Armes à feu et conservation de la nature. Protéger la faune et assurer “la paix et la sécurité” dans le nord du Kenya

Figure 1. La route de Moyale, qui traverse la réserve de Kalama. Vue du Mont Ololokwe
© Auteur.

Résumé : En cartographiant la circulation des armes à feu dans le nord du Kenya, cet article vise à montrer que les pratiques de protection militarisées sont plus que de simples outils de protection de la nature : elles sont également un moyen d’établir un climat « de paix et de sécurité ». Les gardes-forestiers viennent combler le vide laissé par le gouvernement en matière de maintien de l’ordre, ceci à 3 niveaux : au niveau local, lorsqu’ils protègent les terrains d’entraînement de l’armée britannique ; au niveau régional, lorsqu’ils interviennent dans la prévention du vol de bétail et du banditisme routier ; et au niveau international, lorsque le programme américain d’aide à la lutte contre le terrorisme finance les activités de surveillance. Dans le même temps, l’acquisition en grand nombre d’armes à feu par les civils accentue l’insécurité dans la région. Même si ces armes ne sont qu’un élément parmi d’autres de la politique de conservation de la nature, le suivi de leur circulation permet de réunir ces différents facteurs dans une seule et même grille d’analyse.

Ce billet est la traduction de Sara van der HOEVEN. 2021. « Guns and Conservation: Protecting Wildlife and Ensuring ‘Peace and Security’ in Northern Kenya. » Mambo! XVIII (1). URL: https://mambo.hypotheses.org/3043.

Traduit de l’anglais par Murielle Mars.

Introduction

Les armes légères et de petit calibre (ALPC) jouent un rôle important dans le braconnage des animaux sauvages, le commerce du vol de bétail et tout un ensemble de conflits dans le nord du Kenya. Par exemple, dans la région de Samburu-Laikipia, la majorité des décès d’éléphants répertoriés est provoquée par des blessures par balle (Vira et Ewing, 2014, 60). « Pour obtenir une arme, un simple coup de téléphone suffit », a-t-on répondu à ma question sur le nombre d’armes illégales en circulation[1] : au sein de la population, entre 530 000 et 680 000 ménages possèdent une arme à feu (Wepundi et al., 2012, 47), ce qui est un chiffre conséquent. Depuis les années 1980, les armes à feu ont contribué à la transformation des vols de bétail, passant d’une pratique culturelle à petite échelle à des raids commercialisés. Ces vols sont un moyen d’accumuler des ressources ou d’avoir une activité commerciale, mais ils aggravent aussi l’insécurité physique (Sharamo, 2014 ; Ltipalei, Kivuva et Jonyo, 2018 ; Osamba, 2000 ; 2001 ; Union africaine et Small Arms Survey, 2019 ; Marmone, 2017).

Les armes à feu jouent également un rôle important dans la gestion de tous ces problèmes. Les pratiques de conservation militarisées de la nature contribuent explicitement à remédier à l’instabilité régionale, allant au-delà de la seule conservation de la nature. Par exemple, la Northern Rangelands Trust (NRT)[2] affirme « soutenir une approche communautaire de la sécurisation du nord du Kenya » (Northern Rangelands Trust, n.d., je souligne) en collaboration avec le Kenya Wildlife Service (KWS)[3], la police kényane et les autorités locales, par le biais d’un modèle de police communautaire. En outre, l’association souligne que ses équipes mobiles de gardes-forestiers multiethniques sont « des gardiens de la vie sauvage, des gardiens de la paix, des soutiens de la police et des défenseurs de l’environnement, tous réunis en une seule personne » (Northern Rangelands Trust, n.d.). Ces différents rôles fusionnent ainsi les identités dites civiles et militaires. Selon les responsables américains impliqués dans le programme d’assistance antiterroriste, la présence du KWS est également un levier important en faveur de la « stabilité rurale » (Maguire, 2018, 72).

En cartographiant la circulation des armes à feu dans le nord du Kenya, cet article vise à montrer que les pratiques de conservation militarisées sont plus que de simples outils de protection de la nature. Celles-ci sont également un moyen d’établir un climat « de paix et de sécurité ». C’est le cas localement, lorsque les gardes-forestiers protègent les terrains d’entraînement de l’armée britannique. C’est le cas au niveau régional, lorsqu’ils interviennent dans la prévention du vol de bétail et du banditisme routier. Et c’est enfin le cas au niveau international, lorsque le programme américain d’aide à la lutte contre le terrorisme (ATA, Antiterrorism Assistance) finance les activités de surveillance. Les armes à feu ne sont qu’un élément parmi d’autres de la politique de conservation de la nature, et le suivi de leur circulation permet de réunir ces différents facteurs dans une seule et même grille d’analyse. Avant d’aborder les exemples empiriques, l’article décrire les liens qui existent entre conservation et conflits et esquisse une brève histoire des armes à feu dans le nord du Kenya.

