Comment faire des entrepreneurs ? Lecture de David L. Poole, Entrepreneurs and SMEs in Rwanda: The Model Pupil Paradox

Christine Lagarde, présidente du Fonds monétaire international, à Kigali en janvier 2015. C’est au cours de cette visite que C. Lagarde a salué le « miracle » économique rwandais est s’est dite « impressionnée » par la croissance du pays.
Photo : Stephen Jaffe / Fonds monétaire international. CC BY-NC-ND. Source : https://flic.kr/p/q2rxir.

Ce texte propose une lecture de Poole, David L. 2021. Entrepreneurs and SMEs in Rwanda: The Model Pupil Paradox. London : Zed Books. 256 p. En ligne : http://dx.doi.org/10.5040/9780755637843.
Ce billet est la version augmentée d’une analyse bibliographique écrite pour la Revue internationale des études du développement (RIED) n° 251 (2023).


Docteur en économie du développement et international business consultant, David L. Poole propose un ouvrage original au regard des débats actuels en matière de promotion du secteur privé dans les pays en développement. Ancré dans les études de management et enrichi d’expériences professionnelles sur le continent, et en particulier au Rwanda, l’ouvrage présente en effet l’intérêt d’interroger la ré-héroïsation de l’entrepreneur en Afrique dont l’impérieuse nécessité semble aujourd’hui faire l’objet d’un très large consensus. Après avoir identifié un ensemble de théories dominantes en circulation au sein des gouvernements africains et des institutions de développement érigeant la promotion de l’entrepreneuriat comme une prescription politique et économique, Poole les confronte aux réalités rwandaises. Il estime qu’il ne s’agit que de « croyances » (p. 8) qui n’ont jamais été attestées empiriquement dans les pays en développement. Les résultats obtenus conduisent effectivement à réfuter un certain nombre de postulats au cœur du consensus en faveur de la promotion de l’entrepreneuriat en Afrique, ce qui conduit l’auteur à proposer des modifications incrémentales aux orientations politiques actuelles. Néanmoins, à la lecture de Entrepreneurs and SMEs in Rwanda,on pourrait en venir à se poser la question suivante : jusqu’où peut-on produire une critique pertinente d’une croyance à partir des mêmes postulats qui ont participé à son édification ?

Notion polysémique forgée à partir de la fin du xviiie siècle en Europe, l’entrepreneuriat a fait un retour remarqué dans le vocabulaire et les pratiques du développement en Afrique depuis environ une dizaine d’années. Dans les années 1980 et 1990, alors que les politiques dites d’ajustement structurel s’appliquaient dans un nombre croissant de pays, le paradigme dominant considérait que les entrepreneurs et les entreprises apparaîtraient mécaniquement à mesure de la mise en œuvre de « réformes » correspondant aux standards néolibéraux du marché. Par référence aux conséquences quasi-magiques que produirait un environnement macroéconomique jugé business-friendly sur la création de petites et moyennes entreprises (PME), l’auteur qualifie ce paradigme de théorie de la « combustion spontanée » (p. 25). Les « réformes » mises en œuvre dans le cadre des politiques d’ajustement structurel n’ont toutefois pas produit les effets escomptés.

Un autre courant, qualifié d’ « allocationiste » par Poole, prolonge et approfondit cette pensée (p. 25). Ce courant reprendrait une grande partie de la théorie de la « combustion spontanée », comme la croyance en un « océan d’entrepreneurs en attente » (p. 48) dans les pays en développement, c’est-à-dire d’un vaste vivier de potentiels entrepreneurs dont les conditions d’émergence ne sont pas encore remplies. Allocationistes et tenants de la théorie de la combustion spontanée s’accorderaient également sur la nécessité de disposer d’un plus grand nombre d’entrepreneurs dans les pays en développement. Tel qu’il est présenté par ces deux théories, l’enjeu semble effectivement vital. Dans des sociétés caractérisées par une forte précarité des emplois, une présence marginale du salariat dans les modes de production, une croissance démographique élevée et une prépondérance des entreprises informelles considérées comme peu productives et génératrices d’emplois, les acteurs dominants du champ du développement (sont notamment mentionnés la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et le département britannique du développement international) accordent aux PME, en particulier formelles, un puissant « pouvoir de transformation » (p. 8) économique et social.

