Covid-19 et médias alternatifs au Kenya. Études de cas

Campagne d’affiche sur le covid-19 à Nairobi, 22 mai 2020. Photo : Antoine Kauffer.

Ce billet est la version française de : « Covid-19 and Alternative Media in Kenya: Case Studies », publié dans la série « Special COVID » de Mambo! Le carnet de l’Ifra–Ifra’s blog (https://mambo.hypotheses.org/2826). Cette série est le résultat d’un programme de recherche sur l’impact politique, économique et social de la crise sanitaire initié et soutenu par l’IFRA-Nairobi avec un soutien de l’Ambassade de France au Kenya. Il est proposé en langue française dans Esquisses, dans le cadre d’un accord entre l’IFRA-Nairobi et Les Afriques dans le monde.


En préambule de ce billet, deux remarques s’imposent.
1. Ce texte est le fruit d’une recherche en cours, qui n’a en aucun cas de caractère définitif. Il s’agit d’une étude contextuelle, nourrie par un travail de terrain effectué à Nairobi entre mars et juillet 2020[1] et nécessairement adapté aux conditions imposées par les mesures de lutte contre l’expansion du virus Covid-19.
Ce travail est d’autant plus intimement lié au contexte qu’au moment de sa rédaction, en juillet 2020, la crise sanitaire bat son plein au Kenya, avec une accélération sensible du nombre de cas positifs de Covid-19 depuis le mois de juin 2020.
2. Dans ce contexte changeant, plus que des données arrêtées, je propose ici quelques pistes de compréhension d’éléments du paysage de l’information et de la culture au Kenya.

« En temps de crise, les Kényans deviennent créatifs. C’est dans ces périodes que le meilleur humour se fait jour, que les grands travaux littéraires sont écrits. Les Kényans se tournent vers les arts pour trouver des moyens d’expression. » C’est en ces termes qu’Oyunga Pala, blogueur et directeur éditorial du média The Elephant, évoque dans un entretien conduit fin mai 2020 quelques rares aspects positifs liés à la pandémie de Covid-19. Selon son expérience, la crise sanitaire réveillerait au Kenya le potentiel créatif et le besoin d’imaginaires nouveaux. Mais où se conçoivent ces créations ? Où s’expriment-elles ? Et quels impacts ont-elles sur l’opinion publique et sur le politique ? C’est par le biais de ces questions que j’ai scruté le traitement de la crise de Covid-19 au Kenya au travers de certains médias, faisant un pas de côté par rapport à mon objet de recherche initial : la créativité littéraire en ligne.

Une brève chronologie de la situation liée au Covid-19 au Kenya s’avère utile. Parce que cette crise est d’une actualité brûlante, immédiate, le recul manque pour identifier des jalons, qui plus est objectifs[2]. Une manière commode de la séquencer consiste à se rattacher à ce qui rythme la vie des médias – au moins traditionnels – dans leur couverture de la pandémie : les annonces successives du Président Uhuru Kenyatta concernant l’évolution de la situation au Kenya face au virus. Au 20 juillet 2020, le Président kényan a produit neuf discours sur la pandémie[3] : le 15 mars, puis le 25 mars, le 6 avril, le 16 avril, le 25 avril, le 16 mai, le 23 mai, le 6 juin et le 7 juillet 2020. Ce calendrier politique a influencé de nombreux médias dans leurs manières de couvrir la pandémie[4].

Soulignons deux autres événements en lien avec l’accès à l’information sur le virus : la création d’une page Wikipédia[5] dédiée à la situation dans le pays, concomitante à l’identification du premier cas de Covid-19 au Kenya le 13 mars 2020 d’une part ; le partenariat mis en place entre Facebook et le ministère de la Santé kényan puis l’Organisation mondiale de la santé (OMS) début avril 2020 de l’autre. Sans dresser une liste des initiatives visant à produire ou relayer l’information sur la pandémie, il est important de mentionner ces éléments dans un pays où l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux comme sources d’information, en zone urbaine notamment, est massive.

En gardant en tête cette intersection entre décisions politiques et traitement médiatique, rappelons quelques tendances générales sur la production et la réception de l’information en période de crise. Si l’on se place du point de vue de l’audience d’abord, deux aspects priment : le besoin d’accès à une information à laquelle le lecteur ou l’auditeur peut aisément s’identifier, c’est-à-dire proche de son quotidien et de son environnement immédiat[6] ; la recherche d’un contenu fiable, s’appuyant sur des faits avérés et scientifiquement vérifiés. À l’autre bout de la chaîne de l’information, les producteurs de contenus, eux, travaillent dans des conditions altérées (accès limité au terrain, informations contradictoires et changeantes, fiabilité relative des données statistiques à disposition, sur-sollicitations…) et sont soumis à une pression constante de l’opinion publique, désireuse d’obtenir des nouvelles en temps réel.

