Candidater comme chercheur·e au CNRS, quelques conseils et ressources

Une bibliothèque personnelle, Mali. Photo : Ophélie Rillon.

Le CNRS recrute chaque année des chargés de recherche classe normale (CRCN) sur concours. Ce concours national s’adresse aux candidat·e·s de toute nationalité qui ont un doctorat et présentent un dossier écrit (à rendre fin décembre ou début janvier selon les années). Si le dossier est complet, le·la candidat·e est dit·e « admis·e à concourir » par le jury de la section disciplinaire choisie. Une première sélection drastique est opérée à partir des dossiers écrits. Les candidat·e·s sélectionné·e·s présentent alors leur travail oralement (« admis à poursuivre », entre février et avril). Il·Elle est ensuite éventuellement « admissible » si le jury l’a retenu·e, avant que sa réussite ne soit confirmée (« admission ») par une autre instance du CNRS.

Le LAM propose de soutenir les candidat·e·s qui souhaiteraient s’intégrer à son équipe en cas d’admission par la rédaction d’une lettre de soutien, en aidant à la rédaction du dossier écrit, et en effectuant une préparation de l’oral.

Comme il est souvent difficile de se repérer dans la préparation de ce concours où les normes de présentation sont implicites, ce billet a vocation à aider les candidat·e·s souhaitant préparer le concours du CNRS. Il est fondé sur les retours d’expériences des membres du laboratoire Les Afriques dans le Monde, même si les conseils exposés ici peuvent s’appliquer plus généralement aux autres domaines de recherches.

Les candidat·e·s peuvent ou doivent – selon les règles de chaque section – demander le soutien d’un ou plusieurs laboratoires qui s’engagent à les recevoir en cas de réussite au concours. Les laboratoires examinent les dossiers mais il ne s’agit pas d’une pré-sélection du concours : il s’agit simplement de vérifier que les projets pourront s’intégrer dans les axes de recherche du laboratoire et que les candidat·e·s pourront trouver au sein de l’équipe des collègues avec qui dialoguer et collaborer dans les années à venir. Souvent, les laboratoires organisent des auditions blanches voire un appui à la rédaction des projets. C’est le cas du LAM qui soutient activement les jeunes chercheur·e·s travaillant sur l’Afrique et ses diasporas en sciences humaines et sociales, littérature et droit. Il convient donc de se présenter à la direction du ou des laboratoires qui vous intéressent, ou à l’un·e des membres de ces laboratoires dont les recherches sont voisines des vôtres, en amont du concours – aux alentours de novembre si vous voulez avoir du temps pour retravailler votre projet avant le rendu définitif. Courant octobre, les laboratoires envoient généralement un message sur la plupart des listes professionnelles pour indiquer le calendrier et les attendus pour les candidat·e·s souhaitant demander leur soutien. Ces informations sont également indiquées sur leurs sites internet.

Sans titre
The Historians’ History of the World. Photo: Sharon Hahn Darlin (CC BY 2.0). https://flic.kr/p/MB63EX

Le dossier : un exposé clair de vos ambitions de recherche

La première partie du concours est un dossier écrit dont la seule consigne explicite est d’exposer un projet de recherches sur les dix années à venir, en une vingtaine de pages environ. Formellement, il se compose de deux parties : un résumé des travaux antérieurs du/de la candidat·e (qui occupe approximativement le premier tiers du texte : le « rapport d’activités ») doit mener logiquement à l’exposé du projet proprement dit (qui occupe les deux tiers restants : le « projet »). Que feriez-vous si l’on vous laissait les moyens de vous consacrer entièrement à la recherche pendant dix ans ? Le projet, vous l’aurez compris, doit donc être assez vaste : il ne s’agit pas d’un projet postdoctoral de deux ans, ni d’une mission ou encore d’une réponse à un appel d’offre. Il s’agit véritablement d’un plan de carrière, il ne faut donc pas hésiter à proposer une recherche ambitieuse mais qui doit rester réaliste. La « faisabilité » du projet est un critère d’évaluation important. Ce projet de recherche doit également décrire comment vous allez vous investir dans la vie de votre laboratoire et dans la vie académique en général, par exemple en soumettant des projets ANR ou ERC, en organisant des colloques nationaux et internationaux, etc. 

Pour la rédaction, il est fortement conseillé de se référer aux différentes sections auprès desquelles vous candidatez, et notamment de lire leurs rapports de conjoncture ou tout documents diffusés. Nous plaçons dans la section « ressources » de ce billet des liens vers des pages des différentes sections du CNRS. Sont exposées dans ces rapports les grandes lignes définies comme prioritaires par le CNRS : vous pourrez ainsi voir comment vos recherches s’intègrent dans ces orientations générales.