À la différence des tenants du premier paradigme, les allocationistes estiment toutefois qu’il est insuffisant, bien que nécessaire, de lever les obstacles à la création d’entreprise et au bon fonctionnement du marché. Il faut en même temps améliorer l’accès des entrepreneurs à différents types de capitaux (financier, social, humain, etc.) afin de pouvoir observer une hausse du nombre de PME. Pour cela, des institutions spécifiques, privées comme publiques, doivent participer à « créer » (p. 8), à un niveau plus micro, les entrepreneurs désirés. Le mode d’action peut ainsi consister à « accompagner » le plus grand nombre d’individus dans la création de PME, en équipant les individus-entrepreneurs (dont la présence diffuse et systématique dans les sociétés des pays en développement est prise pour acquise) de compétences et de ressources jugées indispensables, par l’intermédiaire de dispositifs institutionnels dédiés, comme les incubateurs.

Le propos a le grand mérite de reconnaître d’emblée le consensus autour de la nécessité de la promotion de l’entrepreneuriat trop souvent non interrogé et d’expliquer ses récentes évolutions pratiques par des changements au sein de la pensée du développement. On peut regretter que la description du courant « allocationiste » ne soit pas plus détaillée. Quels acteurs se réclament expressément de ce courant ? Sur quelles conceptions et sur quelles modalités d’actions s’accordent-ils et desquelles débattent-ils ? Bien que l’aspect idéologique mériterait d’être approfondi car « faisant sens » au regard de ce que l’on peut observer empiriquement, il ne s’agit-là que d’une toile de fond. Une telle présentation permet surtout à l’auteur d’ériger un ensemble très cohérent d’idées, de discours et de prises de positions qu’il entend réfuter.

L’essentiel de l’ouvrage participe en effet d’un débat interne au champ du développement. Sans aller jusqu’à questionner fondamentalement comment l’entrepreneuriat a pu pratiquement acquérir le statut de buzzword pour toute une série d’acteurs inscrits dans différents champs sociaux, Poole ambitionne plus prosaïquement de rendre les politiques actuelles plus efficaces en contestant deux des postulats « allocationistes » qu’il tient pour non-fondés. D’une part, celui du manque d’accès aux ressources comme obstacle à la croissance du secteur privé en Afrique. D’autre part, celui de l’universalité de l’entrepreneuriat qui consiste à en donner une « définition toujours plus expansive » (p. 48) – tout le monde peut et devrait devenir un entrepreneur pour le bien du plus grand nombre.

Pour cela, il s’intéresse au cas du Rwanda qui a scrupuleusement respecté depuis l’an 2000 les prescriptions des acteurs internationaux du développement en matière de promotion de l’entrepreneuriat et du secteur privé. En plus d’être parvenu à améliorer ses indicateurs relatifs au « climat des affaires » (amélioration de la « gouvernance », réformes fiscales, développement des infrastructures…), le gouvernement rwandais a suivi les principes « allocationistes » : création de coopératives d’épargne et de crédit, organisation de compétitions et de concours d’entrepreneurs, soutien aux incubateurs d’entreprises ou encore intégration de l’entrepreneuriat dans ou en marge des programmes scolaires. Pourtant, le nombre de PME formelles n’a pas augmenté. Leur part parmi les différentes catégories d’entreprises privées tend d’ailleurs plutôt à décliner, passant de 5,6 % en 2011 à 5,1 % en 2016. En outre, les données disponibles indiquent un taux de mortalité des PME à deux ans de l’ordre de 70 % ainsi qu’un nombre d’embauches largement inférieur aux objectifs fixés par les plans de développement fixés par le gouvernement. Comment dès lors expliquer que les attentes des « allocationistes » ne se soient pas concrétisées ? Pourquoi n’observe-t-on pas l’émergence d’une nouvelle classe entrepreneuriale dans un contexte institutionnel apparemment si favorable ? Pour l’auteur, l’échec n’est pas à rechercher dans la mauvaise implémentation des réformes, mais dans la logique même qui les sous-tend. Elles viseraient avec des instruments inadaptés les « mauvaises » cibles (p. 216), c’est-à-dire les individus les moins susceptibles de créer des PME viables.