Cette intensification simultanée des attentes du public d’une part, des conditions de production de l’information d’autre part se complexifie dans la période contemporaine où le producteur de contenus (journaliste, blogueur, spécialiste…) tend à créer et maintenir un contact immédiat avec son public, notamment via les réseaux sociaux sur lesquels il peut être interpellé ou choisir de prolonger, préciser la réflexion conduite au sein de sa publication initiale.

Voici les tendances générales. Revenons à présent sur le cas spécifique du Kenya : la radio et la télévision y sont les médias de masse et les réseaux sociaux (Twitter et Facebook en tête) une source d’information privilégiée par la population[7]. Aussi la presse écrite constitue-t-elle un faisceau précis du spectre des médias au Kenya, et celle dite « alternative », qui plus est en ligne, une part encore plus spécifique. Il ne s’agit en aucun cas de diminuer son impact, mais plutôt de donner une représentation exacte de sa position marginale au sein du paysage médiatique[8].

Comprenons d’ailleurs le terme « alternatif » à la fois par rapport au contenu produit – choix de thèmes et de perspectives peu abordés par les médias traditionnels – et au format choisi – utilisation d’outils et de supports délaissés par les grands titres de presse –, les deux aspects pouvant être combinés au sein d’un seul et même média. Pour mieux se figurer notre objet, voici quelques exemples de :
1. Plateformes d’informations alternatives : The Elephant, African Arguments, AfricaUncensored, The Conversation Africa.
2. Formats alternatifs : blogs (Bikozulu, Magunga, Wandia Njoya…), podcasts (Legally Clueless, Otherwise?, Living Truthfully…), revues littéraires (DRR, Lolwe…), dessins (Gado, Maddo…).

Soulignons un troisième critère permettant de qualifier ces structures d’alternatives : le fait qu’elles-mêmes s’auto-définissent souvent comme telles. Ce corpus mouvant se structure autour d’initiatives comme l’African Digital Media Institute, la Bloggers Association of Kenya (BAKE) ou encore plus récemment Baraza Media Lab. Ces initiatives servent de plateformes professionnelles dans lesquelles les producteurs de contenus trouvent des ressources (informations sur le secteur, bourses, opportunités…), des supports juridiques ou des relais de communication.

Compte tenu du spectre de l’article, je m’en tiendrai à deux études de cas très précises : une plateforme d’informations, The Elephant (https://www.theelephant.info/), et un blog, celui de Bikozulu (https://bikozulu.co.ke/). Très différents dans leur approche et dans leur nature, ces deux médias reflètent des manières singulières de produire et de traiter l’information, en particulier en contexte de crise.

De manière générale, les interrogations suivantes sous-tendent ma recherche – toutes ne pourront être traitées ici. Quelles formes la créativité prend-elle au Kenya ? Comment s’imbrique-t-elle avec l’information ? Quels sont les médias émergents au Kenya et quelles relations entretiennent-ils avec les médias dits « traditionnels » ? Quelles thématiques couvrent-ils pendant la crise de Covid-19 et quelles réponses leur apportent-ils ? Pour quel public ? Comment ces modes nouveaux de traitement de l’information s’articulent-ils avec d’autres champs sociaux (les arts, le militantisme…) ?

Pour dégager des éléments de réponse, je me suis intéressé à des cas spécifiques de blogueurs, podcasteurs et plateformes d’informations dans une approche mêlant analyse du discours et sociologie de la culture et des médias. La crise sanitaire a bien sûr altéré ma méthodologie de recherche, notamment du fait que certains instruments habituels du chercheur (bibliothèques, entretiens physiques…) soient inaccessibles. Je me suis concentré sur une lecture extensive des productions des deux cas étudiés, en l’accompagnant d’interviews téléphoniques. Une attention particulière a été portée à la manière dont les contenus étaient relayés sur Facebook et Twitter. En parallèle, j’ai conduit une enquête de terrain à Nairobi avec des acteurs de la société civile sur leurs perceptions, pratiques et habitudes d’accès à l’information et aux arts.

I. Les plateformes alternatives d’informations : The Elephant

Dans son fonctionnement, The Elephant se rapproche de la presse d’information en ligne, avec des articles hebdomadaires sur des sujets d’actualité, rédigés par des contributeurs réguliers ou des pigistes occasionnels. Une particularité toutefois par rapport à la presse traditionnelle kényane : le format long est majoritairement privilégié (les articles varient de 2 000 à 4 000 mots). Avant d’analyser le traitement de la pandémie opéré par The Elephant, dressons un court panorama de ce média.

