Conjuguer l’Afrique au féminin. À propos de Et que mon règne arrive, de Léonora Miano, mise en scène d’Odile Sankara

Et que mon règne arrive. (c) Christophe Péan.

À propos de la pièce : Et que mon règne arrive, texte de Léonora Miano, mise en scène d’Odile Sakara, Compagnie Kandima. Spectacle créé en septembre 2021 aux Francophonies – Des écritures à la scène à Limoges.
Spectacle présenté dans le cadre du Festival Faraway 2023, à La Comédie – Centre dramatique national de Reims, saison 2022-2023. https://www.lacomediedereims.fr/saison-22-23/et-que-mon-regne-arrive [archive].
Ce texte a été rédigé par un étudiant du Parcours Afrique de Sciences Po Paris sur le Campus Reims, dans le cadre du cours « Littérature africaine contemporaine » dispensé par Elara Bertho en L2. D’autres textes de ces étudiants sont parus dans Diacritik, concernant Sami Tchak, Hemley Boum, ou Sinzo Aanza.


Présentant sa pièce Et que mon règne arrive lors du festival Les Francophonies, Odile Sankara affirme d’emblée : « la principale thématique, c’est la question de l’amour. » L’amour des femmes, l’amour de l’Afrique, l’amour des femmes africaines, les amours que vivent ces femmes, tant de déclinaisons qui nous sont proposées dans ce projet d’art vivant, parlant, dansant et pensant.

Et que mon règne arrive est un projet qui naît du dialogue entre deux grandes artistes, Odile Sankara et Léonora Miano. Odile Sankara, connue d’abord en tant que comédienne, effectue ses premiers pas dans la Compagnie Feeren en 1991 sous la direction d’Amadou Bourou. Elle jouera ensuite dans plusieurs projets au gré de rencontres avec des metteurs en scène, avant de créer sa propre compagnie : Kandima. Loin de vivre dans l’ombre de son frère Thomas Sankara, elle est une figure emblématique de la vie théâtrale au Burkina Faso, préférant la scène plutôt que l’estrade et la tribune pour faire passer un message d’amour du continent et de ses hommes, et surtout de ses femmes intègres[1], qui semble couler dans leurs veines. Elle est aujourd’hui présidente des Récréâtrales de Ouagadougou, un festival de théâtre panafricain, espace de recherche et de diffusion théâtrales.

C’est en réponse à une commande d’Odile Sankara que Léonora Miano, écrivaine et dramaturge d’origine camerounaise, compose le texte de Et que mon règne arrive. Léonora Miano arrive en France en 1991 pour y poursuivre des études en lettres anglo-américaines. Elle y vit jusqu’en 2019, avant de s’établir au Togo. Dans son œuvre, elle aborde l’histoire et les expériences africaines et afro-descendantes, traitant du traumatisme de la colonisation, mais aussi de la position des femmes noires dans la société. Et que mon règne arrive interroge encore le rôle de la femme africaine, ses failles, ses forces. Que ce soit dans ces essais ou dans ses « œuvres pour la scène », comme elle appelle ses pièces, son écriture orale et rythmée permet de faire entrer en résonance le texte et le jeu. C’est cette subtilité qu’a su saisir Odile Sankara dans sa mise en scène de Et que mon règne arrive.

Entretien avec Odile Sankara pour Et que mon règne arrive.  Entretien réalisé par Marième Dacosta. Lieu : Les Francophonies – Des écritures à la scène (Limoges), le 25 septembre 2021.
Crédit: theatre-contemporain.net / Les Francophonies – Des écritures à la scène. Permalien: https://www.theatre-contemporain.net/video/Entretien-avec-Odile-Sankara-pour-Et-que-mon-regne-arrive

Interroger le corps des femmes au plateau

La scène est divisée en deux. Côté jardin, l’appartement de la professeure Osimore. Côté cour, un espace qui devient tour à tout un bar, un dressing. Le vis-à-vis entre ces deux lieux devient symbolique de l’expérience africaine : d’un côté l’appartement propre et ordonné de la professeure, de l’autre, là où le mouvement se produit, l’appartement qui devient bar, puis dressing, autant d’univers que traverse une jeunesse en mouvement.

Le personnage de la professeure Osimore représente un point de vue à la fois plus ancien et plus établi. La professeure est une voix qui a su se faire entendre, et un modèle pour les jeunes femmes comme Tedoxe. Intellectuelle sollicitée ayant fait ses preuves, elle exprime son désarroi face aux combats des femmes d’aujourd’hui. Elle souligne les contradictions qu’elle observe chez les jeunes femmes modernes, qui, selon elle, se trompent de combat. Elle y voit une volonté de se substituer aux hommes tout en continuant à chercher leur regard et approbation, au lieu de trouver le pouvoir du féminin par lui-même. Cette question semble pour elle résolue et sa vision arrêtée, tant et si bien qu’elle incarne un certain retour à l’ordre tout au long de la pièce, telle une sorte de guérisseuse, que cela soit en remettant de l’ordre dans les pensées de Tedoxe ou en rétablissant la balance entre féminin et masculin en faisant renaître la relation des deux autres personnages à la fin de la pièce. Elle doit pourtant affronter d’autres questionnements. Lorsque l’on a une voix, de quelle manière la faire entendre, et auprès de qui ? Est-ce en portant la robe beige occidentale arborée dans la première scène dans la sororité planétaire ou, en la recouvrant d’un boubou et en mettant l’Afrique pleinement dans le débat ?