Conservation de la nature et conflit

Le nord du Kenya est un exemple de région où conservation de la nature et dynamiques de conflit plus larges s’entremêlent. En raison de la circulation des armes légères et des munitions dans le pays et de leur afflux depuis les pays voisins, celles-ci sont facilement disponibles (Mkutu et Wandera, 2013). Les incidents violents découlent historiquement des tensions intercommunautaires liées à la distribution des terres et des ressources et pouvant être influencées par les intérêts politiques des élites et les organisations criminelles (Bond et Mkutu, 2017). La violence est également corrélée à la conservation et à la prolifération des aires de conservation. Les données du projet ACLED[4] révèlent que 57 pour cent de tous les décès résultant de 5 082 incidents découlant de conflits[5], signalés entre le 15 janvier 1997 et le 5 mai 2016, sont survenus à partir de 2007, date du commencement de la dernière vague de braconnage commercial ; et une majorité des incidents résultant de conflits ont eu lieu « dans les provinces kényanes traversées par les principales zones de parcours des éléphants » (Maguire, 2018, 67f).

La conservation de la nature, souvent basée sur le tourisme comme source de revenus financiers, est un secteur économique majeur au Kenya (MTW, 2020, 47). Elle concerne les parcs nationaux mais également d’autres zones où l’on retrouve 65 à 70 pour cent de la faune sauvage (Ogutu et al., 2016, 2). Dans ces zones, des particuliers et des groupes ont transformé leurs terres en « aires de conservation » ; celles-ci couvrent aujourd’hui 11 pour cent de la superficie du Kenya (KWCA, 2017). Par exemple, le nombre d’aires de conservation communautaires a rapidement augmenté sous l’égide de la NRT – les premières ont été créées en 1995 et leur nombre est passé de 19 en 2012 à 39 en 2019. Elles jouent désormais un rôle essentiel dans la politique de sécurité au nord du Kenya, souvent au-delà de la seule conservation de la nature.

Une brève histoire des armes à feu

Les armes à feu légales et illégales qui circulent dans la région ont une histoire complexe, dont les origines se retrouvent dans le monde entier. Il s’agit pour la plupart d’AK47 et de G3. Souvent, les armes en circulation sont des vestiges de la guerre froide, achetées par des investisseurs privés, « marchands de la mort », et vendues illégalement à des acteurs étatiques et non étatiques (Wood et Peleman, 2000 ; Grant, 2012 ; Phythian, 2000 ; Schroeder et Lamb, 2006). Nombre de ces armes sont encore en circulation aujourd’hui. Elles sont vendues et achetées entre individus et communautés frontalières, ou volées durant des raids de bétail (Small Arms Survey et al., 2014).

À partir de la fin du dix-neuvième siècle, les armes à feu ont pris le pas sur les autres armes. Elles ont par exemple été échangées entre l’empire d’Abyssinie, le Soudan et les Turkana. D’autres sont arrivées par la côte, introduites par des commerçants swahilis et arabes (Collins, 2006, 106f ; Small Arms Survey et al., 2014 ; Mburu, 2001, 153). À partir de 1979, suite à la chute d’Idi Amin en Ouganda, à une grave maladie du bétail et à une sécheresse de deux ans, les armes à feu ont été de plus en plus utilisées dans les raids de bétail et les attaques militaires. Ainsi, les Karamojong (Ouganda), les Pokot et les Turkana ont acheté des G3 et des MK-4 auprès des soldats de l’ex-président Idi Amin qui avaient fui d’Ouganda et dans les baraquements militaires abandonnés de Moroto (Osamba, 2000, 22 ; Small Arms Survey et al., 2014, 3).

Actuelle circulation des armes à feu

À l’heure actuelle, l’AK-47 est l’arme à feu la plus couramment citée détenue par des civils. Ces armes sont transportées par la route, portées par les personnes elles-mêmes, à dos d’animaux ou dans des véhicules de convoi de marchandises. Les véhicules de l’État font également office de moyens de transport. Les armes sont échangées directement entre individus, via des commerçants, ou entre communautés (Wepundi et al., 2012, 58). Il est probable que les stocks d’armes du gouvernement et les camps d’entraînement de l’armée britannique (BATUK) servent aussi de sources d’approvisionnement en armes et munitions (Wepundi et al., 2012, 57, 49). En 2012, un AK-47 pouvait se vendre jusqu’à 800 dollars américains (Small Arms Survey et al., 2014) et en 2019, on rapportait que, sur le marché des armes, « un AK-47 [coûtait] un chameau, et un G3, trois chameaux » (Omondi Gumba et Chepe Turi, 2019), un chameau coûtant environ 70 000 shillings, soit 700 dollars américains au début de l’année 2020[6]. Parfois, ces armes sont déjà en circulation au Kenya, tandis que d’autres sont introduites illégalement depuis les pays voisins.

Carte 1. Aires de conservation communautaires de la NRT en 2019 (NRT, 2019)

Le « triangle des armes »

Les routes nationales, qui traversent la région depuis Mandera, près de la Somalie, et depuis Moyale, à la frontière avec l’Éthiopie, se rejoignent à un carrefour à Isiolo, formant ce qui a été baptisé le « triangle des armes », une région où convergent les principales voies de contrebande avec la Somalie et l’Éthiopie (Mkutu et Wandera, 2013). La Somalie est la principale source d’approvisionnement en armes, celles-ci provenant des villes de Mandera et d’El Wak – mais elles peuvent également venir d’Éthiopie et d’Ouganda, ainsi que du Soudan du Sud (Mkutu et Wandera, 2013 ; Wepundi et al., 2012 ; Bolton, 2019)[7] par l’intermédiaire par exemple de soldats armés non rémunérés et de combattants rebelles après l’accord de paix de 2018 (Omondi Gumba et Chepe Turi, 2019).

