La contestation sénégalaise de mars 2021 : une crise politique ? Entretien avec Étienne Smith

Recherche Google images, « Senegal protest », avril 2021.

Entretien proposé par l’Institut des Afriques (IDAF) avec Étienne Smith, enseignant-chercheur à Sciences Po Bordeaux (LAM).
Ci-dessous la version vidéo produite par l’IDAF et sa retranscription retravaillée et enrichie de références.

Le 3 mars 2021, Ousmane Sonko, opposant au président Macky Sall, et l’un des principaux candidats probables pour l’élection présidentielle de 2024, est arrêté, accusé de viol. Les partisans de Sonko dénoncent un complot orchestré par le pouvoir. Les manifestations tournent à l’émeute – affrontements avec les forces de police, pillages et saccages – jusqu’à la libération sous contrôle judiciaire de Sonko, le 8 mars. Les événements causent plusieurs morts et de nombreux blessés, en faisant la mobilisation la plus violente au Sénégal depuis une dizaine d’années.

Le Sénégal semblait être un des pays africains épargné jusqu’ici par la violence politique. Comment donc s’expliquent, d’après vous, les événements de ces dernières semaines ?

Malgré sa réputation de pays stable, le Sénégal n’a pas été exempt de violences politiques dans son histoire. Un premier type de troubles récurrent relève des contextes électoraux, soit dans la contestation des résultats (1963, 1988, 1993) soit en amont de la période électorale (23 juin 2011 et janvier 2012). Ces manifestations liées au cycle électoral ont fait de nombreux blessés, parfois des morts, notamment en 1963 (plusieurs dizaines) et en janvier 2012 (entre six et quinze). D’autres troubles, comme ceux de mai-juin 1968, relèvent d’une contestation du régime par les milieux étudiants et syndicaux et s’inscrivent dans une histoire globale des mouvements sociaux. Deux conflits de plus grande ampleur ont également secoué le Sénégal indépendant : le conflit sécessionniste en Casamance (depuis 1982, en passe d’être réglé, mais qui a fait plusieurs milliers de victimes en trois décennies) et la crise de 1989 entre le Sénégal et le Mauritanie avec ses dizaines de morts et centaines de milliers de réfugiés de part et d’autre. Enfin il ne faut pas oublier la violence politique plus ciblée, comme la mort en prison de l’opposant Omar Blondin-Diop en mai 1973 ou l’assassinat du vice-président du Conseil constitutionnel Babacar Sèye en mai 1993, au lendemain de la proclamation des résultats des élections législatives.

Replacés dans ce contexte, les événements récents, qui ont fait au moins dix morts, ne sont donc pas inédits en soi. Leur particularité, comme l’a rappelé l’historien Mamadou Diouf, tient néanmoins à leur ampleur quasi nationale (presque toutes les régions ont été le théâtre de manifestations), à leur déconnexion du calendrier électoral, et à la détermination des manifestants, sous-estimée par le pouvoir. Ils rappellent par certains aspects le contexte de fin de mandat du précédent président, Abdoulaye Wade, quand crise sociale et économique se conjuguaient avec le refus de la population urbaine de laisser le pouvoir changer les règles du jeu de la compétition politique. C’est ainsi qu’étaient nés le mouvement du 23 juin 2011 contre la tentative du président de modifier le mode de scrutin de la présidentielle, et les manifestations de janvier 2012 contre la tentative inconstitutionnelle – mais validée par un Conseil constitutionnel aux ordres – du président Wade de briguer un troisième mandat.