En face, Tedoxe, l’autre personnage féminin, adopte une posture toute différente. Admirative de la professeure, elle représente une vision plus jeune, plus moderne et en mouvement, parfois jusqu’au désordre. Cherchant sa place en tant que femme, elle est toujours perturbée par les hommes de sa vie aux discours et attitudes contradictoires. L’un la fuit, l’autre la suit, et le dernier la guide malgré son absence. Selon elle, dans un binôme homme-femme, les femmes sont toujours perdantes ; il est donc temps de renverser la balance. Mais comment soutenir ce discours tandis qu’elle arbore sa paire de talons hauts tout le long de la pièce, pour courir après un homme jusqu’à en perdre connaissance ?

Le seul homme de la pièce se situe au milieu de cela, dans l’incompréhension de cette gent féminine qu’il côtoie. Il est à la fois diabolisé et transformé en objet sexuel. Est-ce donc cela la phallocratie, cette dangereuse menace, un homme perdu, désemparé, dépassé, qui se retrouve seul accoudé à son bar ? La charge mentale semble ici renversée… Léonora Miano préfère la contradiction au manichéisme, et cette hybridation des visions est présente dans l’écriture des personnages comme dans leur jeu. Pas de gentil ou de méchant, simplement des visions à interroger. Les acteurs dépassent soudain l’espace scénique et s’écrient « Approchez ! Approchez ! », haranguant les spectateurs en leur demandant de se situer dans ces alternatives impossibles.

Une tension se dégage entre le texte, qu’Odile Sankara qualifie elle-même de « hautement littéraire »[2], et la théâtralité. Un subtil équilibre était nécessaire pour mettre la dramaturgie « au service du texte » et trouver « l’endroit du théâtre sur le plateau ». Une place essentielle est accordée au son : les spectateurs sont entraînés dans un univers musical puissant, des classiques du continent jusqu’au jazz cher à l’autrice, qui vient teinter la narration en évoquant l’expérience afro-descendante. Ces questionnements sont retranscrits dans le corps, puisqu’Odile Sankara a collaboré avec le chorégraphe Salia Sanou sur des passages dansés. Les personnages dansent longuement, seuls ou en duo, entre les scènes, durant les changements de décors ou de costumes. Ces moments ajoutent du mouvement, de la respiration et du jeu, faisant entrer du théâtre dans ce texte. La place accordée à l’introspection est grande dans le texte de Léonora Miano, et ce travail chorégraphique, notamment autour du personnage de Tedoxe, illustre ces tourments et blessures intérieurs. Ainsi, le solo de danse qui précède le monologue adressé à son père prend le spectateur par surprise, mais lui donne également les clés de compréhension du personnage, qui semble à la recherche de direction et de repères.

Concernant toujours l’aspect visuel, les costumes évoquent directement les enjeux de la pièce : ils retranscrivent les identités qui se superposent chez les personnages et la manière dont ils les combinent, et contribuent à interroger les rapports des personnages entre eux. Tandis que l’homme est campé en costume trois-pièces, la garde-robe de Tedoxe évolue tout au long de la pièce, et notamment dans la scène où elle cherche ce qu’elle portera pour rencontrer la professeure : elle se compose de robes et de jupes féminines et colorées de wax et de bazin, mais également de pantalons. Son style est très affirmé. La professeure, elle, est prise, au sens propre comme au figuré, entre la robe à l’occidentale et le boubou : elle commence la pièce dans une robe beige à laquelle elle ajoutera un pardessus inspiré d’un boubou. Cette thématique de la pluralité des identités est particulièrement présente dans l’œuvre de Léonora Miano qui se dit elle-même « afropéenne », notion qu’elle théorise dans son ouvrage Habiter la frontière[3].

À cela s’ajoute une interrogation de la place accordée au passé, aux traditions, notamment lorsque, dans les pensées de Tedoxe, la professeure devient une sorte de conscience aux airs d’impératrice africaine tout de blanc vêtue et couronnée de cauris, ce qui qui n’est pas sans rappeler les voix de Rouge Impératrice[4]. La société mise en scène est difficilement situable, sans précision géographique.