Aujourd’hui, le voyage d’Isiolo au nord jusqu’à Moyale se fait sur une route goudronnée. Il s’agissait auparavant d’une route de terre, modifiée dans le cadre du « plan de développement à long terme » (Vision 2030 Delivery Secretariat, n.d.) du Kenya, « Vision 2030 » et de l’amélioration de la Grande Route du Nord, qui relie Le Cap au Caire. La route est censée intégrer le nord « isolé » au reste du Kenya et relier le pays à l’Éthiopie (Kochore 2016). L’autoroute traverse une vaste étendue de terres semi-arides au paysage magnifique. Ces terres appartiennent pour la plupart à des aires de conservation communautaires (voir carte). La population et la police font appel aux gardes-forestiers des différentes aires de conservations communautaires ainsi qu’aux équipes de gardes-forestiers mobiles pour faire face au banditisme routier et aux raids de bétail[8]. Bien que la réfection de la route rende le banditisme routier plus difficile, les vols liés aux raids de bétail persistent le long de la route près de Marsabit (Chepe Turi, 2020).

Braconnage

Des individus et des groupes criminels organisés achètent des munitions et des armes à feu pour chasser illégalement, soit pour leur propre consommation, soit pour approvisionner le marché international illicite des espèces sauvages. De 2007 à 2014, durant le pic de braconnage, les défenses d’éléphant et les cornes de rhinocéros pouvaient être revendues à des prix particulièrement élevés (respectivement 1 000 à 2 000 USD/kg et 40 000 à 70 000 USD/kg) – « plaçant [le trafic de cornes de rhinocéros] au même rang que le trafic d’armes à feu, de drogues et d’êtres humains » (Massé, Lunstrum et Holterman, 2018, 204 ; Al Jazeera, 2013).

Les armes à feu en usage nécessitent également des munitions. « Des munitions produites par l’ancienne usine des Royal Ordnance Factories[9] de Radway Green au Royaume-Uni […] auraient été trouvées » dans des aires de conservation privées abritant une population de rhinocéros au Kenya. Les agents de sécurité ont affirmé que les munitions – produites pour les forces armées britanniques – avaient été récupérées sur les terrains d’entraînement de la BATUK (Carlson, Wright et Dönges, 2015, 19 ; voir également Wepundi et al., 2012, 49).

Armes d’État dans le secteur de la conservation de la nature

Les armes à feu sont utilisées par les gardes-forestiers pour faire face aux raids de bétail et aux braconniers, mais aussi dans d’autres missions de sécurité. En général, en cas d’incident de sécurité, les gens font d’abord appel aux gardes-forestiers communautaires, et ensuite seulement au KWS ou à la police[10]. Les gardes-forestiers reçoivent des armes par l’intermédiaire de la police kényane après s’être inscrits en tant que réservistes de la police nationale (NPR, National Police Reservists) et avoir été formés au maintien de l’ordre à l’académie du KWS. Les gardes-forestiers communautaires sont ensuite formés au maniement des armes par la société de sécurité privée « 51 Degrees ». Certains ne suivent parfois que cette formation (Mkutu et Wandera, 2013 ; Northern Rangelands Trust, n.d.)[11], d’autres étant parfois aussi formés par la police[12]. Par ailleurs, certains gardes-forestiers sont autorisés à porter des armes à feu grâce à un accord spécial conclu avec la police, ce qui permet aux gardes-forestiers NPR de prêter leur arme à des gardes-forestiers non-réservistes[13] souvent déjà formés à l’utilisation des armes à feu[14].

Outre les gardes-forestiers communautaires et les agents du KWS, les armes sont utilisées par les équipes mobiles et multiethniques de gardes-forestiers spécialisés dans les interventions rapides de la NRT – les brigades « 9 ». Ces brigades « 9 » sont reliées à une salle d’opérations active 24 heures sur 24 qui est basée à Lewa, une aire de conservation privée du comté de Meru (voir carte). Elles sont spécialement formées au « maniement des armes et aux opérations de combat » par 51 Degrees. Ces gardes-forestiers utilisent également des armes plus modernes et de plus gros calibre que les autres gardes-forestiers (Maguire, 2018, 73 ; voir Buzora, 2016 ; Northern Rangelands Trust, 2019). Tout comme les armes à feu illégales, il suffit d’un simple coup de téléphone pour obtenir des armes à feu légales.

Remédier au problème des braconniers

Dans les différentes aires de conservation privées, publiques et communales, des gardes-forestiers armés répondent aux alertes sur le braconnage. Le nombre d’animaux braconnés a diminué de façon drastique dans le nord du Kenya depuis 2012, pour n’en compter plus qu’une poignée (Northern Rangelands Trust, 2019, 62). Deux des dix-sept éléphants retrouvés morts dans l’aire de conservation de Ngilai en 2019 ont été tués pour l’ivoire[15]. De la même manière qu’ils répondent à d’autres problèmes de sécurité, les gardes-forestiers communautaires collaborent avec le KWS et les brigades « 9 » pour lutter contre le braconnage[16]. Bien que celui-ci ait diminué, la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages reste un élément central de la mise à disposition des financements au service de la conservation. Par exemple, l’initiative de police communautaire de la NRT – mise en œuvre avec l’Union européenne au Kenya, celle-ci ayant fait don de 402 millions de shillings kényans pour financer des équipements d’infrastructure – a pour objectif de « combattre la criminalité liée aux espèces sauvages » (Jebet, 2019). Cela vaut également pour la « sécurité », au-delà de la conservation directe de la biodiversité, par exemple lorsque la conservation est liée au terrorisme.