Ces événements rappellent que le Sénégal est un pays profondément politique. Trop « politisé » déplorent certains. Ce qui est certain c’est que les questions électorales et constitutionnelles mobilisent, et que les manifestations ne peuvent pas être lues uniquement par le prisme socio-économique. C’est le « cadrage » proposé par le gouvernement pour la sortie de crise, qui propose des mesures économiques d’urgence et se montre bien discret sur les questions institutionnelles et démocratiques. Or si les doléances économiques et sociales sont la toile de fond du mécontentement, celui-ci est attisé cette fois-ci comme dans les années 1990 et en 2011-2012, par une attente de changements politiques profonds de la part d’une bonne partie de la population. Certes, le facteur conjoncturel indéniable réside bien évidemment dans le contexte de la pandémie Covid-19, et les mesures prises par le Sénégal pour y faire face (notamment le couvre-feu), qui ont durement touché des secteurs entiers de l’économie, notamment le secteur informel. Dans ce contexte difficile, il n’est pas étonnant que des manifestations d’abord politiques se soient étendues à d’autres griefs et aient été accompagnées de pillages. Les relatifs bons indicateurs économiques (un taux de croissance autour de 6 % jusqu’en 2020, un développement conséquent des infrastructures et de certains programmes sociaux, mais au prix d’un endettement croissant) et les slogans ressassés sur l’émergence ne peuvent rien face à l’immensité des défis de l’urgence sociale. Les futures retombées de la manne pétrolière et gazière sont aussi une maigre consolation pour des foyers concentrés sur la survie au quotidien.

Mais comme à chaque fois, l’étincelle, justement, fut bel et bien « politique », au sens où c’est le déclenchement d’une procédure judiciaire contre l’opposant Ousmane Sonko, qui a mis le feu aux poudres. Celui-ci est accusé de viols par une employée de salon de massage, faits que le principal opposant nie, criant au complot. L’état de défiance vis-à-vis de la justice et du pouvoir est tel que la dénonciation d’un complot visant à l’éliminer a connu un large écho, chez ses partisans naturellement, mais aussi plus largement, ce qui augure mal d’un traitement judiciaire apaisé d’une affaire devenue politique et qui met en jeu l’avenir politique du principal opposant. Diverses prises de position ont souligné l’impérieuse nécessité d’entendre les deux paroles, celle de la victime présumée et celle de l’homme politique, dans un contexte révélateur des transformations sociétales au Sénégal. Mais ce débat a rapidement été occulté par la politisation irréversible de cette affaire.

Indépendamment des faits qu’il appartient à la justice d’élucider, l’historique de l’élimination politique et judiciaire d’opposants par le président Macky Sall, qui a lui-même revendiqué haut et fort sa volonté de « réduire l’opposition à sa plus simple expression », donnait dès le départ à cette affaire une dimension politique, qu’Ousmane Sonko n’a pas eu de mal à accentuer par sa stratégie de défense. Ce dernier refusait de connaître le sort de Karim Wade (emprisonné trois ans, gracié partiellement puis « exilé » au Qatar), puis de Khalifa Sall, l’ancien maire socialiste de Dakar embastillé deux ans et demi (mars 2017-septembre 2019) et ainsi empêché de concourir à la présidentielle de février 2019. En outre, la plainte contre Ousmane Sonko est intervenue peu après les tentatives du ministre de l’intérieur de faire interdire son parti, le Pastef, sous prétexte de sa levée de fonds (réussie) au sein de la diaspora, marquant une volonté du pouvoir de régner sans partage même en l’absence d’enjeu électoral imminent. « Je t’achète ou je te détruis », la pratique politique d’un autre âge semble encore être un logiciel en vigueur, témoignant à sa manière d’une forme de fébrilité par rapport aux enjeux électoraux futurs.

Ces violences sont-elles l’un des syndromes d’une profonde crise du système politique sénégalais ?

Oui et il semble que, malheureusement, l’histoire se répète : les alternances politiques démocratiques de 2000 et 2012, justement célébrées, se sont soldées par de nouvelles tentatives hégémoniques, qui au lieu de rompre avec les pratiques ayant mené à l’impopularité des présidents précédents, succombent aux mêmes tentations, reproduisant voire aggravant les pratiques politiques contestées : état de droit malmené, tripatouillage constitutionnel, cooptation ou élimination judiciaire des opposants, train de vie ahurissant des entourages présidentiels et des ministres, entretien de clientèles dispendieuses… Cette nouvelle phase hégémonique s’épuise au cours des deuxièmes mandats (d’autant plus quand le contexte économique s’enraye, crise financière de 2008 et Covid 19 en 2020), avec une impopularité grandissante du président face à l’usure du pouvoir, d’autant plus que la vigueur démographique du pays renouvelle les générations politiques qui n’ont pas connu le régime précédent. Et cerise sur le gâteau, la question du troisième mandat vient inutilement parasiter un débat politique déjà suffisamment inflammable.