Les formes du règne

La pièce nous interroge sur les rapports de pouvoir et ce qu’ils engendrent. Quelle voie de sortie pour une catégorie subordonnée ? Si le dominé devient dominant, le rapport de force a-t-il réellement changé, ou est-ce le même avec d’autres acteurs ? Tout au long de la pièce, la question du règne et de la forme qu’il prendra se pose. Les femmes veulent élever leur genre à un statut royal, mais semblent en mépriser les principaux éléments : ainsi, la professeure Osimore déplore dans ses répliques ces femmes qui veulent s’émanciper en laissant derrière elles leur féminité. La question que j’aurais aimé poser à la professeure à plusieurs reprises et par la même occasion à l’autrice est : qu’est-ce donc que le féminin ? Quel est ce répertoire ancien et puissant d’où viendrait le véritable pouvoir des femmes, et qui préviendrait celles-ci d’aller chercher leur affirmation inutilement dans le répertoire masculin ? Mais si ces répertoires sont eux-mêmes le produit d’une société inégalitaire, pourquoi puiser des solutions dans des catégories elles-mêmes issues du problème ? De la même manière, le discours de Tedoxe est lui aussi faillible : est-on réellement émancipé si l’on agit par rapport à ses dominants ? Vouloir remplacer les hommes, est-ce vraiment le début d’un règne féminin, ou plutôt l’abaissement des femmes aux mêmes procédés qui jadis les infériorisaient ? À travers des thèmes comme l’amour, le travail, ou la sexualité ces questions de genre gagnent en complexité et la pièce nous propose différents chemins vers un même objectif.

Dans une des scènes, Tedoxe effectue un parallèle intéressant, montrant comment la pièce ne se limite pas à la question de la femme, mais souligne l’intersectionnalité des combats, et le caractère pluridimensionnel de l’œuvre de Léonora Miano. Le personnage évoque les hommes de pouvoir qui ne font rien pour leur population et qui pourraient aisément être transformés en marionnettes, tant seul le maintien de leur statut leur importe. Une autre domination est également à renverser pour le règne, non simplement de la femme, mais de toutes les femmes, y compris la femme africaine. Le personnage de la professeure doit en effet faire face au diktat de l’universalisme européo-centré. Comment faire entendre la voix d’une Afrique qui se dit de l’intérieur et s’inscrire dans un féminisme efficace dans le quotidien de la femme africaine, quand le seul moyen d’être écouté dans des colloques semble être de s’accorder au discours de féministes occidentales, qui lui demandent de s’inscrire dans une sororité planétaire ? Cette intrigue qui ouvre et ferme la pièce montre les limites qui se présentent même pour une femme qui semble avoir réussi à asseoir son règne et à dépasser cette lutte contre la domination masculine. Lorsque l’on a une voix, à quoi doit-on se plier pour la faire entendre ? C’est la question qui se pose à la professeure. La fin nous permet de trancher : il faut « s’inspirer des Africaines pour restaurer le féminin ».

Léonora Miano illustre la beauté et la complexité de la pluralité des combats d’un hypothétique règne féminin. Impasses professionnelles, sociales, amoureuses, ce sont surtout les idées reçues, les stéréotypes et les traumatismes intimes qui constituent des obstacles à l’émancipation. Et c’est en pénétrant dans l’intime et dans la psychologie des personnages que l’autrice montre que l’introspection que l’on retrouve souvent dans son œuvre est salvatrice.

C’est donc à un règne conscient de son passé et de son présent, qui collabore sans dominer, qui émancipe sans occulter, qui interroge et n’oublie pas, que nous propose la pièce Et que mon règne arrive. Un règne qui ne se dit ni se raconte et qui ne se définit par rapport à rien d’autre qu’aux femmes qui le portent et aux hommes qui les accompagnent.


Notes

[1] Le nom « Burkina Faso » vient de la combinaison de deux mots dans deux langues principales du pays, il signifie « la patrie des hommes intègres ». Il a été pris en 1984 par le pays anciennement appelé Haute-Volta sous le régime de Thomas Sankara.

[2] Dans son entretien filmé donné à l’occasion du festival Les Francophonies : https://www.theatre-contemporain.net/video/Entretien-avec-Odile-Sankara-pour-Et-que-mon-regne-arrive.

[3] Léonora Miano, Habiter la frontière. Montreuil : Arche éditeur, Collection, « Tête à tête » 2012. Voir : https://www.arche-editeur.com/livre/habiter-la-frontiere-546.

[4] Léonora Miano, Rouge Impératrice, Paris : Grasset, 2019. https://www.grasset.fr/livres/rouge-imperatrice-9782246813606.




Citer ce billet
Jonathan Ndjodo (2023, 7 octobre). Conjuguer l’Afrique au féminin. À propos de Et que mon règne arrive, de Léonora Miano, mise en scène d’Odile Sankara. Esquisses. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o5d7

Jonathan Ndjodo

Jonathan Ndjodo est étudiant à Sciences Po Paris.

More Posts

Jonathan Ndjodo

Jonathan Ndjodo est étudiant à Sciences Po Paris.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search