Au-delà de la conservation : faire face aux menaces à la sécurité au niveau local, national et international

La police, dont les membres sont déployés ailleurs que dans leur région d’origine, a une influence socioculturelle moins importante que les gardes-forestiers communautaires, qui travaillent près de chez eux. Ceci explique pourquoi nombreux sont ceux qui indiquent préférer appeler d’abord les gardes-forestiers en cas d’incident, ne serait-ce que pour pouvoir s’exprimer dans leur langue maternelle. Dans les cas de vol de bétail, les gardes-forestiers peuvent tenir lieu de médiateurs avec les anciens et/ou les morans[17] de leur propre communauté pour remédier au vol et participer à la restitution des animaux à leurs propriétaires. Selon le directeur du département du tourisme de Samburu, le nombre de raids de bétail a diminué, passant d’une moyenne de 300 cas par mois à dix[18], le commandant de la police du comté estimant ce chiffre à cinq[19].

L’usage d’armes pour faire face aux raids de bétail ou au banditisme routier peut avoir des conséquences désastreuses si l’affaire est mal gérée. Ainsi, au début de l’année 2019, des morans samburu ont volé de nombreuses chèvres à des bergers borana et les ont conduites à Kalama. La police est intervenue immédiatement, sans faire appel aux gardes-forestiers de la communauté de Kalama. Quittant le quartier général de Wamba, les policiers se sont rendus directement dans le manyatta[20] où les chèvres avaient été déplacées. Voyant la police arriver, les morans ont réagi et un échange de tirs a suivi. Quatre policiers et deux anciens ont été tués sur place, selon les propos qui m’ont été rapportés[21]. À partir de 1996, les armes automatiques ont transformé les raids de bétail et les conflits armés dans le nord de Samburu ; le nombre de morts et de vols de bétail a augmenté de manière significative, de quelques centaines de morts et de quelques milliers de têtes de bétail supplémentaires (Marmone, 2017, 172).

En intervenant dans les raids de bétail, les gardes-forestiers armés et non armés viennent combler « un vide en matière d’application de la loi et d’amélioration de la sécurité » laissé par la présence limitée de la police kényane dans la région. Les aires de conservation comblent ce vide en développant des fonctions élargies par rapport aux seules fonctions de lutte contre le braconnage de première ligne, visant à instaurer une plus grande stabilité (Maguire, 2018, 74) et à favoriser la sécurité des personnes, ainsi qu’à amener le développement dans la région. Outre la lutte contre le vol de bétail, armes et gardes-forestiers sont aussi mobilisés pour protéger les camps d’entraînement de la BATUK et conduire les chameaux du marché à leurs acheteurs.

Des gardes-forestiers armés de l’aire de conservation de Kalama sont par exemple engagés par la BATUK comme agents de sécurité[22]. La BATUK fait appel à des gardes-forestiers de Kalama chaque fois que ses soldats partent en formation, soit environ neuf fois par an. Trois à cinq gardes-forestiers sont envoyés en rotation pour que chacun ait l’occasion de prendre part à cette mission[23]. En plus de leur salaire, ils gagnent 1 300 à 1 500 shillings kényans les jours de semaine et 3 000 shillings kényans les jours de week-end[24]. Ils assurent la sécurité des deux camps de la BATUK et préviennent les vols des téléphones, des ordinateurs portables et des sacs des soldats[25]. Les gardes-forestiers en service veillent également à la sécurité de la communauté à proximité du champ d’entraînement et s’assurent que son bétail n’est pas en liberté durant les exercices[26].

La « sécurisation » des chameaux est une autre tâche que les gardes-forestiers assument à temps partiel, et pour laquelle l’usage des armes est courant. Un jour, nous roulions sur l’autoroute A2 avec dans le rétroviseur l’imposant Mont Ololokwe. Nous avons été contraints de ralentir non loin d’Archer’s Post car devant nous, un troupeau de chameaux traversait la route. Quatre personnes accompagnaient les dix-neuf chameaux : deux gardes-forestiers communautaires, armés et en uniforme, et deux civils. Tous quatre allaient jusqu’à Isiolo, où les attendait le nouveau propriétaire des chameaux. Cela faisait déjà deux jours qu’ils étaient partis. Ils avaient pour mission de s’assurer que les chameaux arriveraient sains et saufs. Pour les gardes-forestiers, plus il y a de chameaux, plus l’intérêt financier est important, puisqu’ils sont payés environ 1 000 shillings kényans par chameau pour assurer leur transport à pied. Archer’s Post était le lieu de rendez-vous où ils allaient confier les chameaux à d’autres gardes-forestiers, et prendre un matatu[27] pour faire le trajet du retour[28].