L’élection de Macky Sall comme d’Abdoulaye Wade avaient pourtant sécrété des espoirs. Mais l’un comme l’autre ont cédé à la facilité d’user et d’abuser de ce qui est le principal danger du système institutionnel sénégalais (comme ailleurs), à savoir l’hyperprésidence. Ce qui est inquiétant c’est que ce pouvoir personnel hypertrophié s’est aggravé au cours du mandat actuel du président Macky Sall, autorisant à parler de régression démocratique, même par rapport aux reculs déjà notés sous le président Wade. Tout se passe comme si le président Macky Sall tentait de renouer avec les pratiques de gouvernement en vigueur dans les années 1960 sous le président Senghor, éliminant ou cooptant un à un ses adversaires politiques, et qui, contraint dans les années 1970 de lâcher du lest, choisit ses opposants et oppositions pour rester maître du jeu. Même au plan électoral, la qualité des scrutins connaît des ratés inquiétants : les présidents sortants Wade en 2007 et Sall en 2019 ont réussi la « prouesse » d’organiser des scrutins moins consensuels que ceux qui les avaient amenés au pouvoir en 2000 et 2012. Dans ces contextes, l’ouverture d’un « dialogue national » avec l’opposition suite à la réélection du président sortant fait office de diversion par rapport aux vrais enjeux de fond sur l’organisation des élections, notamment concernant le rôle du ministre de l’Intérieur.

Plus encore, la suppression inattendue du poste de premier ministre par le président Sall dans la foulée de sa réélection en 2019 a été une rupture majeure, signe du raidissement présidentialiste du régime, et dont les justifications (en termes budgétaires et d’efficacité supposée) ont peu convaincu. Cette suppression de l’exécutif bicéphale renouait avec la pratique senghorienne entre 1963 et 1970 et du président Diouf entre 1983 et 1991. Ce fantasme de l’hyperprésidence renvoie aussi au coup de force fondateur de décembre 1962, quand l’antagonisme croissant entre les entourages du président Senghor et du premier ministre (« Président du Conseil ») Mamadou Dia permit à Senghor de mettre hors-jeu Dia et quatre de ses ministres, devenus prisonniers politiques jusqu’en 1974. Cette première crise politique majeure du Sénégal indépendant n’a toujours pas été exorcisée et a consacré l’avènement de l’hyperprésidentialisation du régime comme de l’inféodation de la justice à l’exécutif. Le réflexe hégémonique du président Sall s’inscrit donc dans une histoire longue, mais qui, loin de la justifier, souligne au contraire son anachronisme, et le manque patent d’imagination ou d’audace démocratique de gouvernants qui se contentent de reproduire ce qu’ils ont subi comme opposants ou de se justifier par les ficelles répressives plus caricaturales encore de pays voisins (Guinée, Côte d’Ivoire, Togo), en déphasage complet avec le niveau d’exigence de la population sénégalaise.

De façon complexe, l’image internationale du Sénégal comme pays stable et démocratique a des effets qu’on peut qualifier de négatifs et de positifs à la fois. Au titre des effets négatifs, l’effet de rente, la volonté de céder à une forme de facilité. Les leaders successifs du Sénégal se disent qu’au fond le Sénégal est un pays relativement « facile » à gouverner, que la bonne image à l’internationale conjuguée à la patience démocratique de la population et le soutien récurrent du vote rural pour le sortant assurent une stabilité naturelle, ce qui freine les ambitions réformatrices. Cette rente d’image démocratique et stable peut avoir des effets de ruissellement plus vastes, encourageant des comportements déviants ou de laisser-aller dans les institutions car au fond il ne s’exerce pas vraiment, sur les acteurs clés, de pression à « performer » outre mesure. À moyen terme les effets peuvent être désastreux en termes de routine et de déclin institutionnel. Si cette rente d’image n’oblige donc pas vraiment à rendre des comptes en temps normal, elle a par contre des effets plutôt vertueux en temps de crise. Une sorte de ligne rouge est implicitement admise par toutes les parties prenantes pour ne pas aller trop loin, au point où cette image serait irréversiblement ternie. Il faut tenir son rang et se distinguer de ses « voisins ». L’image d’exception sénégalaise à préserver joue un effet d’auto-contraintes sur les acteurs et sert d’ailleurs à chaque fois de motif de justification aux médiateurs (leaders religieux et société civile) pour s’impliquer.

