Les humanités numériques en Afrique vues par une conférence à l’IFRA-Nigeria (10-11 juin 2021)

« New Maps of Old Lagos », http://newmapsoldlagos.com/.

À propos de la conférence : “Digital Humanities: The Final Frontier for the Decolonization of Knowledge?”, Institute of African Studies, Ibadan, 10 & 11 juin 2021. Comité scientifique : Ademide Adelusi-Adeluyi, Cyrielle Maingraud-Martinaud, Senayon Olaoluwa, Vincent Hiribarren.
La conférence a été préparée par Cyrielle Maingraud-Martinaud, Juliette Reflé et Vincent Hiribarren. Pour davantage de détails : https://ifra-nigeria.org/events/scientific-events/conferences/423-ifra-nigeria-30-s-anniversary-celebration-with-a-conference-on-digital-humanities.
Les enregistrements sont disponibles ici, et au bas de ce billet.


Les ordinateurs et Internet ont radicalement changé notre façon d’étudier, d’apprendre, de rechercher et d’écrire. Il n’est pas surprenant que ce phénomène-même ait déclenché une vague de recherches et de publications au cours de ces trente dernières années. Elle a donné lieu à d’intenses débats sur le rôle et la place des humanités numériques (ou Digital Humanities) dans le monde de la recherche.

Il n’y a pas de raison que cette transformation n’ait pas touché le continent africain. C’est pour cette raison que l’IFRA-Nigeria a organisé, pour l’occasion de ses 30 ans, une conférence sur le sujet dont vous pouvez trouver les enregistrements ici, et au bas de ce billet. Cette conférence de deux jours a réuni des universitaires et des conférenciers non universitaires de différents horizons ayant une expérience en humanités numériques, en particulier au Nigeria.

Autant le reconnaître tout de suite, « humanités numériques » est une expression qui recouvre des réalités très différentes. Les débats entre ceux qui les considèrent comme un simple outil, une science auxiliaire ou comme une discipline à part entière ont déjà eu lieu et n’ont pas forcément abouti à un consensus. Il n’en reste pas moins qu’ordinateurs et Internet ont radicalement changé la manière de travailler quotidienne de tous les chercheurs, basés dans des universités africaines ou non. Évidemment, le but de notre conférence n’était pas de parler de l’apport direct des technologies mais bien de la manière dont les humanités numériques ont transformé les questionnements des chercheurs en Afrique. Au-delà des apports techniques qui, certes, facilitent la recherche, comment le numérique modifie-t-il en profondeur les interrogations des chercheurs en Afrique ? Le but de notre conférence était donc de dépasser le « tout technologique » pour nous concentrer sur des questions de recherche comme nous l’avons vu avec les papiers d’Ademide Adelusi-Adeluyi sur les cartes de Lagos, d’Onyekachi Peter Onuoha sur la littérature, Macham Mangut en archéologie ou Bashir Maiwada sur les institutions universitaires du nord du Nigeria.

Les linguistes ont été particulièrement à l’honneur durant cette conférence. Ceci n’est évidemment pas un hasard quand on sait comment la linguistique a depuis longtemps investi le champ des humanités numériques. Nos premières intervenantes, Gloria I. Okolie et Confidence Evwodere, ont ainsi expliqué comment des bases de données numériques leur ont permis de recenser les variations du pidgin nigérian, dont voici trois exemples signifiant la même chose, « Parlez-vous le pidgin ? » : 1) « You sabi speak pidgin? » 2) « You sabi speak broken? » 3) « You fit use broken follow me talk? » Notre conférence de fermeture a d’ailleurs été donnée par Prof. Egbokhare, l’un des pionniers de cette question.

Le pidgin est une question fascinante puisqu’elle se focalise sur une communauté de locuteurs. Tout comme le pidgin, les humanités numériques créent des communautés en rassemblant des chercheurs et chercheures de différentes disciplines. Personne ne prétendra atteindre une interdisciplinarité parfaite, mais les humanités numériques permettent de trouver dans un même lieu virtuel des objets de recherche et des méthodes qui n’ont pas l’habitude de cohabiter. C’était bien le sens donné à la question par Dele Layiwola en début de conférence, ou par Bruno Véras (Fragments of Memory) voire celui de Kọ́lá Túbọ̀sún sur la langue yoruba.