La conservation dans le nord du Kenya est également liée à des questions de sécurité internationale telles que celles associées au terrorisme. Ces dernières années, les actes terroristes perpétrés par Al-Shabaab ont été à tort associés à l’augmentation du braconnage d’éléphants et au commerce illégal de l’ivoire. L’ivoire a été qualifié d’« or blanc du djihad » et les braconniers de terroristes (Maguire et Haenlein, 2015 ; Duffy, 2016 ; voir Elephant Action League, 2016). Selon ce discours, l’ivoire est une source majeure de financement des activités d’Al-Shabaab. Cette rhétorique présente des failles car Al-Shabaab dispose d’autres sources de financement importantes connues et le commerce illégal de l’ivoire est associé à d’autres acteurs d’envergure (Maguire et Haenlein, 2015). Mais sa force repose sur les « inquiétudes [actuelles] liées aux menaces qui pèsent sur la sécurité mondiale […] et la guerre contre le terrorisme » et elle pourrait « permettre [aux ONG de conservation] de puiser dans les ressources plus importantes mises à disposition des initiatives de sécurité et de lutte contre le terrorisme (par rapport à la conservation de l’environnement/de la biodiversité) » (Duffy 2016, 244). Au Kenya, plusieurs exemples montrent que la conservation et la lutte contre le braconnage sont financées par des projets de lutte contre le terrorisme, ou sont explicitement liées à la sécurité mondiale.

Dans le cadre du programme américain ATA, l’unité de police des frontières (BPU) a reçu une formation au pilotage de drones durant les mois d’avril et de mai 2019. Les drones font désormais partie intégrante des activités de la BPU. Selon l’ATA, ces activités incluent, outre la lutte contre le terrorisme, les opérations de lutte contre le braconnage et « la détection, l’identification et l’arrestation […] des braconniers […] ». (Département d’État des États-Unis, s.d., 57). En revanche, la BPU ne mentionne pas explicitement la lutte contre le braconnage comme faisant partie de sa mission (voir APS, n.d.). Les agents du KWS sont en outre formés conjointement avec la BPU et d’autres unités à la surveillance des frontières rurales depuis 2011 par l’intermédiaire de l’ATA américain (Thomas Maguire 2018, 71f). L’UE a pour sa part commandé une étude sur le lien entre faune sauvage et sécurité, en utilisant les aires de conservation de la NRT dans le nord du Kenya comme étude de cas. Le rapport d’étude souligne l’importance de la conservation pour la politique étrangère et de sécurité de l’UE. Les auteurs affirment que « la faune et la sécurité sont des composantes essentielles du développement durable » et remplissent l’objectif 3.3 du Plan d’action de l’UE en améliorant « la base de connaissances sur les liens entre le trafic d’espèces sauvages et d’autres formes de criminalité organisée et le financement de milices ou de groupes terroristes » (CE et DEVCO, 2019, 15). Ceci révèle que les craintes relatives aux liens qui existent entre la conservation de la nature et les questions de sécurité au sens plus large influencent les canaux de financement.

Conclusion

Présentée selon une perspective historique, la cartographie de la circulation des armes à feu légales et illégales dans le nord du Kenya à travers les frontières et entre différents secteurs est riche d’enseignement. En effet cette étude montre comment les armes à feu sont utilisées dans le secteur de la conservation pour répondre à toute un ensemble de problèmes de sécurité allant au-delà de la stricte conservation de la nature. La conservation est également un moyen d’établir un climat « de paix et de sécurité ». En s’attaquant notamment aux raids sur le bétail, mais aussi en effectuant plusieurs autres missions de sécurité, les gardes-forestiers viennent combler le vide laissé par le gouvernement en matière de maintien de l’ordre, à une période où l’insécurité physique s’est accrue en raison du fort usage des armes à feu par les civils. Ce mandat élargi permet aux acteurs de la conservation, comme la NRT et le KWS, de bénéficier de nouvelles sources de financement sortant du cadre habituel. Cependant, comme la conservation tend à prendre la forme de services de sécurité privatisés, cela soulève également davantage de questions en matière de responsabilité et de transparence (voir Small, 2006). Dans quelle mesure les acteurs privés, tels que les ONG et les aires de conservation, peuvent-ils fournir des « biens publics » tels que « la paix et la sécurité » ? À qui revient la responsabilité en cas de faute ?

En outre, en examinant les différents espaces et moments où des armes à feu ont été mobilisées, cet article dissocie « l’arme » ou la « violence » (cf. Ahmed 2004) de leurs acteurs – les communautés pastorales en particulier – et évite ainsi de reproduire les vieux stéréotypes culturels. Historiquement, ces communautés du nord du Kenya ont été marginalisées par de puissants acteurs, notamment l’État colonial mais aussi post-colonial. Les colons britanniques et les anthropologues occidentaux ont véhiculé un récit raciste stéréotypant les communautés pastorales comme étant un peuple « guerrier » dont les moyens de subsistance reposent exclusivement sur un mode de production primitif (Osamba, 2000, 15 ff). De tels récits ont étayé les politiques coloniales visant à « contrôler » le mouvement pastoral et à renforcer le pouvoir colonial (Osamba, 2000, 15 ff ; voir également Sobania, 2002). Sous les régimes postcoloniaux, cette marginalisation s’est poursuivie (Sharamo, 2014, 4 ff), comme en témoignent les appellations la « frontière » ou le « Kenya B » pour parler du nord du Kenya, ou les opinions selon lesquelles la région ne fait pas même partie du Kenya[29] – une marginalisation à laquelle la Vision 2030 entend pourtant s’attaquer. Ce court article contribue donc à « déstabiliser » ces « notions éculées quant à la nature et aux cibles de la violence » et remet en question « les hypothèses selon lesquelles les défavorisés sont plus violents que les puissants, et que la modernité est synonyme d’une atténuation de la violence » (Walby, 2012, 95).