Après trois premiers chapitres présentant l’ancrage théorique (qui adopte sans ambages l’approche dite par les traits, voir infra), la méthodologie et nuançant avec pertinence le portrait de « l’élève-modèle » rwandais, l’ouvrage en vient au cœur du développement. Celui-ci repose sur la comparaison de certaines pratiques (moyens de financement de l’entreprise, recours au business plan, networking) et traits psychologiques (rapport au risque, motivation à entreprendre, type de raisonnement, vision du futur) entre deux groupes d’individus. D’un côté, des « entrepreneurs à succès » (« successful entrepreneurs », SE), définis comme dirigeants d’une entreprise en activité depuis plus de douze mois comptant au moins plusieurs employés. De l’autre, des individus ayant comme projet de créer une entreprise (« aspiring entrepreneurs », AE). La démarche consiste alors à comparer les récits des SE à ceux des AE afin de rechercher les caractéristiques qui les distinguent. L’auteur examine ensuite si les dispositifs d’inspiration « allocationiste » favorisent les profils à succès. Le matériau empirique se base sur 33 entretiens auprès de 12 SE et 21 AE sélectionnés dans des conditions hélas peu explicites.

À partir des critères retenus, l’auteur met en évidence trois grands groupes. Il montre que les SE n’ont pas agi selon les attentes des « allocationistes » puisque toutes et tous, sauf un, ont évité le recours au crédit (dont l’accès a pourtant été grandement facilité par les réformes introduites par le gouvernement rwandais), comme aux business plans (dont la maîtrise est jugée centrale dans les formations et les compétitions) et qu’ils pratiquent le networking (sans pour autant avoir recours aux programmes de soutien qui offrent mentorat et conseillers extérieurs). Ces personnes justifient également leur parcours par des raisons non financières et adoptent des attitudes bien éloignées de la figure de l’entrepreneur « risquophile ». À l’inverse, si quelques AE correspondent au profil des SE – qualifiés alors de « proto-entrepreneurs » (PE), c’est-à-dire d’individus qui auraient le plus de chances de devenir par la suite des SE –, les chapitres six et sept montrent que la majorité d’entre eux ont plutôt des profils opposés aux SE. La plupart des AE ont en effet davantage recours aux business plans, cherchent à obtenir des prêts pour financer leur activité, ont une attitude plus favorable au risque et semblent davantage motivés par le mobile du gain financier. Les PE sont ainsi très peu nombreux parmi les AE.

En faisant des traits psychologiques et des pratiques des SE la cause de leur succès, Poole conclut que les initiatives « allocationistes » échouent parce qu’elles ne ciblent pas les individus censés être les plus prometteurs. En outre, elles ne préparent pas leurs bénéficiaires à devenir des entrepreneurs à succès puisqu’elles mettent l’accent sur des compétences et des dispositions peu mobilisées par les SE. Cela produirait de surcroît des effets délétères. Parce que l’accès facilité au crédit ne bénéficierait ni aux SE ni aux PE, les flux financiers iraient d’abord à l’endroit de « parieurs » (gamblers, p. 217). Avec des risques élevés de perdre leur mise dans un projet non viable, ces parieurs auraient une forte probabilité de retourner appauvris à leur situation de départ. L’ensemble des réformes et dispositifs pro-entrepreneuriaux au Rwanda fonctionnerait donc comme un tonneau des Danaïdes. Selon l’auteur, il faudrait réallouer les ressources disponibles en direction des individus les plus prometteurs qui se distinguent individuellement par des caractéristiques exceptionnelles, et mettre un terme à la « croyance » (p. 8) en l’universalité de l’entrepreneuriat dont les facteurs de succès sont très inégalement répartis dans la population.

