Valoriser l’histoire culturelle des Afriques. Entretien avec Sarah Frioux-Salgas

Photographie issue du Premier festival mondial des arts nègres, mise en scène dans l’exposition « Dakar 66 », Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, 2016. © Fonds Jean Mazel / Musée du Quai Branly-Jacques Chirac. Tirée du texte de l’exposition.

Sarah Frioux-Salgas est responsable des archives du musée du quai Branly-Jacques Chirac. LAM l’a invitée lors des Rencontres des Études africaines en France (REAF) à Toulouse pour intervenir dans le panel animé par Elara Bertho et Étienne Smith, « Relire Senghor ». Sa présentation avait pour objectif d’expliquer son travail sur l’exposition « Léopold Sédar Senghor et les arts », prévue pour février 2023.
Interview réalisée en juin 2022 par Épiphanie Prost, chargée de communication du laboratoire Les Afriques dans le monde.


Sarah Frioux-Salgas, quel est votre parcours ?

Je suis issue d’une formation d’historienne classique de l’Afrique et des Caraïbes, formée à ce qui s’appelait le Centre de recherches africaines (CRA)à Paris. Après avoir été assistante d’exposition au Musée d’art et d’histoire du judaïsme, j’ai créé le service des archives au moment de la création du musée du quai Branly-Jacques Chirac en 2003. Je suis maintenant en charge d’un fonds que je dois gérer, valoriser et enrichir. Dans les services d’archives, il y a toujours un facteur humain qui oriente les choix. J’ai ainsi pu faire rentrer beaucoup de fonds liés à l’Afrique et à l’histoire du panafricanisme à la médiathèque du musée.

D’où est né cet intérêt pour l’Afrique ?

Je peux citer différentes strates à cet intérêt. Tout d’abord, j’ai une marraine rwandaise. Mes parents avaient aussi un ami historien de l’art spécialisé sur l’Afrique. J’ai été au Ghana à 14 ans. Donc, assez jeune, j’ai été amenée à être en contact et à m’intéresser à ce continent, à la violence coloniale et à ses conséquences. Des lectures sur la guerre d’Algérie, ou encore la lecture de textes de Frantz Fanon durant mon adolescence ont à leur tour contribué à développer cette curiosité.

Quelles ont été vos motivations pour organiser des expositions sur ces thématiques ?

Que ce soit pour Présence africaine, L’Atlantique noir de Nancy Cunard, « The Color Line », « Dakar 66 », Paul Robeson, ou celle à venir sur Senghor, ce sont des expositions qui tournent autour du panafricanisme, à travers des objets différents. C’est ce qui m’anime : les différentes formes du panafricanisme. J’aime réfléchir à la période coloniale du point de vue des colonisé·e·s. Ce qui m’intéresse, c’est de savoir et de montrer comment ils et elles ont pris la parole dans ce contexte. J’aborde ainsi la question coloniale par cette voie-là.

Affiche de l’exposition « Présence africaine » à Dakar, en 2011.
Photo : Sarah Frioux-Salgas.

Comment s’articule votre travail avec les chercheurs et chercheuses ?

Ces sujets ne peuvent pas se faire sans le travail en amont de chercheurs et chercheuses comme celles et ceux de LAM. Je pense par exemple à Étienne Smith, Ophélie Rillon que j’ai eu l’occasion de rencontrer en février 2021, au moment où la chaire Diasporas africaines s’interrogeait sur les archives[1]. En tant qu’archiviste, je suis amenée à les renseigner, à échanger avec eux. Je profite d’un lieu populaire comme le musée du quai Branly-Jacques Chirac pour proposer des formes de lecture didactiques et essayer de mettre en avant les différentes voix de chercheurs et chercheuses, ou celles en qui je me retrouve.

Quelle est la plus grande difficulté ressentie dans votre travail ?

J’aime faire des expositions qui relèvent de l’histoire culturelle et qui ne seront pas une expérience uniquement esthétique, mais aussi intellectuelle et politique. Arriver à donner des clés de compréhension à tous les publics susceptibles de visiter l’exposition peut être compliqué.

Je tiens à ce que l’exposition propose une expérience didactique et pédagogique sur des sujets qui d’un côté peuvent sembler évidents pour les chercheurs et chercheuses, habitué·e·s à ces thèmes importants au sein de la communauté universitaire. Et d’un autre côté, il faut donner plusieurs niveaux de lecture pour que le public moins spécialisé ait les informations nécessaires à sa compréhension du sujet.

Il y a toujours un calibrage, avec un texte composé comme un entonnoir : un grand texte d’introduction d’une section est suivi d’un texte medium et d’un cartel contenant les détails. Cet aspect discursif et critique sur le sujet est primordial.

L’autre défi est de mettre en scène un sujet d’histoire culturelle. C’est un jeu entre les photographies originales, les reproductions et les divers objets. J’aime donner à entendre de la poésie, de la musique, mais aussi des citations d’entretiens avec des artistes, des intellectuels…

Il est important d’éviter l’exotisation. C’est pourquoi je cherche à contextualiser les objets exposés de façon à en faciliter la compréhension et ne pas jouer sur une esthétique qui ne porterait pas les messages désirés.

Cette tension me semble donc être la plus grande difficulté. L’enjeu étant à la fois de trouver le bon équilibre dans les textes et dans la présentation pour éveiller et maintenir l’intérêt de tou·te·s les visiteurs et visiteuses.

Comment travaillez-vous pour atteindre ces objectifs ?