A. Panorama

La plateforme The Elephant a été lancée en 2016 par un collectif d’intellectuels est-africains mu par la volonté politique de construire une société kényane plus inclusive et moins inégale. Ce, en réaction à l’hégémonie de quelques grands titres de presse kényans, majoritairement proches des élites politiques[9]. The Elephant se définit lui-même comme « une plateforme permettant aux citoyens de réfléchir, de se souvenir et de repenser leur société en interrogeant le passé, le présent, pour façonner un avenir. » Il s’est doté d’une charte éthique.

Le positionnement de The Elephant est clairement exprimé : la plateforme se donne pour mission « d’être au centre du dialogue national, en exprimant le pouvoir de la vérité dans une quête pour réimaginer un État et une société qui garantissent intégration et dignité pour tous. »

The Elephant se situe à la croisée de l’académique et du journalisme. Il emprunte au premier la rigueur scientifique – que l’université kényane, par manque de moyens, n’est pas toujours en mesure d’offrir – et conserve du second le format avec une ligne éditoriale nette. Une dimension performative s’ajoute. Elle s’incarne dans la devise du média : « We speak Truth to Power ». Autrement dit, The Elephant entend apporter des idées documentées à son audience avec pour horizon d’infléchir le politique. Ce qui peut aussi se lire comme le fait de s’arroger le droit de critiquer ceux qui habituellement ne le sont pas.

Notons d’ailleurs que ce positionnement éditorial se retrouve dans le contenu même des articles – dont certains offrent un discours méta-réflexif sur le rôle des médias et des arts au Kenya[10] – ou bien dans les propos de ses rédacteurs, qui épinglent régulièrement les médias traditionnels sur les réseaux sociaux. Les principales critiques concernent la déconnexion du contenu des articles avec la réalité du terrain, la mauvaise compréhension et interprétation des données scientifiques ou la collusion entre certains médias et l’élite dirigeante.

Il convient de préciser deux spécificités de la plateforme : les internautes peuvent y commenter les articles, de telle sorte que l’échange, auquel les contributeurs eux-mêmes prennent parfois part, peut se prolonger. Par ailleurs, les articles sont accompagnés d’illustrations – en plus d’une rubrique « Cartoons » animés par les satiristes Gado Mwapembwa (également membre du conseil d’administration de la plateforme) et Mdogo.

L’audience se compose d’une frange de la population kényane, est-africaine et expatriée éduquée – en recherche de formats longs et d’analyses poussées. Ce lectorat représente autour de 26 400 followers sur Twitter et 12 200 followers sur Facebook[11].

Les contributeurs, eux, sont issus de la classe intellectuelle kényane, plusieurs d’entre eux ayant participé à des projets culturels comme la revue Kwani?. La plupart sont diplômés des grandes universités de la capitale kényane ou de l’étranger (majoritairement anglo-saxonnes) – pays étrangers où ils résident encore parfois. Un éventail très large caractérise l’âge des rédacteurs, fraîchement diplômés de l’université ou intellectuels chevronnés. Pour la plupart, ils se connaissent les uns les autres et interagissent entre eux sur les réseaux sociaux, formant ainsi une communauté identifiable. Notons de plus que la rédaction est relativement ouverte, puisqu’en temps de pandémie plusieurs primo-contributeurs ont pu mettre en ligne leurs articles.

Enfin, pour son modèle économique, The Elephant s’appuie sur un système de dons, en provenance du Kenya et de l’étranger. Lors du lancement, le fonds d’amorçage provenait principalement d’investisseurs kényans. La publicité y est absente.

Concentrons-nous à présent sur le traitement de la crise de Covid-19.

B. Entre think-tank et média

The Elephant a mis en place dès le mois de mars une rubrique dédiée à l’information sur la pandémie, intitulée « Coronavirus ». Elle comprend une infographie actualisée du nombre de cas de Covid-19 sur le continent africain, réalisée en croisant les données issues des Nations unies, de l’entreprise Worldmeter et des gouvernements locaux. La rubrique sur le Coronavirus s’ouvre sur un mini-manifeste : « À une époque où le bon journalisme est limité par les intérêts des entreprises, un déluge de fake news, la propagande d’État et le sensationnalisme, The Elephant cherche à clarifier les choses pour son public. »

« Mapping the Coronavirus Pandemic in Africa », The Elephant, extraits de la page (captures d’écran du 18 septembre 2020) : https://www.theelephant.info/mapping-the-coronavirus-pandemic-in-africa/ [archive].
« Coronavirus », The Elephant. Page de sommaire de la rubrique (18 septembre 2020). https://www.theelephant.info/editions/coronavirus/ [archive].