L’ensemble de l’ouvrage, que ce soit la thèse, la méthodologie employée ou les recommandations professées, ne peut que susciter de fortes réactions parmi les lecteurs versés dans les sciences sociales. En effet, Poole puise dans ce qui a pu être appelé l’approche par les traits, courant influent dans les études en entrepreneuriat dans les années 1980, mais dont le crédit académique semblait avoir diminué depuis. Cette théorie se propose d’identifier les caractéristiques, innées ou acquises, qui prédisposent les individus à une activité entrepreneuriale. Les critiques sont nombreuses[1]. Non seulement les traits censés constituer l’entrepreneur idéal-typique sont tellement hétérogènes et infinis qu’ils en deviennent contradictoires, mais aucun lien de causalité n’a jamais pu être identifié entre traits psychologiques individuels et performance économique. Plus fondamentalement, l’approche par les traits naturalise, individualise et psychologise des pratiques et des dispositions pourtant socialement situées[2]. Cette non-contextualisation abrase toute la complexité sociale au profit d’une mise en équivalence systématique sous la catégorie nébuleuse d’entrepreneur, ce qui a au moins ici deux conséquences problématiques. Premièrement, l’absence de descriptions empiriques denses empêche de connaître les relations effectives entre les bénéficiaires et les dispositifs « allocationistes », limitant largement la portée du propos qui vise précisément à critiquer ces dernières. Deuxièmement, l’hypothèse de (dis)positions sociales différenciées est totalement ignorée, alors qu’elle pourrait expliquer de manière dispositionnaliste le « succès » dans les affaires. L’auteur observe par l’intermédiaire des entretiens menés que les SE ne sont pas « matérialistes » (p. 121) car la plupart d’entre eux ont quitté un emploi salarié pour se consacrer pleinement à leur entreprise sans garantie d’une rémunération égale ou supérieure. La volonté de contrôler sa propre destinée est l’une des explications proposées, ce qui tranche avec l’idée dominante que l’entrepreneuriat au Rwanda, et plus généralement dans les Afriques, relèverait de la nécessité, c’est-à-dire serait subi faute de mieux. L’auteur considère qu’il s’agit d’un paradoxe : pourquoi, dans un pays dit pauvre, des gens préfèreraient-ils l’incertitude à la sécurité de l’emploi ? Ce paradoxe n’en a cependant que l’apparence. Pour se donner véritablement les moyens de comprendre cette décision, il conviendrait de rendre compte de la double vérité[3] de ces « entrepreneurs » sélectivement et objectivement positionnés dans un mode de production spécifique, en même temps qu’engagés dans un processus de subjectivation potentiellement vecteur d’autonomisation, voire d’émancipation individuelle.

Les quelques descriptions empiriques et extraits d’entretiens, disséminés ici et là, révèlent pourtant des éléments très intéressants et riches d’enseignement qui auraient pu non seulement contribuer à une meilleure intelligibilité des logiques de soutien à l’entrepreneuriat au Rwanda, mais aussi à une plus grande compréhension des dynamiques sociales locales. Diplômée et ayant occupé un emploi de cadre dans la finance avant d’avoir créé une entreprise, Odette, une « successful entrepreneur », illustre particulièrement bien un type de trajectoire sociale extravertie et privilégiée. Ce type contraste avec d’autres trajectoires, bien plus localisées et modestes, qui semblent moins parvenir à profiter des opportunités offertes par les dispositifs orientés vers la promotion de l’entreprise formelle et de la start-up. La perspective adoptée, puisant dans un registre théorique ancien à des fins de réforme des modes d’intervention actuels, n’offre donc pas les moyens d’une analyse radicale des transformations contemporaines à l’œuvre.