De fait, à chaque fois qu’il y a eu ces crises majeures, le système a répondu d’une façon ou d’une autre : après 1968, c’est la recréation d’un poste de premier ministre et le début des réformes politiques menant progressivement au multipartisme (certes sous contrôle) ; après les contestations violentes des années 1988-1993 c’est la réforme du code électoral et l’organisation de scrutins consensuels menant à l’alternance démocratique de 2000 ; après 2011 et 2012 c’est la confirmation que le système peut encore produire de l’alternance politique par l’élection de mars 2012, qui met un terme aux tensions et violences pré-électorales. Le drame, c’est que ces gains sont ensuite perdus à moyen terme avec le renouvellement du réflexe hégémonique évoqué précédemment.

Cette crise affecte-t-elle la légitimité du président Macky Sall ?

Oui inévitablement. L’ironie de l’histoire, c’est que le président Sall s’est lui-même largement mis dans cette nasse. D’une part avec la suppression du poste de premier ministre, qui ne lui laisse plus de « fusible » pour faire face à la colère populaire, et rend impossible la dissolution de l’Assemblée nationale pour accompagner un remaniement gouvernemental d’ampleur. Mais d’autre part, surtout par son refus de dire clairement l’évidence, à savoir qu’il ne pourra pas briguer de troisième mandat. Cette question électrise le débat politique inutilement, et est pourtant si facile à régler. Le refus d’acter que ce mandat est le dernier intrigue car les effets positifs éventuels en termes de contrôle de sa majorité par le président semblent faibles par rapport aux effets négatifs de mise en tension perpétuelle du jeu politique que cela provoque. Par sa gestion de la crise de ces derniers jours, le président Sall s’est, comme l’a écrit Boubacar Boris Diop, d’une certaine façon mis hors-jeu tout seul pour 2024, puisque la crise a été inévitablement lue comme une mise en garde contre toute volonté de troisième mandat. En ce sens, cette crise est peut-être salutaire, car elle devrait contraindre le président sortant à dissiper définitivement les doutes, faute de quoi les trois dernières années de son mandat s’annoncent particulièrement chaotiques. L’enjeu pour lui serait maintenant plutôt d’être faiseur de roi, de savoir qui il soutiendra en 2024 pour préserver son bilan, ses intérêts et ceux de ses clientèles. Ce qui est de fait une position affaiblie, y compris en termes d’autorité au sein de son propre camp, mais sans doute préférable au risque d’une nouvelle crise majeure en cas de volonté de se représenter. On peut supposer que la cooptation récente d’Idrissa Seck, l’opposant au parcours tortueux, arrivé second en 2019, et désormais à la tête du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE), s’inscrivait déjà dans cette optique, soit de neutralisation soit de mise en orbite. Les défections récentes au sein du parti d’Idrissa Seck, signalent pourtant déjà la difficulté de cette dernière option qui ressemblerait trop à un « deal » au sommet et une énième reproduction des arrangements entre élites politiques.

Comment voyez-vous la sortie durable de cette crise ?

À court et moyen terme, tout va dépendre du dénouement judiciaire de cette affaire Adji Sarr – Ousmane Sonko. Malheureusement, l’exercice serein de la justice semble durablement compromis dans cette affaire, par les agissements des deux camps. Le feuilleton judiciaire se doublera d’une ambiance de campagne électorale. Au fond, c’est comme si la campagne électorale de 2024 avait déjà commencé, avec trois ans d’avance. Des scrutins intermédiaires (élections municipales de juin 2019 déjà reportées deux fois et reportées une nouvelle fois à 2022, et élections législatives en 2022) devraient participer à entretenir une haute intensité politique en 2022. Mais elles peuvent aussi – à condition d’être organisés dans de bonnes conditions – être une opportunité d’apaisement en donnant une photographie du rapport de force entre pouvoir et opposition avant l’échéance cruciale de 2024, dont tous les acteurs ont besoin pour se positionner. Elles pourraient même, qui sait, aboutir à une forme de cohabitation inédite si l’opposition emportait les législatives et, ironie de l’histoire, indirectement contribuer à renforcer le rôle du parlement, parent pauvre de l’édifice institutionnel sénégalais.