Le positionnement éditorial du journal y est rappelé en toutes lettres : vision afri-centrée, communauté intellectuelle, transmission d’informations fiables et avérées.

Pratiquement, outre l’utilisation de logiciels de visualisation de données, la plateforme a favorisé le multimédia. Cela prend la forme de webinars développés en partenariat avec l’Institut français de recherche en Afrique à Nairobi (IFRA-Nairobi) et l’Alliance française, de podcasts réalisés par des universitaires locaux et étrangers[12] sur des thématiques allant de l’art et l’éducation aux politiques économiques et de partages d’espaces avec des médias proches de la ligne éditoriale, à l’instar d’Africa is A Country ou d’Africa Uncensored. L’objectif étant d’accroître l’espace de visibilité de chacun – et de fédérer la communauté diasporique kényane.

Au moment de la rédaction de cet article (juillet 2020), plus d’une cinquantaine d’articles sont entrés dans la rubrique « Coronavirus » et traitent de thèmes aussi divers que l’économie, l’éducation, l’habitat, la politique est-africaine, internationale, la religion, la santé ou encore le secteur créatif et des médias[13]. Il s’agit souvent de réflexions accompagnées d’une dimension prospective où les arts et à la création sont présents.

Le secteur artistique lui-même a par exemple fait l’objet de plusieurs contributions dédiées, dans des registres différents. L’une, de l’historien et musicien Mwongela Kamencu[14], évoque avec scepticisme les mesures gouvernementales prises en direction des artistes, en insistant sur la menace qu’elles représentent pour la liberté créatrice. L’auteur y partage également à la première personne sa propre expérience sociale d’artiste. Une autre, du journaliste d’art Msanii Kimani wa Wanjiru[15], documente dans un format long (plus de 4 500 mots), intégrant une perspective historique, les liens entre crises sanitaires et émergence des arts, tout en mêlant citations extraites d’entretiens et comptes rendus d’études chiffrées. En parallèle, l’artiste et entrepreneuse Muthoni Drummer Queen[16] livre dans un podcast son décryptage politique, historique et social de la pandémie.

En termes de styles, les articles s’échelonnent du position paper du type produit dans des think-tanks à des morceaux documentaires sur la forme de la creative non-fiction à l’américaine. En ce qui concerne le format du position paper, l’exemple de l’article « The African Union Needs a COVID-19 Think-And-Do Tank »[17] par l’entrepreneuse et académique Lydiah Kemunto Bosire est parlant. L’auteure, primo-contributrice pour le média, y recommande pour l’Union Africaine la constitution d’un think-and-do-tank dédié aux réponses à apporter à la pandémie de Covid-19. Le style est épuré et le contenu précisément articulé.

La creative non-fiction à l’américaine, quant à elle, s’incarne dans le texte « A Tale of Two Lockdowns, 33 Years Apart »[18] de l’écrivain et journaliste ougandais A.K. Kaiza. L’auteur y associe le confinement qu’il vit à Entebbe à des souvenirs d’enfance dans un pensionnat à Teso en 1987 en pleine guerre. Son récit s’appuie sur une expérience personnelle qu’il étend à une réflexion sur ce que le confinement provoque d’abandon et de solitude.

En somme, par son positionnement entre le média et le think-tank, The Elephant offre une couverture originale de la crise où la prospective, la recommandation et le rapport à l’Histoire tiennent une part centrale. Les sujets d’actualité y sont observés avec des propositions d’actions, dans des formats longs et innovants (podcasts, infographies…) qui tranchent nettement avec le journalisme classique au Kenya. Deux points interrogent, néanmoins : à qui s’adresse ce contre-discours marque de fabrique de la plateforme ? Et comment mesurer l’impact des recommandations faites sur les politiques publiques ? Pour autant, The Elephant fait preuve d’audace dans un paysage médiatique sclérosé et contribue à structurer le secteur des médias, le monde académique et à stimuler l’imaginaire et la créativité.

De cette vision panoramique et pluridisciplinaire de la société kényane, passons à une vision de l’intérieur rendue par un focus sur des tranches de vie capturées dans des récits. Le second sujet de ce billet, le blog Bikozulu, a en effet été choisi parce que radicalement différent par sa nature. Il offre une vue complémentaire de la société kényane. Si The Elephant traite l’information dans un effort collectif, scientifique et documenté, Bikozulu s’intéresse de façon individuelle aux histoires vécues par plusieurs pans de la société kényane – sans s’apparenter aux newsblogs. Pour certains de ses lecteurs, il représente toutefois une source primaire d’information.