Il est en définitive tentant de réagir sur l’invitation finale de l’ouvrage qui propose de réduire le périmètre du soutien à l’entrepreneuriat aux plus « prédisposés ». Qu’est-ce que cela implique ou impliquerait ? D’un point de vue de la recherche en sciences sociales, la formulation de cette recommandation revient à ne pas interroger les autres enjeux – parfois tus – du soutien à l’entrepreneuriat, comme celui du contrôle social de certaines catégories de la population, de l’extraversion ou de l’extension de l’ordre marchand. Catherine Honeyman a par exemple bien montré comment la mise en place d’une politique d’éducation à l’entrepreneuriat par un État autoritaire et régulateur participait pleinement d’un processus de subjectivation politique visant à façonner un « citoyen idéal » adapté au « nouveau Rwanda »[4]. Du point de vue des pratiques de développement, l’ouvrage aborde indirectement l’enjeu du « ciblage », ensemble de méthodes promues à partir des années 1990 au sein des organisations internationales afin d’allouer de manière la plus efficace possible les ressources aux bénéficiaires prioritaires. Bien que l’auteur n’envisage l’enjeu que sous l’angle d’un meilleur ciblage, plus efficace, il est également possible, en suivant les réflexions d’Elyachar, Hibou ou Samuel[5], de se demander s’il est possible, et souhaitable, de faire des politiques publiques autrement qu’en ciblant. D’un point de vue politique, enfin, quelles conséquences produiraient une telle restriction après des années de diffusion de représentations selon lesquels l’entrepreneuriat, dans ses multiples acceptions, est une voie légitime d’accumulation et d’enrichissement dans des contextes de rareté matérielle et d’opportunités restreintes d’ascension sociale ?

En dépit de ces limites qui constituent davantage un motif de stimulation académique qu’une raison de ne pas le lire, Entrepreneurs and SMEs in Rwanda offre matière à réflexion. L’hypothèse d’un paradoxe – hypothèse bien démontrée dans le cas rwandais – pourrait en effet être étendue à de nombreuses autres situations.


Notes

[1] Gartner, William. « “Who Is an Entrepreneur?” Is the Wrong Question », American Journal of Small Business. janvier 1989. http://dx.doi.org/10.1177/104225878801200401.

[2] Galluzzo, Anthony. Le mythe de l’entrepreneur. Paris : La Découverte, 2023. 232 p.

[3] Bourdieu, Pierre. « La double vérité du travail », Actes de la recherche en sciences sociales. 1996, vol. 114 no 4. p. 89‑90. https://doi.org/10.3406/arss.1996.3197.

[4] Honeyman, Catherine A. The Orderly Entrepreneur: Youth, Education, and Governance in Rwanda. Stanford : Stanford University Press, 2016. 320 p.

[5] Elyachar, Julia. Markets of Dispossession: NGOs, Economic Development, and the State in Cairo. Durham, NC : Duke University Press, 2005. 296 p. ; Hibou, Béatrice. La bureaucratisation néolibérale. Paris : La Découverte, 2013. 326 p. ; Samuel, Boris. « Les enquêtes sociales et de l’identification des bénéficiaires dans la mise en place d’une protection sociale au Maroc », Statistique et Société, vol. 10, n° 1, 2022. http://statistique-et-societe.fr/article/view/847.

Luc-Yaovi Kouassi

Luc-Yaovi Kouassi est doctorant à Sciences po Bordeaux / Les Afriques dans le monde. Son projet de thèse porte sur « Une "nouvelle génération" d'entrepreneurs africains au Cameroun et au Nigeria. Témoins des transformations des rapports entre champs politique et économique ? »

More Posts - Website


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Luc-Yaovi Kouassi (15 mars 2023). Comment faire des entrepreneurs ? Lecture de David L. Poole, Entrepreneurs and SMEs in Rwanda: The Model Pupil Paradox. Esquisses. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o5cy


Luc-Yaovi Kouassi

Luc-Yaovi Kouassi est doctorant à Sciences po Bordeaux / Les Afriques dans le monde. Son projet de thèse porte sur « Une "nouvelle génération" d'entrepreneurs africains au Cameroun et au Nigeria. Témoins des transformations des rapports entre champs politique et économique ? »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search