La tendance à la bi-polarisation que cette crise a accentuée (Ousmane Sonko fédérant désormais une bonne partie de l’opposition) ne va cependant pas dans le sens de l’apaisement. Elle pourrait mener à l’affrontement sans concession entre une majorité présidentielle blessée mais revancharde et une opposition intransigeante enhardie par ses succès récents et pouvant donner dans la surenchère. Quoi qu’il en soit, comme évoqué précédemment, le principal facteur d’apaisement politique sera l’annonce claire et définitive de la fin de toutes velléités d’un troisième mandat.

Au plan des réformes institutionnelles, comme l’ont rappelé de nombreuses contributions, les outils de sortie de crise sont déjà largement disponibles. La société civile sénégalaise et divers acteurs politiques et intellectuels s’étaient réunis en 2009 au sein des Assises nationales et avaient proposé des réformes conséquentes, qui sont plus que jamais d’actualité. D’ailleurs si certaines d’entre elles avaient été appliquées, peut-être que nous n’en serions pas là aujourd’hui : mettre fin à l’hyperprésidence, renforcer le rôle du Parlement, couper le cordon ombilical entre l’exécutif et la justice, réforme de l’audiovisuel public qui n’a jamais vraiment rompu avec ses fonctions de propagande à l’ancienne (la RTS 1 s’est encore illustrée par sa non-couverture des événements), réforme du financement des partis politique. Au plan économique enfin, même si les marges de manœuvre sont étroites, il semble impossible de faire l’économie de grands chantiers pour l’emploi de la jeunesse, l’éducation, la santé. Là encore, les propositions ne manquent pas et le pouvoir a bien compris dès 2012 l’importance de l’enjeu économique, au point peut-être d’avoir négligé justement les facteurs proprement politiques et institutionnels à force de focalisation sur le mantra de « l’émergence ».

Pouvez-vous nous dire qui est Ousmane Sonko et ce qu’il représente dans le paysage politique sénégalais ?

Ousmane Sonko, né en 1974, est le symbole d’une nouvelle génération politique. Fils de fonctionnaire, petit-fils d’un chef de canton de Basse-Casamance, il est diplômé de l’École nationale d’administration et est devenu Inspecteur principal des Impôts et Domaines de profession. Sa confrontation avec le pouvoir date de la création du Syndicat autonome des agents des impôts et domaines et des critiques émises contre le gouvernement dans différents dossiers fiscaux ou budgétaire. Radié en août 2016 par le président Macky Sall pour manquement au devoir de réserve, il devient l’exclu du système, mais transforme cette mise à l’écart en capital politique et de notoriété par la création d’un nouveau parti le Pastef (« les Patriotes »). Il se présente à la présidentielle de 2019 où, malgré le manque de moyens, sa candidature suscite un engouement certains dans certains secteurs de l’opinion publique (la jeunesse urbaine, le milieu étudiant, une partie de la diaspora, mais aussi en Basse-Casamance dont il est originaire) devenant un candidat d’envergure nationale, se classant troisième avec 15 % des voix. Affichant des techniques de communication novatrices et alimentant efficacement son actualité, il a su devenir le principal opposant au président Macky Sall avant même le déclenchement de cette crise, suite au ralliement d’Idrissa Seck au pouvoir, devenant le recours des déçus du président sortant comme des nouvelles générations accédant à la majorité politique et n’ayant pas connu que la présidence Sall. À la faveur de cette crise, il a su personnaliser encore davantage le duel avec Macky Sall. Il suscite néanmoins aussi de fortes oppositions : c’est la bête noire d’une bonne partie des milieux d’affaires par exemple. C’est un candidat anti-establishment, mais qui devra inévitablement attirer à lui des cadres pour crédibiliser son programme de gouvernement et recruter au-delà de ses bases habituelles. En définitive, Ousmane Sonko sort politiquement renforcé de ces événements, même si son image personnelle sort affaiblie par cette affaire qui, quel qu’en soit l’épilogue judiciaire, laissera des traces. D’autant plus qu’il avait joué du registre de la vertu et de l’irréprochabilité en politique dans la construction de son récit politique. Il reste qu’il a su poser les termes du rapport de force et du « narratif » en sa faveur : quoi que le pouvoir entreprenne désormais contre lui risque de renforcer encore plus sa stature.

