Plaidoirie pour vendre le Congo : entre rires et larmes, une fenêtre sur l’absurdité en RDC

Plaidoirie pour vendre le Congo. Image tirée de la pièce, photographie par Géry Barbot.
Plaidoirie Pour vendre le Congo. (c) Géry Barbot

À propos de la pièce : Plaidoirie Pour vendre le Congo, texte de Sinzo Aanza, mise en scène d’Aristide Tarnagda, Théâtre Acclamations, Burkina Faso.
La Comédie – Centre dramatique nationale de Reims, saison 2022-2023. https://www.lacomediedereims.fr/saison-22-23/plaidoirie-pour-vendre-congo [archive].
Spectacle présenté dans le cadre du Festival Faraway 2023 (https://www.farawayfestival.eu/en/faraway-2023/ [archive].
Ce texte a été rédigé par un étudiant du Parcours Afrique de Sciences Po sur le Campus Reims, dans le cadre du cours « Littérature africaine contemporaine » dispensé par Elara Bertho en L2. D’autres textes de ces étudiants sont parus dans Diacritik, concernant Sami Tchak, Hemley Boum, ou Sinzo Aanza.  


Combien vaut une vie humaine en dollars américains ? Que valent les rêves et les ambitions d’un individu disparu en francs congolais ? À qui appartient réellement une république ? Dignes d’une longue conférence de philosophes, ces questions vont être adressées, par mégarde, au sein d’un comité populaire d’un quartier de Kinshasa. Au rythme de l’espoir et de la douleur d’une culture qui ne cesse de battre son plein malgré la violence et la difficulté, Aristide Tarnagda, le metteur en scène, et Sinzo Aanza, l’auteur, s’allient pour créer un moment profondément humain, rempli de rires, de rêveries, et d’une pointe de douleur.

Un cadre simple qui en dit long

C’est dans une salle en désordre du Quartier 2 que se réunissent les notables du comité du quartier : religieux, commerçants, un vieillard, un artiste du coin mondialement reconnu, le commissaire de police et le chef. Leur rôle ? Le gouvernement les appelle à se réunir pour allouer les futurs dédommagements versés par l’État, suite à une bavure de l’armée qui fait feu sur des habitants rentrant d’un match de foot.

Dans une ambiance suffocante qui annonce le côté loufoque des procédés, rien ne va : l’ordinateur est en panne, des membres du comité sont absents, on ne trouve aucune copie du Code civil congolais… et depuis la fenêtre, un autre acteur participe bruyamment au comité : la rue.

On lui ordonne de se taire, puis on demande son avis… on l’ignore, puis on la sollicite : la rue a son mot à dire : les habitants passent par la fenêtre, grimpent au mur, et proposent des solutions… La rue veut ses réponses et ses dédommagements. Ceux qui se bousculent à la fenêtre sont en deuil, mais aussi pleins d’humour, d’avidité, de musique et de nostalgie.

Tarnagada construit une scène merveilleusement simple : les acteurs principaux du comité « à l’intérieur » avec un décor minimaliste dans la salle. Au beau milieu de la scène, le mur et la fenêtre du bâtiment séparent le comité de la rue. Dans ce décor ponctué de bruitages et d’un éclairage recherché qui laisse transparaître l’avancée de la journée tout au long du récit, vont évoluer les personnages inventés par Sinzo Aanza. Les discussions du Comité se déroulent en série de dialogues irrespirables tant par les rires qu’ils provoquent que par leur rythme saccadé, suivi de profondes accalmies quand le sérieux de la situation revient à l’esprit des habitants du quartier. Tarnagada et Aanza nous offrent en cadeau la musique, les rêves et l’humour d’un quartier, ainsi que sa lassitude pour le fonctionnement de son pays.

Rire et pleurer en République démocratique du Congo

Il est difficile de décrire la pièce par ses thèmes abordés… Les absurdités et difficultés sociales, politiques et économiques ne sont pas amenées de manière artificielle, mais ressortent de leur propre essor par la simple interaction, dans une même salle encombrée, de personnes qui diffèrent par leurs origines, leur sexe, leur classe sociale et leur génération. Progressivement, des camps se forment pour chaque nouvelle question abordée par le comité : distribuer l’argent aux familles, ou l’utiliser pour construire un pont pour les écoliers ? Accepter l’argent des meurtriers ou le refuser par fierté ? Continuer à croire en la République, ou… vendre le pays ?

« Il faut vendre le pays ! » Cette initiative vient du jeune artiste, qui, lui, connaît l’international. Dès son arrivée, il revendique qu’un « peuple qui négocie sa valeur avec son gouvernement n’a pas besoin de citoyenneté ». Selon lui, le pays est déjà vendu à ses actionnaires : les entreprises européennes et les élites corrompues. « Il n’y a pas de pays… que l’illusion pour les uns, et le business pour les autres » ; donc, autant initier une vente en bonne et due forme afin que les citoyens de la RDC puissent enfin recevoir un quelconque bénéfice pour leur citoyenneté. Cette idée, perçue comme absurde, germe peu à peu dans les esprits et commence à convaincre certains réticents, par des arguments tout aussi drôles qu’extravagants.

Au beau milieu de ces argumentations sociales, politiques et philosophiques, un rythme de guitare mélancolique vient rythmer les accalmies de la pièce. Joué par un musicien de rue, l’air est repris doucement par tous les habitants et pousse à la danse. À travers ces interludes, le puzzle d’un récit bien plus douloureux nous est présenté tout au long de la pièce. L’histoire de la petite vendeuse du village, connue de tous pour son air de rêveuse et la douce odeur du pain imprégnée dans ses vêtements, que sa mère ne reverra plus.

« Rire pour expulser le trop de fiel qui bouche les cœurs. Rire du laid afin qu’espère le beau. Le rêve. » D’après Tarnagda, c’est cela le but de la pièce, d’exprimer l’espoir et le rêve par le rire pour dépasser l’impasse de la douleur. « J’ai toujours pensé que nous avons plus besoin sur ce continent de poètes », annonce-t-il dans la présentation de la pièce,« car il me semble que notre besoin premier, notre besoin essentiel est le rêve. Et l’écriture de Sinzo pisse le rêve. » C’est donc ce rêve que nous prêtent les réalisateurs pendant un moment profondément marquant.



Citer ce billet
Antoine Goullin (2023, 14 septembre). Plaidoirie pour vendre le Congo : entre rires et larmes, une fenêtre sur l’absurdité en RDC. Esquisses. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o5d6

Antoine Goullin

Antoine Goullin est étudiant à Sciences Po Paris.

More Posts

Antoine Goullin

Antoine Goullin est étudiant à Sciences Po Paris.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search