Références

African Union, et Small Arms Survey. 2019. « Weapons Compass: Mapping Illicit Small Arms Flows in Africa. » Genève : Graduate Institute of International and Development Studies. http://www.smallarmssurvey.org/fileadmin/docs/U-Reports/SAS-AU-Weapons-Compass.pdf [archive].

Ahmed, Sara. 2004. « Affective Economies. » Social Text 22 (2) : 117-39. https://doi.org/10.1215/01642472-22-2_79-117.

Al Jazeera. 2013. « Infographic: The Journey of a Rhino Horn. » News. AlJazeera. 7 octobre 2013.
Archive: https://web.archive.org/web/20201112015304/https://www.aljazeera.com/program/episode/2013/10/7/infographic-the-journey-of-a-rhino-horn/.

APS. n.d. « Border Police Unit. » Administration Police Service. Consulté le 14 janvier 2021. http://demo.aps.go.ke/bpu/ [archive].

Bolton, Matthew. 2019. « Using the Arms Treade Treaty to Address Partoralist Conflict and Wildlife Crime in Kenya’s Marginalized Regions. » Revista Eletrônica Do Curso de Direito Da UFSM 14 (1) : 38305. https://doi.org/10.5902/1981369438305.

Bond, Jennifer, et Kennedy Mkutu. 2017. « Behind the Conflict in Central Kenya That’s Costing Lives and Hitting Tourism. » The Conversation. 7 février 2017. http://theconversation.com/behind-the-conflict-in-central-kenya-thats-costing-lives-and-hitting-tourism-72423.

Buzora, Martin. 2016. « NRT’s Anti-Poaching Unit, 9-1. » Northern Rangelands Trust. 12 février 2016. https://www.nrt-kenya.org/mb-film [archive].

Carlson, Khristopher, Joanna Wright, et Hannah Dönges. 2015. « In the Line of Fire: Elephant and Rhino Poaching in Africa. » In Small Arms Survey 2015: Weapons and the World, by Small Arms Survey, 6-35. Genève : Small Arms Survey.

Chepe Turi, Guyo. 2020. « Robbery Continues on Kenya’s Treacherous Isiolo-Moyale Highway. » ISS Today. Institute for Security Studies Africa. 28 mai 2020. https://issafrica.org/iss-today/robbery-continues-on-kenyas-treacherous-isiolo-moyale-highway.

Collins, R. O. 2006. « The Turkana Patrol of 1918 Reconsidered. » Ethnohistory 53 (1) : 95-119. https://doi.org/10.1215/00141801-53-1-95.

Duffy, Rosaleen. 2016. « War, by Conservation. » Geoforum 69 (February) : 238-48. https://doi.org/10.1016/j.geoforum.2015.09.014.

Elephant Action League. 2016. « Africa’s White Gold of Jihad: Al-Shabaab and Conflict Ivory. » Elephant Action League (blog). 2016. Archive: https://web.archive.org/web/20200722223951/https://earthleagueinternational.org/africas-white-gold-of-jihad-al-shabaab-and-conflict-ivory/.

European Commission and Directorate-General for International Cooperation and Development. 2019. Study on the Interaction between Security and Wildlife Conservation in Sub-Saharan Africa Part I. https://doi.org/10.2841/33877.

Grant, Jonathan. 2012. « ‘Merchants of Death’: The International Traffic in Arms. » Origins: Current Events in Historical Perspective 6 (3). https://origins.osu.edu/print/1564.

Jebet, Vivian. 2019. « Kenya—EU Donates Sh402m for Northern Rangelands Trust Conservancy Infrastructure. » Daily Nation. 18 mars 2019. https://africasustainableconservation.com/2019/03/19/kenya-eu-donates-sh402m-for-northern-rangelands-trust-conservancy-infrastructure/ [archive].

Kochore, Hassan H. 2016. « The Road to Kenya?: Visions, Expectations and Anxieties around New Infrastructure Development in Northern Kenya. » Journal of Eastern African Studies 10 (3) : 494-510. https://doi.org/10.1080/17531055.2016.1266198.

KWCA. 2017. « Status of Conservancies: Facts and Figures. » Kenya Wildlife Conservancies Association (blog). 2 octobre 2017. https://kwcakenya.com/conservancies/status-of-wildlife-conservancies-in-kenya/ [archive].

Ltipalei, Jonathan, Joshua M. Kivuva, et Fred O. Jonyo. 2018. « Internal Triggers and the Escalation of Conflict in Northern Kenya 1990-2014. » International Academic Journal of Social Sciences and Education 2 (1) : 12-24. http://www.iajournals.org/index.php/8-articles/339-iajsse-v2-i1-12-24 [archive].

Maguire, Thomas. 2018. « Kenya’s ‘War on Poaching’: Militarised Solutions to a Militarised Problem? » In Militarised Responses to Transnational Organised Crime, dirigé par Tuesday Reitano, Sasha Jesperson, and Lucia Bird Ruiz-Benitez de Lugo, 61-90. Cham : Springer International Publishing. https://doi.org/10.1007/978-3-319-57565-0_5.

Maguire, Tom, et Cathy Haenlein. 2015. « An Illusion of Complicity: Terrorism and the Illegal Ivory Trade in East Africa. » Royal United Services Institute for Defence and Security Studies, Occasional Paper, September, 58.