II. Un blog d’écriture créative : Bikozulu

Rappelons d’emblée que la blogosphère kényane est particulièrement dense[19]. La Bloggers Association of Kenya (BAKE), qui rassemble les blogueurs et créateurs de contenus du pays, la structure en catégories (technologie, photographie, creative writing, mode…) et remet chaque année après un vote en ligne des récompenses, les « Bake Awards »[20], aux plus populaires. Les bloggeurs restent dans le viseur des politiques, qui se méfient de ce qu’ils considèrent parfois comme des initiatives aux couleurs militantes[21].

Notons que les blogs sont animés par des individus qui parlent en leur nom sur des sujets choisis, leur modèle économique et leur promotion – souvent à travers les réseaux sociaux – leur garantissant ou non une longévité.

« About », BAKE Awards (Bloggers Association of Kenya). Voir : https://www.bakeawards.co.ke/.

A. Enregistrer les vies du quotidien

Quelques éléments sur le blog Bikozulu et son auteur Jackson Biko. Né en 2009, Bikozulu est un des plus anciens blogs au Kenya. À l’époque de sa création, son auteur travaillait pour un magazine masculin. Contraint de trouver un autre débouché pour partager ses textes, Biko se garantit la possibilité d’être libre de son contenu et de sa périodicité en créant un blog.

Le sous-titre du blog, « Everything is a story », indique d’emblée le positionnement du blogueur en tant que storyteller. Le blog de Bikozulu consiste en effet en des récits de vie d’une longueur moyenne de 2 500 à 3 000 mots. Dans ses billets, le blogueur narre un fait divers, une anecdote ou une expérience vécue qui résonne avec la vie d’un individu qu’il a rencontré. Alternent billets sans visée business et billets positionnant des marques au sein du texte. La périodicité d’un billet par semaine est respectée scrupuleusement.

Bikozulu, en-tête et menu principal.

En temps de Covid-19, sur l’ensemble des dix-sept billets étudiés, la ligne éditoriale s’avère stable : des histoires vécues plongent le lecteur dans le quotidien du monde urbain kényan ou éclairent pour lui des réalités sociales parfois méconnues du monde rural.

Tel billet intitulé « A Girl. A Picture. A Story »[22] et daté du 29 mai 2020 rend compte, à renforts de photographies, de la vie d’une petite fille au Turkana, privée d’école avec la pandémie. Tel autre intitulé « Look At Us »[23] et daté du 14 avril 2020 part de la grossesse de la fille d’une mère seule pour exposer l’impact du virus sur la vie d’une femme de ménage. En attirant le regard du lecteur sur cette réalité, le blogueur en appelle à sa générosité à travers la promotion d’un système de points mis en place par un opérateur téléphonique. Un troisième, baptisé « Barua »[24], s’ouvre sur des considérations politico-satiriques sur un discours du Président Kenyatta pour proposer une réflexion sur le métier d’écrivain, sur la créativité, et sur l’importance d’avoir un mentor. Ce dernier point visant à éclairer le travail du jeune blogueur Eddy Ashioya qui a produit un billet sur le blog de Biko précédemment[25].

En somme, les thèmes des scènes de vie décrites dans les différents billets varient (difficultés sociales, paternité, santé mentale…) mais une grande réflexivité sur le secteur créatif et sur l’écriture – dont Biko est également un enseignant – s’y trouve omniprésente. À noter qu’en plus des billets de blogs, des histoires complémentaires s’invitent sur Facebook et Instagram. Il s’agit par exemple pour la période qui nous intéresse d’une série intitulée Quarantine Bible Stories et mettant en histoires des scènes d’une Bible illustrée. Cette utilisation des réseaux sociaux s’inscrit dans la trajectoire même du blog, dont la structure et le modèle économique ont évolué au cours du temps.

Publication sur la page Facebook Bikozulu, le 25 mars 2020. https://www.facebook.com/Bikozulu/posts/2664652510300065 [archive]

B. Un blog, une trajectoire

En 2009, la publicité intégrée et les réseaux sociaux existaient de façon très limitée. Les écrits de Biko, déjà relayés sur Facebook, ont exercé très vite une forte attraction. Cependant, durant quatre années le blog n’a généré aucun revenu. Deux étapes ensuite : en 2013, grâce à la communauté qu’il a su fédérer, Biko est approché par une première marque. Plus que des revenus, elle lui offre des produits et des avantages (tour d’Afrique du Sud entièrement sponsorisé en échange de la plume du blogueur qui sert à promouvoir la marque). En 2015, le système de pay-for-content est popularisé et les marques approchent Biko pour faire du placement de produits. Le modèle économique se met en place, le blogueur restant maître des marques qu’il choisit de sponsoriser à travers ses billets. Comme nombre de blogueurs interrogés me l’ont confirmé, l’idée de liberté se situe au cœur de la démarche, vue avant tout comme créative.

