/protect.

À propos de FaPPA, voir : https://fappa.hypotheses.org/a-propos.

[2] Ces deux typologies sont utilisées dans DARBON, Dominique, et al., « Livrable n°1 : Identifier, situer et cartographier. Le mapping des acteurs comme outil d’analyse des politiques publiques en Afrique : l’exemple de l’Integrated Policy Monitoring Strategy », programme FAPPA – Faire des Politique Publiques en Afrique, janvier 2018, p. 13 et 14. Ce document m’a servi de base pour élaborer ma méthodologie de travail.

[3] EBOKO, Fred, « Vers une matrice de l’action publique en Afrique ? Approche trans‐sectorielle de l’Action Publique en Afrique contemporaine », Questions de recherche, CERI, 2015. http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:010064491.

[4] HASSENTEUFEL, Patrick, Sociologie politique : l’action publique, Paris, Armand Colin, 2014.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.