Marmone, Giordano. 2017. « War and Predatory Economy in Northern-Kenya: How Ethnomusicology Can Explore Social Change. » Cahiers d’histoire 34 (1) : 157-86. https://doi.org/10.7202/1040827ar.

Massé, Francis, Elizabeth Lunstrum, et Devin Holterman. 2018. « Linking Green Militarization and Critical Military Studies. » Critical Military Studies 4 (2) : 201-21. https://doi.org/10.1080/23337486.2017.1412925.

Mburu, Nene. 2001. « Firearms and Political Power: The Military Decline of the Turkana of Kenya 1900-2000. » Nordic Journal of African Studies 10 (2) : 15148-62.

Mkutu, Kennedy, et Gerald Wandera. 2013. « Policing the Periphery: Opportunities and Challenges for Kenya Police Reserves. » Small Arms Survey, A Working Paper of the Small Arms Survey. http://www.smallarmssurvey.org/fileadmin/docs/F-Working-papers/SAS-WP15-Kenya-Policing-the-Periphery.pdf [archive].

MTW. 2020. « Impact of Covid-19 on Tourism in Kenya, the Measures Taken and the Recovery Pathways. » Research Report. Government of Kenya, Ministry of Tourism and Wildlife, National Tourism Crisis Steering Committee. https://www.tourism.go.ke/wp-content/uploads/2020/07/PRECIS-COVID-19-AND-TRAVEL-AND-TOURISM.pdf [archive].

Northern Rangelands Trust. 2019. « 2019 State of Conservancies Report. » The Northern Rangelands Trust.          
https://static1.squarespace.com/static/5af1629f12b13f5ce97ca0b5/t/5e398ee62156d43c562498bf/1580830499016/LOWRES.FINAL_State+of+Conservancies+Report+2019.pdf [archive].

Northern Rangelands Trust. n.d. « Peace and Security. » Northern Rangelands Trust. Consulté le 30 juillet 2019. https://www.nrt-kenya.org/peace-and-security [archive].

NRT. 2019. « NRT Community Conservancies 2019. » Northern Rangelands Trust.

Ogutu, Joseph O., Hans-Peter Piepho, Mohamed Y. Said, Gordon O. Ojwang, Lucy W. Njino, Shem C. Kifugo, et Patrick W. Wargute. 2016. « Extreme Wildlife Declines and Concurrent Increase in Livestock Numbers in Kenya: What Are the Causes? » Dirigé par Samuel Rezende Paiva. PLOS ONE 11 (9) : e0163249. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0163249.

Omondi Gumba, Duncan E., et Guyo Chepe Turi. 2019. « Cross-Border Arms Trafficking Inflames Northern Kenya’s Conflict. » Institute for Security Studies Africa. 18 novembre 2019. https://issafrica.org/iss-today/cross-border-arms-trafficking-inflames-northern-kenyas-conflict.

Osamba, Joshia O. 2000. « The Sociology of Insecurity: Cattle Rustling and Banditry in North-Western Kenya. » African Journal on Conflict Resolution 1 (2) : 11-37. https://www.ajol.info/index.php/ajcr/article/view/136213.

Osamba, Joshia O. 2001. « Peace Building and Transformation from below: Indigenous Approaches to Conflict Resolution and Reconciliation among the Pastoral Societies in the Borderlands of Eastern Africa. » African Journal on Conflict Resolution 2 (1). https://www.accord.org.za/ajcr-issues/peace-building-and-transformation-from-below/ [archive].

Phythian, Mark. 2000. « The Illicit Arms Trade: Cold War and Post-Cold War. » In Under the Counter and over the Border, dirigé par Mark Phythian, 1-52. Dordrecht : Springer Netherlands. https://doi.org/10.1007/978-94-015-9335-9_1.

Schroeder, Matt, et Guy Lamb. 2006. « The Illicit Arms Trade in Africa: A Global Enterprise. » African Analyst Third Quarter 2006 (1) : 69-78.

Sharamo, Roba. 2014. « The Politics of Pastoral Violence: A Case Study of Isiolo County, Northern Kenya. » Working Paper 095, Future Agricultures Consortium Working Paper Series.

Small Arms Survey, Manasseh Wepundi, Karin Lynge, Anna Alvazzi del Frate, et Irene Pavesi. 2014. « Evolving Traditional Practices: Managing Small Arms in the Horn of Africa and Karamoja Cluster. » Armed Actors Issue Brief 3. Small Arms Survey, Danish Demining Group. http://www.smallarmssurvey.org/fileadmin/docs/G-Issue-briefs/SAS-AA-IB3-Traditional-Practices.pdf [archive].

Small, Michelle. 2006. « Privatisation of Security and Military Functions and the Demise of the Modern Nation-State in Africa. » ACCORD Occasional Paper 2006 (2) : 1-44.

Sobania, Neal. 2002. « But where Are the Cattle? Popular Images of Maasai and Zulu across the Twentieth Century. » Visual Anthropology 15 (3-4) : 313-46. https://doi.org/10.1080/08949460213915.

USA Department of State. n.d. « Antiterrorism Assistance Retrospective 2018–2019. » https://www.state.gov/wp-content/uploads/2020/06/20-02355_ATABiennial_v3-508-bookmarks.pdf [archive].