Vous serez lus et auditionné par des spécialistes de votre discipline… mais qui relèvent souvent de sous-champs et de terrains bien éloignés des vôtres ! Dans la rédaction de votre projet, il faut donc combiner une grande précision dans vos propositions et dans l’exposé de vos ressources théoriques et de vos options méthodologiques, mais aussi d’une grande pédagogie et d’une grande clarté : autrement dit, vous devez à la fois pouvoir être compris·e par – et intéresser – un·e spécialiste de votre sujet et un·e néophyte. Par exemple, en section 35 (« Sciences philosophiques et philologiques, sciences de l’art »), il y a des spécialistes de la philosophie antique autant que des spécialistes d’André Breton qui doivent pouvoir apprécier un projet sur les littératures africaines. Autre exemple : la section 36, qui a la particularité de regrouper juristes et sociologues, ajoutant une diversité des disciplines à la diversité des thématiques de recherche. Quant à la section 40 (« Politique, pouvoir, organisation »), elle rassemble des politistes de toutes eaux et des sociologues de l’action publique et de l’économie. Les sections fortement interdisciplinaires, telles que la 39 ou la commission interdisciplinaire 52, demandent des efforts pédagogiques particuliers : n’hésitez pas à réaliser des paragraphes ou encadrés « pédagogiques », qui expliquent de manière claire et simplifiée ce que vous expliquez dans le reste du texte.

Les sections sont souvent réceptives aux chercheur·e·s et aux projets qui portent sur les Suds, qui tranchent généralement avec le gros des candidatures et suscitent la curiosité. Mais il faut prendre soin de rédiger le projet pour qu’il parle à des jurés qui ne connaissent de la littérature africaniste rarement plus que quelques travaux classiques du champ. Sans s’adonner à un name-dropping abusif (et risqué s’il est mal maîtrisé), il n’est pas inutile dans votre projet de « discuter » avec quelques auteur·e·s et questions canoniques de la littérature « centrale » (c’est-à-dire, souvent, sauf peut-être en anthropologie, européaniste), pour montrer que vous n’entendez pas vous limiter aux études africaines et que vous voulez vous inscrire dans une discussion plus large.

Locally-made iron tool, Ibel, Southeast Sénégal (West Africa)

Locally-made iron tool, Ibel, Southeast Sénégal (West Africa). Photo : John Atherton (CC BY SA 2.0). https://flic.kr/p/uet6AL

Chaque section a ses propres attentes. Nous vous donnons ici des conseils généraux, à adapter en fonction de votre dossier. Votre projet peut s’inscrire dans la continuité de vos travaux de thèse mais il ne doit pas être « seulement » une extension (géographique ou chronologique par exemple) de celle-ci. Il peut aussi en différer assez fortement. Plus vaste qu’un projet postdoctoral, le projet CNRS doit ouvrir des perspectives théoriques et méthodologiques plus ambitieuses. L’expérience internationale est à mettre en valeur : missions de recherche en Afrique, séjours hébergés scientifiquement par des UMIFRE ou l’IRD, contrats postdoctoraux en France ou à l’étranger… L’implication en équipe et la pratique de collectifs sont également recherchées : co-direction de publications, organisations d’événements scientifiques, insertion dans des programmes de recherche collectifs… Par ailleurs, la maîtrise des langues étrangères est un point important de la candidature : les travaux publiés en langue étrangères bien sûr, mais aussi, plus rare, la maîtrise ou l’apprentissage en cours de langues africaines peuvent être des atouts qu’il ne faut pas hésiter à mettre en avant. Le CNRS recrute des chercheur·e·s qui présentent un projet scientifique à la fois ambitieux et original : autrement dit, il faut pouvoir convaincre que vous seul avez les capacités de réaliser le projet que vous présentez, soit parce que vous maîtrisez une langue dite « rare » (« rare » s’appliquant bien entendu à l’enseignement et non pas aux locuteurs : le haoussa est dit « rare » en France tandis qu’il est parlé par plus de 60 millions de locuteurs), soit parce que vos enquêtes et vos missions de recherches vous ont forgé un réseau très spécifique, soit parce que votre angle scientifique est particulièrement original, à la croisée des disciplines et des méthodes.