En termes d’audience, Bikozulu fédère aujourd’hui une communauté de près de 140 000 abonnés sur Facebook et 174 000 abonnés sur Twitter – plateforme sur laquelle le blogueur est particulièrement actif. Comme pour The Elephant, peu de données sont disponibles à propos de l’audience, mais l’on peut pencher pour un lectorat issu de la classe moyenne, plutôt urbaine : les billets, écrits en anglais, mettent souvent en scène la ville de Nairobi et désignent par leurs noms les quartiers et les points de repère de la capitale. La communauté est prompte à participer au travers d’une section « Commentaires » très nourrie. Cela se traduit également dans des actions concrètes comme des campagnes de crowdfunding pour des individuels ou des organisations initiées dans des billets de blog.

Le rapport à l’audience est étroit – malgré ce qu’en dit l’auteur, qui affirme dans un entretien[26] ne pas se préoccuper des commentaires – et le thème des histoires parfois suggéré au blogueur par les intéressés. Le sentiment de communauté est entretenu du fait que le blogueur se mette en scène dans ses écrits. De plus, les billets sont relayés sur les réseaux sociaux où ils trouvent une seconde vie – et parfois ensuite dans les échanges WhatsApp où ils en gagnent une troisième.

En définitive, c’est un type alternatif d’écriture de l’actualité qui se dessine : l’information est imbriquée au sein d’histoires sur des formats longs où l’émotion s’inscrit dans le cœur de la narration, laissant le lecteur analyser les faits rapportés. Pour le blogueur, ces histoires sont une occasion de promouvoir un style de vie associé à certaines marques, de se mettre en scène et d’approcher le secteur de l’écriture sous une forme autoréflexive. La communauté des lecteurs du blog devient ainsi un relais des productions écrites qui trouvent une voix sur les réseaux sociaux. Pour Bikozulu, le travail est également documentaire : enregistrer des histoires urbaines, qui décrivent une réalité en train de s’écrire. Dans les billets s’entremêlent donc réflexions sociales, marketing, créativité littéraire et volonté documentaire.

*

En conclusion, au travers de ces deux médias alternatifs, on peut juger de la sensibilisation à l’information sur des formats longs, dans deux voies différentes mais complémentaires : d’un côté, The Elephant, projet collectif, propose un regard critique et documenté sur la société kényane d’autant plus nécessaire à l’heure de la pandémie ; de l’autre, Bikozulu ouvre l’intimité du quotidien de ménages kényans affectés par la crise, sans s’arrimer directement à l’actualité.

Bien entendu, l’objectif des deux médias diverge. Si, dans le premier cas, il s’agit d’apporter de l’information documentée et d’émettre des recommandations pour un modèle renouvelé de gouvernance, le second a plus vocation à partager des histoires à hauteur de femme et d’homme, tout en positionnant des marques. Voilà deux approches différentes de l’écrit, aux frontières du journalisme, des sciences et de la fiction. En adaptant la terminologie de Michel de Certeau initialement appliquée à l’appréhension de l’espace géographique, on peut apparenter la démarche de The Elephant à celle du « voyeur » qui envisage de façon surplombante la société kényane dans son ensemble, et celle de Bikozulu au « marcheur », véritable praticien de l’espace, qui explore depuis l’intérieur une portion spécifique de cette même société.

En définitive, la créativité apparaît au cœur des deux initiatives, qu’elle se niche dans les formats choisis ou dans le contenu produit, et informe en retour un public, qui demeure difficile pour le chercheur à identifier précisément[27]. Les travaux contemporains d’ethnographie digitale – à l’instar de l’exploration méthodologique conduite par Daniel Miller, du développement de la notion de geomedia par Lane DeNicola ou encore d’imagined audience avancée par Eszter Hargittai – offrent toutefois des pistes intéressantes pour préciser la nature de cette audience en ligne que la crise sanitaire pourrait toutefois avoir reconfigurée.


Bibliographie indicative

BAKE (Bloggers Association of Kenya). 2018. State of the Internet in Kenya 2017. URL : https://www.ifree.co.ke/wp-content/uploads/2018/02/State-of-the-Internet-in-Kenya-report-2017.pdf [archive].

Certeau (de), Michel. 1990 (1980). L’Invention du quotidien. Paris : Gallimard.

Fielding, Nigel G., Raymond M. Lee et Grant Blank (éd.). 2017. The SAGE Handbook of Online Research Methods (2e édition). Londres : SAGE Publications.

Husinger, Jeremy, Matthew M. Allen et Lisbeth Klastrup (éd.). 2010. International Handbook of Internet Research. Pays-Bas : Springer.

Ligaga, Dina. 2012. « “Virtual Expressions”: Alternative Online Spaces and the Staging of Kenyan Popular Cultures ». Research in African Literatures 43, n° 4 : 1-16. http://doi.org/10.2979/reseafrilite.43.4.1.