Au-delà de sa personne, la force politique qu’il représente a indéniablement été sous-estimée par le pouvoir. Une partie de l’explication tient au fait que Macky Sall et lui ne vivent pas dans le même monde. L’establishment de l’émergence semble avoir perdu pied avec les jeunes générations, ou pour le dire autrement, la classe politique est aussi déphasée générationnellement. À la génération des Moustapha Niasse et Ousmane Tanor Dieng, qui faisait le lien avec l’ère Diouf (et largement rétribuée sous la présidence Sall), s’est substituée celle de Macky Sall, Idrissa Seck et Khalifa Sall qui, malgré leur combat politique, ont les mêmes codes et réseaux forgés dans les années 1990, à l’ombre de leurs aînés. La génération Sonko, qui est aussi celle des mouvements citoyens comme Y’en a marre, est née politiquement après l’alternance fondatrice de 2000 et n’a pas ces mêmes codes et réseaux. Face aux notables et aux « installés », la jeune génération politique, aux références et boussoles politiques plus diverses, est, assez classiquement, impatiente et prête à prendre des raccourcis pour ne pas attendre éternellement son intégration sans cesse différée dans le système politique. L’avenir dira si ces aspirations sont solubles dans la politique dakaroise des notables et des accommodements qui l’emporte souvent in fine ou si la rupture est inévitable. Mais une chose est sûre, le chemin vers la « grande explication » électorale de 2024 risque d’être long et semé d’embûches.

Références citées

« Assises Nationales du Sénégal ». Consulté le 7 avril 2021. http://www.assisesnationales.org/.

Ba, Mehdi. 2021. « Sénégal  : Macky Sall face à Ousmane Sonko, deux styles aux antipodes pour un duel ». Jeune Afrique, 10 mars 2021, sect. News (General). https://www.jeuneafrique.com/1134561/politique/senegal-macky-sall-face-a-ousmane-sonko-deux-styles-aux-antipodes-pour-un-duel/.

Badji, Babacar. 2015. « “Nous allons réduire l’opposition à sa plus simple expression” ». SenePlus, 17 avril 2015, sect. Politique. https://www.seneplus.com/article/ %C2 %ABnous-allons-r %C3 %A9duire-l %E2 %80 %99opposition- %C3 %A0-sa-plus-simple-expression %C2 %BB.

Badredine, Salim. 2021. « Pour Adji Sarr & Ousmane Sonko de la part de Souleymane Elgas ». Afrique Confidentielle (blog). 12 mars 2021. https://afriqueconfidentielle.com/tribune/pour-adji-sarr-ousmane-sonko-de-la-part-de-souleymane-elgas/.

Barry, Namory. 2021. « Détonnant entretien avec Pr Mamadou Diouf  : Macky Sall, Ousmane Sonko et les émeutes ». L’Observateur, 13 mars 2021. https://www.lobs.sn/Detonnant-entretien-avec-pr-mamadou-diouf-macky-sall-ousmane-sonko-et-les-emeutes.

Bator Dieng, Amadou. 2021. « Boubacar Boris Diop : “Pour 2024, Macky s’est mis hors course tout seul, comme un grand…” » Kirinapost (blog). 10 mars 2021. http://kirinapost.com/boubacar-boris-diop-pour-2024-macky-sest-mis-hors-course-tout-seul-comme-un-grand/.

Blum, Françoise. 2012. « Sénégal 1968 : révolte étudiante et grève générale ». Revue d’histoire moderne & contemporaine, no 59‑2 : 144‑77. https://doi.org/10.3917/rhmc.592.0144.

Bobin, Florian. 2020. « Omar Blondin Diop : Seeking Revolution in Senegal ». Review or African Political Economy (ROAPE), mars. https://roape.net/2020/03/18/omar-blondin-diop-seeking-revolution-in-senegal/.

Dahou, Tarik, et Vincent Foucher. 2004. « Le Sénégal, entre changement politique et révolution passive. “Sopi” or not “sopi” ? » Politique africaine, no 96 : 5‑21. https://doi.org/10.3917/polaf.096.0005.