Point logistique : n’attendez pas le dernier jour pour vous inscrire sur la plateforme du concours ! Les pièces à télécharger peuvent être lourdes et le serveur risque d’être saturé lors des derniers jours. Trois publications sont à joindre au dossier, pensez à insérer parmi elles votre thèse. Il est conseillé de choisir parmi vos publications les plus pertinentes par rapport à la section demandée (par exemple les publications dans des revues phares de la discipline).

Les chercheur·e·s de LAM ont consulté pour la rédaction de leurs propres projets de nombreux projets de collègues qui avaient eu la gentillesse de les leur communiquer. Certain·e·s d’entre nous choisissent donc de rendre la pareille aux jeunes chercheur·e·s qui candidatent à leur tour en mettant ci-dessous le lien vers leurs projets. Autrement, n’hésitez pas à solliciter directement par message des membres du laboratoire dont le projet et les thématiques de recherche sont proches des vôtres. Mais attention, en aucun cas ces projets ne sont à prendre comme de quelconques modèles univoques : ce sont des propositions de parcours scientifiques, forcément singuliers, forcément circonscrits aux domaines de recherches de leurs auteurs·rices. Ils correspondent aussi aux attendus d’une section à un temps T. Ces attendus peuvent avoir évolué avec les années, d’où l’importance de consulter les sites de chaque section. Ces projets doivent vous servir avant tout à vous donner des idées de présentation, de longueur, de rédaction, de calendrier indicatif, de bibliographie mobilisable… L’exercice du dossier CNRS reste relativement un exercice libre : c’est au·à la candidat·e de s’emparer de cette forme et de se l’approprier.

Le projet d’Ophélie Rillon (section 40 – session 2015) :
Le rapport sur les travaux.
Le projet de recherche : « Intimités militantes. La vie privée des engagements dans les sociétés d’Afrique de l’Ouest contemporaines »

Le projet d’Elara Bertho (section 35 – session 2017) :
Le rapport sur les travaux.
Le projet de recherche : « Imaginaires épiques de la guerre coloniale : enjeux de représentations. Archives, textes, performances »

Le projet de Romain Tiquet (section 33 – session 2018 et 2019).
Romain Tiquet propose les deux projets successifs, qu’il a présentés, en 2018 et 2019, montrant les évolutions et adaptations, notamment appuyées sur les remarques du jury de l’audition orale :
– essayer d’être le plus concret possible, se baser sur une source pour illustrer un axe de recherche, éviter d’être trop elliptique pour pas perdre la commission ;
– ne pas hésiter à soulever (dans l’oral ou les réponses aux questions) les biais de ces sources et les limites (et comment les surmonter).
Le projet de 2018.
Le projet de 2019.

Field research Kenya 2016

Field research Kenya 2016. Photo : Koen Dekeyser (CC BY 2.0). https://flic.kr/p/LBu5Vp

L’oral : concis et efficace

Selon les sections, le temps de présentation du·de la candidat·e varie : entre dix (sections 35 et 40) et quinze minutes (sections 36, 33). La durée peut également varier pour les questions selon les sections (dix minutes pour la section 35 ; jusqu’à quarante minutes pour la section 40). Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un oral extrêmement court : il faut donc privilégier la clarté et l’efficacité dans la présentation de votre projet, la précision des mots-clés que vous choisissez et des exemples que vous prenez pour illustrer vos recherches à venir. Alternez entre des idées théoriques globales et des exemples percutants et très concrets.

Votre ou vos rapporteur·e·s – que vous ne connaissez pas – aura/auront lu en détail votre rapport sur travaux et votre projet. Les autres membres du jury n’en auront qu’une connaissance limitée. Il est donc utile de rappeler dans votre oral les grands axes de votre travail, votre inscription disciplinaire, l’originalité de votre approche méthodologique. Soyez concret (tout en restant bref) sur votre calendrier, sur les financements de vos terrains, sur les archives ou les sites d’étude, sur les structures d’accueil possibles pour vos recherches ou pour vos enquêtes. Il est possible de contacter des centres de recherche à l’étranger pour discuter de vos thématiques d’enquêtes et pour évoquer des hébergements ultérieurs possibles, en cas de réussite au concours. Vous pouvez par exemple programmer un séjour de recherche à l’IFRA de Nairobi qui vous serait utile pour telle et telle raison.