Nanjala, Nyabola. 2018. Digital Democracy, Analogue Politics. How the Internet Era is Transforming Politics in Kenya. Londres : Zed.

Ogola, George. 2017. Popular Media in Kenyan History. Fiction and Newspapers as Political Actors. New York (NY) : Palgrave Macmillan. https://doi.org/10.1007/978-3-319-49097-7.

Ogola, George. 2011. « The Political Economy of the Media in Kenya: From Kenyatta’s Nation-Building Press to Kibaki’s Local-Language FM Radio ». Africa Today 57, n° 3 : 77-95. http://doi.org/10.2979/africatoday.57.3.77.

Pole, Antoinette. 2009. Blogging the Political : Politics and Participation in a Networked Society. Londres : Routledge.

Reuters Institute. 2020. Digital News Report 2020. URL : https://reutersinstitute.politics.ox.ac.uk/sites/default/files/2020-06/DNR_2020_FINAL.pdf [archive].


Notes

[1] Je tiens à remercier toute l’équipe de l’IFRA qui m’a réservé un accueil chaleureux et des conseils bienvenus. Je remercie également toutes les personnes qui ont accepté de répondre à mes questions.

[2] Sans entrer dans des débats historiographiques sur la notion d’événement, notons qu’une multitude de chronologies de la pandémie pourraient être dessinées en fonction des critères retenus (paliers de personnes infectées, expansion géographique par comtés, taux d’occupation des infrastructures hospitalières…). L’absence de données précises pour chaque critère retenu rend l’opération d’autant plus difficile dans le cas du Kenya. M’intéressant ici à la couverture de la pandémie par certains médias, j’ai tenté d’identifier leur propre rythme de couverture de la crise, visiblement en lien avec le calendrier politique.

[3] On peut retrouver la retranscription écrite de ces allocutions dans la rubrique « Statements and Speeches » du site officiel du cabinet du Président : https://www.president.go.ke/category/speeches/.

[4] Les prospections sur la date du prochain discours ou un compte rendu factuel des discours remplaçant dans de nombreux cas des enquêtes de terrain ou des analyses approfondies.

[5] https://en.wikipedia.org/wiki/COVID-19_pandemic_in_Kenya.

[6] D’autant que cet environnement a des chances d’être influencé par la nature même des nouvelles traitées par les médias (relais de mesures, explicitations d’annonces, partages d’expériences…).

[7] Sur l’accès à l’information par la population kényane, on pourra se référer au profil du Kenya du Digital News Report produit par le Reuters Institute de l’Université d’Oxford : http://www.digitalnewsreport.org/survey/2020/kenya-2020/ [archive].

[8] À titre d’exemple, en date de juillet 2020, le compte Twitter du média The Elephant est suivi par 26 400 personnes, tandis que celui de The Nation Media est suivi par 2,1 millions, soit près de cent fois plus.

[9] Dans un article sur les imbrications entre le politique et l’économie des médias kényans, George Ogola parle d’une « relation problématique entre les médias d’informations et une puissante infrastructure politique parallèle, sans le soutien de laquelle la plupart des médias d’informations ont du mal à survivre » (Ogola 2011).

[10] Pour la période étudiée, plusieurs articles – ceux de Rasna Warah, Mwongela Kamencu, Msanii Kimani wa Wanjiru notamment – insistent sur l’alignement du secteur des médias et de la création sur l’agenda politique au Kenya. Le cas le plus emblématique est l’article de Rasna Warah qui retrace une histoire contemporaine des liens entre politique et médias traditionnels, centrée sur sa propre expérience. Voir : Warah, Rasna. 2020. « Manufacturing Non-Dissent: Is the Media in Kenya Really Free? » The Elephant, 13 mars. https://www.theelephant.info/op-eds/2020/03/13/manufacturing-non-dissent-is-the-media-in-kenya-really-free/ [archive]

[11] A ce titre, les entretiens personnels avec les acteurs de la société civile sont révélateurs : la plupart des personnes interrogées ayant un niveau d’éducation limité ne connaissent pas le média, tandis que celles appartenant à l’élite culturelle du pays (lecteurs ou même contributeurs occasionnels) ont tendance à exagérer l’ampleur et l’influence du média.

[12] Voir : https://www.theelephant.info/radio/

[13] Catégorisation personnelle.

[14] Kamencu, Mwongela. 2020. « Government Money, Artistic Freedom and Integrity in the Time of Coronavirus ». The Elephant, 24 juin. https://www.theelephant.info/reflections/2020/06/24/government-money-artistic-freedom-and-integrity-in-the-time-of-coronavirus/ [archive].