Qui dit assemblage de sources différentes dit aussi préservation de celles-ci. De plus en plus de projets tiennent à préserver des traces du passé sous forme numérique. Pendant notre conférence, il en allait ainsi des travaux de Yaw Adu-Gyamfi au Ghana, Israel Abayomi Saibu et Felix Bayode Oke au sud-ouest du Nigeria, Ayo Adeduntan à l’Institute of African Studies d’Ibadan, voire les propres travaux de l’IFRA-Nigeria sur les archives du Nigeria (Naija archives). Cette persévération du passé s’accompagne aussi d’un véritable travail de dissémination, valorisation ou vulgarisation de la recherche. Il en va ainsi des pages Instagram sur l’histoire du Nigeria d’Olakunle Olusola Kuti (Howfar Nigeria) ou d’Etim Eyo (Nigeria Nostalgia Project). Cette multiplication des initiatives et plateformes a évidemment mené à une discussion critique du choix opéré par des chercheurs et chercheuses mais aussi parfois par les organismes de financements qui s’improvisent archivistes numériques.

Enfin difficile de ne pas revenir à ce qui avait été pensé comme le cœur de la conférence et qui a été tardivement le sujet de nos conversations pendant notre dernier panel : la décolonisation des savoirs. Cette conférence s’est ainsi terminée par des papiers de Senayon Olaoluwa et Babajide Ololajulo, qui ont réfléchi sur le rôle joué par les humanités numériques dans les contextes africains. Un rappel a été nécessaire sur les questions économiques qui sont des véritables marqueurs d’inégalité entre universités riches du Nord et celles plus pauvres situées dans le Sud. Ces inégalités sont évidemment démultipliées quand il s’agit de parler de questions technologiques, mais le manque de moyens ne semble pas être le seul problème. La réflexion s’est donc portée sur les conditions intellectuelles permettant de dépasser la question de la fracture économique liée aux Humanités Numériques pour se concentrer sur des questions de collaborations scientifiques et de création et circulation de savoirs. La discussion est donc restée largement ouverte et fera, nous l’espérons l’objet, d’un nouveau séminaire de recherche à l’IFRA-Nigeria.

Projets numériques cités

Adelusi-Adeluyi, Ademide. « New Maps of Old Lagos » : http://newmapsoldlagos.com/ [archive].

Eyo, Etim, « Nigeria Nostalgia Project » ; page Instagram : https://www.instagram.com/nigeriannostalgiaproject/ ; site internet : https://nigeriannostalgiaproject.org/ [archive].

IFRA-Nigeria. « Naija Archives » : https://resource-centre.ifra-nigeria.org/index.php?lvl=cmspage&pageid=4&id_article=91.

Kuti, Olakunle Olusola. « How Far Nigeria » ; page Instagram : https://www.instagram.com/howfarng/ ; site internet : https://www.howfarnigeria.com/ [archive].

Túbọ̀sún, Kọ́lá. « Yoruba Name » : https://www.yorubaname.com/ [archive].

Véras, Bruno. « Fragmentos da Memoria » : http://www.fragmentosdamemoria.org/ [archive].

Vidéos

Digital Humanities: the Final Frontier for the Decolonization of Knowledge? PART 1.

Digital Humanities: the Final Frontier for the Decolonization of Knowledge? PART 2

Digital Humanities: the Final Frontier for the Decolonization of Knowledge? PART 4

Digital Humanities: the Final Frontier for the Decolonization of Knowledge? PART 3



Citer ce billet
Vincent Hiribarren (2021, 19 août). Les humanités numériques en Afrique vues par une conférence à l’IFRA-Nigeria (10-11 juin 2021). Esquisses. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o5ch

Vincent Hiribarren

Vincent Hiribarren, historien, enseignant au Kings’s College de Londres, est actuellement directeur de l'Ifra-Nigeria (2020-2022). Il est également chercheur associé au laboratoire Les Afriques dans le monde.

More Posts

Vincent Hiribarren

Vincent Hiribarren, historien, enseignant au Kings’s College de Londres, est actuellement directeur de l'Ifra-Nigeria (2020-2022). Il est également chercheur associé au laboratoire Les Afriques dans le monde.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search