La première question du jury est souvent celle du·de la rapporteur·e de votre dossier. Il·Elle peut poser une question qui vous met en valeur, afin que vous reformuliez l’axe principal de votre recherche ou l’angle méthodologique adopté. Les questions ultérieures des autres membres du jury vous conduisent à montrer que vous êtes capable de dialoguer avec d’autres spécialités, à faire des ponts entre vos propres recherches et celles des autres. Elles peuvent également vous amener à approfondir un point de méthode, une pratique d’enquête, une comparaison possible entre plusieurs terrains…

Vous serez coupés à la fin du temps imparti : l’un·e des membres du jury a pour fonction de garder un œil sur le chronomètre. Il est impératif de s’entraîner plusieurs fois pour bien connaître son texte. S’il n’est pas nécessairement utile de le connaître par cœur, il est en revanche important de le connaître assez pour le dérouler dans le temps exact du concours. La pratique des auditions blanches, que nous proposons à LAM ou que vous pourrez faire avec des collègues de votre entourage, est très utile pour apprivoiser la longueur de votre texte, la rapidité ou non de votre débit de parole ou encore l’efficacité de vos réponses. Ne parlez pas trop vite, il faut pouvoir être compris·e par tout le monde et que celles et ceux qui le désirent puissent prendre des notes.

De manière générale, tentez de répondre de manière précise et efficace. Ne cherchez pas à monopoliser la parole en répondant longuement : le jury ne doit pas se sentir frustré de n’avoir pu vous poser toutes les questions qu’il aurait souhaité. Il vaut mieux répondre brièvement à une question sur laquelle vous êtes mal à l’aise, et même admettre une faiblesse éventuelle (après tout, vous êtes recruté sur un projet qui va évoluer) plutôt que vous défendre de manière raide ou vous enferrer dans une réponse qui n’en finit pas. Vous êtes recruté·e sur un poste à vie pour cet oral extrêmement court : il faut être heureux·se d’avoir l’opportunité de présenter vos recherches et montrer que la recherche vous enthousiasme.

Céramologues répertoriant des tessons de poteries en céramique trouvés lors de la fouille du site archéologique de Sedeinga, situé sur la rive ouest du Nil, au nord du Soudan. Crédit : ©Mission archéologique de Sedeinga / LLACAN / CNRS Photothèque.

Ressources en ligne

Être candidat au CNRS, préparer l’écrit : https://academia.hypotheses.org/438

Et l’oral : https://academia.hypotheses.org/545

Guide du candidat 2020 : https://www.dgdr.cnrs.fr/drhchercheurs/concoursch/informer/docs/2020/CONCOURS_CH_2020_fr.pdf

Section 33 – Mondes modernes et contemporains

Critères d’évaluation – section 33 : https://www.cnrs.fr/comitenational/evaluation/criteresdevaluation/33_criteres_2018.html

Recommandations de la section 33 aux candidat·e·s (daté de 2017) : https://www.cnrs.fr/comitenational/evaluation/criteresdevaluation/33_guide-pratique_2018.pdf

Section 35 – Sciences philosophiques et philologiques, sciences de l’art

Critères d’évaluation du CNRS – section 35 : https://www.cnrs.fr/comitenational/evaluation/criteresdevaluation/35_criteres_2018.html

Rapport de conjoncture de la section 35 (daté de 2014) : https://rapports-du-comite-national.cnrs.fr/rapport-conjoncture/rapport-de-conjoncture-2014/acceder-au-texte-integral-de-la-section-35

Section 36 – Sociologie et science du droit

Critères d’évaluation – section 36 : https://www.cnrs.fr/comitenational/evaluation/criteresdevaluation/36_criteres_2018.html

Section 38 – Anthropologie et étude comparative des sociétés contemporaines

Critères d’évaluation – section 38 : https://www.cnrs.fr/comitenational/evaluation/criteresdevaluation/38_criteres_2018.html

Sections 39 – Espaces, territoires et sociétés

Critères d’évaluation – section 39 : https://www.cnrs.fr/comitenational/evaluation/criteresdevaluation/39_criteres_2018.html

Section 40 – Politique, pouvoir, organisation

Rapport de conjoncture de la section 40 (daté de 2014) : https://rapports-du-comite-national.cnrs.fr/rapport-conjoncture/rapport-de-conjoncture-2014/i-les-grandes-thematiques-de-lactivite-scientifique

Conseils pratiques à destination des candidat·e·s de la section 40 (daté de 2017) : file:///Users/or/Downloads/cnrs40conseils2017.pdf

Critères d’évaluation – section 40 : https://www.cnrs.fr/comitenational/evaluation/criteresdevaluation/40_criteres_2018.html

Esquisses | Les Afriques dans le Monde

Équipe de coordination du carnet.

More Posts


Esquisses | Les Afriques dans le Monde

Équipe de coordination du carnet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search