[15] Wanjiru, Msanii Kimani wa. 2020. « The Role of the Artist in the Time of Corona ». The Elephant, 5 juin. https://www.theelephant.info/culture/2020/06/05/the-role-of-the-artist-in-the-time-of-corona/ [archive].

[16] « Muthoni Drummer Queen: Art in the Age of Corona ». 2020. The Elephant, 17 juin. https://www.theelephant.info/radio/2020/06/17/muthoni-drummer-queen-art-in-the-age-of-corona/

[17] Bosire, Lydiah Kemunto. 2020. « The African Union Needs a COVID-19 Think-And-Do Tank ». The Elephant, 19 juin. https://www.theelephant.info/op-eds/2020/06/19/the-african-union-needs-a-covid-19-think-and-do-tank/ [archive].

[18] Kaiza, A.K. 2020. « A Tale of Two Lockdowns, 33 Years Apart ». The Elephant, 30 mai. https://www.theelephant.info/reflections/2020/05/30/a-tale-of-two-lockdowns-33-years-apart/ [archive].

[19] Notons que de nombreux contributeurs de The Elephant, comme Wandia Njoya ou Oyunga Pala, sont blogueurs par ailleurs.

[20] Voir https://www.bakeawards.co.ke/ [archive].

[21] Robert Alai a été arrêté le 20 mars 2020 pour avoir relayé sur son compte Twitter (1,4 million d’abonnés en date de juillet 2020) des informations sur le Covid-19 qualifiées de fausses par le gouvernement kényan.

[22] « A Girl. A Picture. A Story ». 2020. Bikozulu, 26 mai. https://bikozulu.co.ke/a-girl-a-picture-a-story/ [archive].

[23] « “Look At Us” ». 2020. Bikozulu, 14 avril. https://bikozulu.co.ke/look-at-us/ [archive].

[24] « Barua ». 2020. Bikozulu, 9 juin. https://bikozulu.co.ke/barua/ [archive].

[25] Voir : « From Home ». 2020. Bikozulu, 24 mars. https://bikozulu.co.ke/from-home/. https://bikozulu.co.ke/from-home/ [archive].

[26] Entretien personnel conduit au téléphone le 20 mai 2020.

[27] Sur les difficultés d’un travail qualitatif (identification de l’audience et des communautés) sur les médias et les réseaux sociaux, on pourra se référer à The SAGE Handbook of Online Research Methods, en particulier les parties V, VI et VII.

Antoine Kauffer

With a dual scientific and literary background gained in Paris, São Paulo and Cambridge, Antoine Kauffer developed his professional experiences at a think tank specialized in the culture and media sectors, then as part of a scientific heritage house where he oversaw editorial and sustainable development projects. Drawing on his international exposure, he then embarked upon a research trip through East Africa (Kenya, Uganda, Rwanda). He now conducts research on literary and artistic creativity in the region and cartography local socio-cultural initiatives in the form of bi-monthly newsletters. *** Doté d’une double formation scientifique et littéraire suivie à Paris, São Paulo et Cambridge, Antoine Kauffer a développé son expérience professionnelle dans un think-tank sur la culture et les médias puis dans une institution patrimoniale scientifique où il s’occupait des projets d’édition et de développement durable. En s’appuyant sur son expérience internationale, il a ensuite entamé un séjour de recherche en Afrique de l’Est (Kenya, Ouganda, Rwanda). Il conduit désormais des recherches sur la créativité littéraire et artistique dans cette région et cartographie en parallèle sous la forme de bulletins bimensuels les initiatives socio-culturelles locales.

More Posts


Antoine Kauffer

With a dual scientific and literary background gained in Paris, São Paulo and Cambridge, Antoine Kauffer developed his professional experiences at a think tank specialized in the culture and media sectors, then as part of a scientific heritage house where he oversaw editorial and sustainable development projects. Drawing on his international exposure, he then embarked upon a research trip through East Africa (Kenya, Uganda, Rwanda). He now conducts research on literary and artistic creativity in the region and cartography local socio-cultural initiatives in the form of bi-monthly newsletters. *** Doté d’une double formation scientifique et littéraire suivie à Paris, São Paulo et Cambridge, Antoine Kauffer a développé son expérience professionnelle dans un think-tank sur la culture et les médias puis dans une institution patrimoniale scientifique où il s’occupait des projets d’édition et de développement durable. En s’appuyant sur son expérience internationale, il a ensuite entamé un séjour de recherche en Afrique de l’Est (Kenya, Ouganda, Rwanda). Il conduit désormais des recherches sur la créativité littéraire et artistique dans cette région et cartographie en parallèle sous la forme de bulletins bimensuels les initiatives socio-culturelles locales.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search