Demarest, Leila. 2016. « Staging a “Revolution” : The 2011–12 Electoral Protests in Senegal ». African Studies Review 59 (3) : 61‑82. https://doi.org/10.1017/asr.2016.78.

Dione, Maurice Soudieck. 2019. « Au Sénégal, Les Manœuvres Politiciennes Autour Du Dialogue Politique ». The Conversation, 22 septembre 2019. http://theconversation.com/au-senegal-les-manoeuvres-politiciennes-autour-du-dialogue-politique-122929.

Dione, Maurice Soudieck. 2021. « Sauver le Sénégal, préserver l’État de droit et la démocratie ». SenePlus, 10 mars 2021, sect. Opinions. https://www.seneplus.com/opinions/sauver-le-senegal-preserver-letat-de-droit-et-la-democratie.

Diop, Alioune Badara. 2001. « Espace électoral et violence au Sénégal (1983-1993) : l’ordre public otage des urnes ». Africa Development / Afrique et Développement 26 (1/2) : 145‑93. https://www.jstor.org/stable/43661158.

Diop, Momar Coumba. 2006. « Le Sénégal à la croisée des chemins ». Politique africaine, no 104 : 103‑26. https://doi.org/10.3917/polaf.104.0103.

Diop, Momar Coumba, Mamadou Diouf, et Aminata Diaw. 2000. « Le baobab a été déraciné. L’alternance au Sénégal ». Politique africaine, no 78 : 157‑79. https://doi.org/10.3917/polaf.078.0157.

Gueye, Omar. 2018. « Mai 1968 au Sénégal. Dakar dans le mouvement social mondial ». Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, no 10 (mars) : 121‑36. https://doi.org/10.4000/socio.3144.

« La crise de l’État de droit au Sénégal ». 2021. SenePlus, 23 février 2021, sect. Opinions. https://www.seneplus.com/opinions/la-crise-de-letat-de-droit-au-senegal.

« Que reste-t-il de “l’exception sénégalaise”  ? » 2021. Les enjeux internationaux. France Culture. https://www.franceculture.fr/emissions/les-enjeux-internationaux/que-reste-t-il-de-lexception-senegalaise.

Salla Dieng, Rama. 2021. « Une lecture féministe des événements politiques récents ». SenePlus, 6 mars 2021, sect. Opinions. https://www.seneplus.com/opinions/une-lecture-feministe-des-evenements-politiques-recents.

Sarr, Felwine. 2021. « Sénégal, une démocratie à la dérive ». Club de Mediapart (blog). 5 mars 2021. https://blogs.mediapart.fr/felwine-sarr/blog/050321/senegal-une-democratie-la-derive.

Smith, Étienne. 2019. « Présidentielle Au Sénégal, Les faux-semblants d’une “démocratie Modèle” ». The Conversation, 4 mars 2019. http://theconversation.com/presidentielle-au-senegal-les-faux-semblants-dune-democratie-modele-112776.

Sow, Moustapha. 2016. « Médias et pouvoirs politiques au Sénégal  : étude de la transition d’une presse d’État vers un pluralisme médiatique ». Thèse de doctorat, Université de Lorraine. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01673803.

Tandia, Aboubakr, et Amy Niang. 2019. « Enjeux et Usages Du Poste de Premier Ministre Au Sénégal ». The Conversation, 5 juin 2019. http://theconversation.com/enjeux-et-usages-du-poste-de-premier-ministre-au-senegal-117575.

Thiam, Assane. 2007. « “Une Constitution, ça se révise !” Relativisme constitutionnel et État de droit au Sénégal ». Politique africaine, no 108 : 145‑53. https://doi.org/10.3917/polaf.108.0145.

« [Tribune] Cinq mesures pour sortir de la crise au Sénégal ». Jeune Afrique, 15 mars 2021, sect. News (General). https://www.jeuneafrique.com/1136248/politique/tribune-cinq-mesures-pour-sortir-de-la-crise-au-senegal/.

Étienne Smith

Maître de conférences en science politique, Sciences Po Bordeaux.

More Posts - Website


Étienne Smith

Maître de conférences en science politique, Sciences Po Bordeaux.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search