Vira, Varun, et Thomas Ewing. 2014. « Ivory’s Curse: The Militarization & Professionalization of Poaching in Africa. » c4ads & Born Free USA. https://conservationaction.co.za//wp-content/uploads/2014/04/Ivorys-Curse-2014.pdf [archive].

Vision 2030 Delivery Secretariat. n.d. « About Vision 2030. » Government. Kenya Vision 2030. http://vision2030.go.ke/about-vision-2030/ [archive].

Walby, Sylvia. 2012. « Violence and Society: Introduction to an Emerging Field of Sociology. » Current Sociology 61 (2) : 95-111. https://doi.org/10.1177/0011392112456478.

Wepundi, Manasseh, Eliud Nthiga, Eliud Kabuu, Ryan Murray, et Anna Alvazzi del Frate. 2012. « Availability of Small Arms and Perceptions of Security in Kenya: An Assessment. » Genève : Small Arms Survey & Kenya National Focus Point on Small Arms.

Wood, Brian, et Johan Peleman. 2000. « The Arms Fixers. Controlling the Brokers and Shipping Agents. » BASIC Report. Oslo : NISAT, PRIO. https://files.prio.org/Publication_files/NISAT/ArmsFixers/Chapter1.html [archive].


Notes

[1] Entretien avec le chef de la circonscription, mars 2020.

[2] Organisation cadre appuyant la création et la gestion des aires de conservation communautaires.

[3] Le Kenya Wildlife Service est l’organisme public qui gère les parcs nationaux, les réserves et les aires de conservation du Kenya. La loi sur la conservation et la gestion de la nature de 2013, qui fait suite à la loi de 1989, a rétabli cette entité étatique.

[4] Project Armed Conflict Location and Event Data.

[5] Cela inclut « les incidents de violence politique, ethnique, religieuse, socioéconomique, environnementale et criminelle aux mains d’acteurs étatiques et non étatiques » (Maguire, 2018, 68f).

[6] Notes de terrain, mars 2020.

[7] Entretien avec le commandant de la police de Samburu, mars 2020.

[8] Notes de terrain février-mars 2020.

[9] Les Royal Ordnance Factories étaient les fabriques d’armement du gouvernement britannique pendant et après la seconde guerre mondiale, n.d.t.

[10] Notes de terrain février-mars 2020, la police a confirmé l’importance des gardes-forestiers communautaires dans la résolution des incidents de sécurité tels que le vol de bétail.

[11] Entretien avec le responsable de l’aire de conservation communautaire de Nanapa, février 2020 ; entretiens avec divers garde-forestiers communautaires, février-mars 2020.

[12] Entretien avec le commandant de la police de Samburu, mars 2020.

[13] Entretien avec l’ancien responsable de l’aire de conservation communautaire de Meibae, mars 2020.

[14] Entretien avec le responsable de l’aire de conservation communautaire de Nanapa, février 2020.

[15] Entretien avec le responsable de l’aire de conservation communautaire de Ngilai, février 2020.

[16] Entretiens, février-mars 2020.

[17] Guerriers, classe d’âge précédant celle de « jeunes anciens ».

[18] Entretien avec le directeur du tourisme et du marketing du comté de Samburu, mars 2020.

[19] Entretien avec le commandant de la police de Samburu, mars 2020.

[20] Un village (temporaire).

[21] Entretien avec le responsable de l’aide de conservation communautaire de Kalama, février 2020.

[22] Entretien avec des gardes-forestiers, février 2020 ; entretien avec le responsable de l’aire de conservation communautaire de Kalama, février 2020.

[23] Entretien avec le responsable de l’aire de conservation communautaire de Kalama, août 2020 ; entretien avec le responsable adjoint et le garde-forestier en chef de l’aire de conservation communautaire de Kalama, août 2020.

[24] En 2020, 1 000 shillings kényans équivalent approximativement à 10 dollars américains.

[25] Entretien avec le responsable de l’aire de conservation communautaire de Kalama, février 2020.

[26] Entretien avec le responsable de l’aire de conservation communautaire de Kalama, août 2020 ; entretien avec le responsable adjoint et le garde-forestier en chef de l’aire de conservation communautaire de Kalama, août 2020.

[27] Minibus de transport en commun, n.d.t.

[28] Entretien avec un garde-forestier communautaire, mars 2020.

[29] Notes de terrain, février-mars 2020.

Sara van der Hoeven

Sara van der Hoeven is a PhD Candidate in the Peace and Development programme at the School of Global Studies, University of Gothenburg, Sweden. Her PhD project explores peace and security issues relating to wildlife conservation in northern Kenya. Sara van der Hoeven est doctorante au sein du programme Paix et développement de l'École des études internationales de l'Université de Göteborg, en Suède. Dans son projet de doctorat, elle explore les questions de paix et de sécurité liées à la protection de la faune sauvage dans le nord du Kenya.

More Posts


Sara van der Hoeven

Sara van der Hoeven is a PhD Candidate in the Peace and Development programme at the School of Global Studies, University of Gothenburg, Sweden. Her PhD project explores peace and security issues relating to wildlife conservation in northern Kenya. Sara van der Hoeven est doctorante au sein du programme Paix et développement de l'École des études internationales de l'Université de Göteborg, en Suède. Dans son projet de doctorat, elle explore les questions de paix et de sécurité liées à la protection de la faune sauvage dans le nord du Kenya.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search