Pour lancer une exposition, il faut d’abord que l’idée soit retenue. J’ai eu de la chance que le musée ait jusqu’ici accepté mes sujets, qui pouvaient être perçus comme difficiles. Cela a commencé avec Présence africaine, une maison d’édition dont j’ai voulu retracer l’histoire. Et depuis, chaque projet a été validé par la présidence du musée. Il faut en moyenne deux ans de préparation pour une exposition qui, elle, dure trois mois en moyenne.

Je travaille ensuite avec l’équipe de production du musée et nous faisons en sorte que le projet intellectuel prenne vie (appels d’offres, demandes de prêts des œuvres, contacts avec les différents prestataires). Les scénographes choisis imaginent l’architecture de l’exposition et lui donnent une atmosphère, une ambiance grâce à leur équipe (graphiste, régisseur·se lumière et son).

Le musée a également un service de communication ou peut faire appel à une agence pour le catalogue de l’exposition, les relations presse, etc. Une fois l’exposition terminée au musée, elle peut continuer à tourner si elle intéresse diverses institutions. C’est alors un autre service qui la prend en charge.

J’apprécie le travail en équipe car chacun apporte son savoir-faire. J’aime notamment m’entourer de personnes qui ne font pas du tout la même chose que moi. Cela m’aide à trouver ce fameux équilibre pour pouvoir s’adresser à tous les publics.

Affiche originale du Premier Festival mondial des arts nègres (1966, à gauche) et affiche de l’exposition « Dakar 66 », Musée du Quai Branly, 2016

Pouvez-vous en dire plus concernant la prochaine exposition sur Senghor ?

L’exposition présentera Senghor par le biais de sa politique culturelle, à partir d’un don de Gérard Bosio qui a été son conseiller culturel durant une dizaine d’années. Pendant cette période, Gérard Bosio a participé activement à la diplomatie culturelle du Sénégal en organisant de grandes expositions d’artistes européen·ne·s au musée dynamique de Dakar (construit à l’occasion du premier Festival mondial des arts nègres de Dakar), je pense notamment à Marc Chagall (1971), Pablo Picasso (1972, avec un colloque sur le thème « L’art nègre et la civilisation de l’universel »), Pierre Soulages (1974), Alfred Manessier (1976), André Masson (1980). En 1974, il a aussi été très actif dans l’organisation de l’exposition au Grand Palais « Art sénégalais aujourd’hui », qui fut en quelque sorte une vitrine de l’École de Dakar. Elle fut aussi présentée à Nice, Stockholm, Vienne, Helsinki, Florence, Rome. Par ailleurs, cette exposition très officielle suscita au sein de milieu artistique sénégalais des contestations que nous montrerons aussi dans l’exposition.

L’objectif général sera de montrer au grand public qu’il y a eu un Président qui s’est beaucoup investi dans la politique culturelle de son pays dans les années 1960 à travers de nombreuses actions : création de structures et d’espaces, d’écoles de formation, de lieux d’expositions, etc. Pour le musée, c’est l’occasion de valoriser ce don et de poursuivre dans la continuité des expositions faites auparavant, dans lesquelles Senghor était omniprésent.

L’exposition sera organisée en cinq parties. La première, que nous avons intitulée « On nous dévisageait sans chercher à nous comprendre : Une écriture africaine de l’histoire », reviendra sur la genèse de la formation de Senghor en France et ses premiers engagements (négritude et Présence Africaine). Dans la seconde, « Une sève jeune et des moyens neufs. La création contemporaine africaine, au-delà de la sculpture », nous présenterons la mise en œuvre de la politique culturelle de Senghor qui passe par la création de lieux de formation, de création et de diffusion dans des domaines aussi variés que la peinture, la tapisserie, le théâtre, la danse, la littérature et le cinéma. La troisième section, « Une civilisation de l’Universel », illustrera l’une des voies de concrétisation du projet senghorien à travers les invitations faites à des artistes modernes occidentaux à illustrer l’œuvre poétique de Senghor, et à venir exposer au musée dynamique de Dakar, comme l’ont fait Picasso, Chagall et Soulages. Ensuite, nous nous nous attarderons sur la diplomatie culturelle de Senghor et la manière dont il a cherché à ancrer le Sénégal sur la scène culturelle internationale, notamment par la diffusion d’œuvres à travers le monde. L’exposition d’art ancien sénégalais en 1966 au Grand Palais à Paris a été un jalon, suivie par l’exposition « Art sénégalais d’aujourd’hui » dans le même lieu en 1974, qui a ensuite largement circulé à l’étranger. Par ailleurs, Senghor a mené une politique active de cadeaux diplomatiques, souvent issus des créations de la manufacture de Thiès. Enfin, la dernière partie de l’exposition sera consacrée à la dissidence et aux héritages. Nous présenterons les contre-discours et la postérité de l’œuvre de Senghor notamment en s’intéressant à un projet de musée de la fin des années 1970 qui a la même terminologie que le Musée des civilisations noires, ouvert à Dakar fin 2018.

Sarah Frioux Salgas aux REAF 2022 à Toulouse, juin 2022.
Photo : Épiphanie Prost, pour LAM.

Note

[1] Les archives du Musée du Quai Branly sont consultables sur demande. Quatre espaces de consultation existent : https://www.quaibranly.fr/fr/recherche-scientifique/bibliotheque-et-fonds-documentaires/informations-pratiques/.

Aurore Epiphanie Prost

Chargée de communication et animation des réseaux Laboratoire LAM

More Posts - Website


Aurore Epiphanie Prost

Chargée de communication et animation des réseaux Laboratoire LAM

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search