Conservation et restitution des œuvres au Cameroun. Entretien avec Terence Besaka

Musée national du Cameroun.

Terence Besaka est conservateur au Musée national du Cameroun, situé à Yaoundé, et responsable des collections en réserve. Durant trois mois, de septembre à décembre 2023, il a bénéficié d’une immersion professionnelle au Musée d’Aquitaine de Bordeaux dans le cadre du programme Résidence culture porté par le ministère français de la Culture.
Titulaire d’une Maîtrise en Archéologie et en Gestion du patrimoine culturel (obtenue au Cameroun) et d’un Master en Tourism Management (obtenu en Inde), Terence Besaka a rejoint le Musée national en novembre 2014.
Entretien mené par Épiphanie Prost, chargée de communication du laboratoire Les Afriques dans le monde, avec Bérénice Jamme, chargée du centre de ressources et d’appui à la programmation de l’Institut des Afriques (Idaf).
Esquisses remercie M. Besaka pour les photographies qui illustrent ce billet.

Terence Besaka, en quoi consiste votre collaboration avec le Musée d’Aquitaine ?

Nous travaillons actuellement sur une collaboration partenariale pour la recherche de provenance et la documentation sur les collections camerounaises présentes au Musée d’Aquitaine.

Nous collaborons également dans le cadre de l’organisation d’expositions conjointes, ce que nous faisons déjà avec d’autres musées occidentaux. Aussi, nous travaillons en termes de renforcement des capacités dans les domaines de la gestion des collections, le développement des publics, la médiation, le parcours muséographique, etc.

En quoi consiste concrètement votre travail à Yaoundé ?

Un musée existe parce qu’il a des collections. Ces acquisitions se font par achat, legs ou dons, mais aussi par des dépôts, saisies ou rétrocessions des fouilles archéologiques notamment de la part de particuliers, d’entreprises, d’institutions et de communautés qui veulent valoriser leur patrimoine culturel. Elles font alors appel au Musée national et c’est à nous de bien les conserver pour les générations futures.

Pour que ces collections soient bien valorisées et puissent être présentées au public, il existe des moyens et des techniques pour la conservation préventive : dépoussiérage, suivi (monitoring), inventaire, récolement, documentation, mais aussi traitement des infections. En effet, nous sommes dans une zone équatoriale et il faut protéger nos collections, surtout contre les insectes.

De quoi sont composés ces dons ou ces legs ?

Le contenu du Musée national varie beaucoup car le Cameroun a connu différentes périodes. Nous avons des collections classées par matériaux (bois, métal, terre argileuse, pierre, ossement, verre, calcaire, peau d’animaux, plastique, papier, fibre végétale, coquille etc.). Et nous avons des collections classées par catégories. À savoir :

  • les vestiges archéologiques de l’âge de la pierre taillée, de la pierre polie, puis de l’âge des métaux, issus de différentes fouilles effectuées par des chercheurs camerounais et étrangers ;
  • les instruments de musique patrimoniaux du Cameroun ;
  • les coiffes royales, les parures et tenues patrimoniales ;
  • l’architecture vernaculaire ;
  • l’art contemporain.

Nous détenons aussi :

  • des objets ethnographiques tels que des poteries et des calebasses qui sont d’anciens objets usuels de différents peuples du Cameroun ;
  • des fonds photographiques qui retracent l’histoire du Cameroun : économique, politique, culturelle, sportive, religieuse pendant la période coloniale, puis la période de l’indépendance (années 1960 jusqu’à nos jours) ;
  • des armoiries qui représentent le pouvoir et l’État du Cameroun.
  • enfin, des éléments sur la diversité culturelle, ethnique, vestimentaire, environnementale, nutritionnelle, etc.

Le Musée national est la vitrine par excellence de cette diversité du Cameroun, « l’Afrique en miniature », ce qui est notre force. La culture est considérée par le Président de la République du Cameroun, Son Excellence Paul Biya, comme étant le « ciment de l’Unité nationale ». Nos collections représentent les quatre aires culturelles du pays, à savoir Sawa (régions du Littoral et Sud-ouest), Grassfields (régions de l’Ouest et Nord-Ouest), Fang-Beti (régions du Centre, Sud et l’Est) et Soudano-Sahélienne (régions de l’Adamaoua, nord et l’Extrême-nord) et à ses 200 ethnies. Mais le musée ne se limite pas au seul Cameroun, nous avons des collections venant d’autres régions d’Afrique, comme des peintures de l’école de Poto-Poto du Congo à Brazzaville ou des dons de l’Ambassade de l’Égypte, les œuvres d’art du Nigeria, du Gabon, etc. Nous avons aussi des collections qui viennent d’autres lieux et qui sont exposées en partenariat.

Quelles différences voyez-vous entre les deux musées, celui de Bordeaux et celui de Yaoundé?

Je vois des différences et des similitudes aussi. Le Musée d’Aquitaine est beaucoup plus avancé en termes de technologie. Il est bien protégé, plus grand, avec un grand volume de collections et il compte plus de personnels et de budget. L’organisation et le fonctionnement sont différents : l’un est régi par la mairie de Bordeaux, le nôtre est régi par l’État du Cameroun, c’est-à-dire qu’il est directement lié au ministère des Arts et de la Culture. Chacun a sa gestion des collections et ses lois.

Dans les espaces d’expositions, nous avons presque les mêmes techniques de présentations des collections au public dans les boxes vitrés, avec des cartels et des spots. Pour le public déficient visuel, le braille a été développé dans le musée aquitain, alors que nous avons plutôt développé les audio-guides. En ce qui concerne nos réserves, nous sommes en train de les moderniser pour correspondre à un standard international (avec le soutien de l’Agence française de développement (AFD) via Expertise France pour l’accompagnement technique).

En termes de similitudes, ce sont des bâtiments qui n’ont pas été conçus pour être des musées. Ils ont été transformés ou affectés à cette fonction. Le Musée d’Aquitaine était initialement une université et le Musée national de Yaoundé était l’ancien palais présidentiel, et avant encore le palais du gouverneur français.

Quels publics recevez-vous généralement au Musée ?

Le public est diversifié. Nous avons un public jeune scolaire, des familles, des touristes, car l’un des premiers sites touristiques de Yaoundé est le Musée national, un lieu chargé de mémoire et d’histoire.

Nous avons mis en place un package famille, et le jardin (esplanade) pour la promenade-découverte attire beaucoup les familles.

Quel est le contexte muséal au Cameroun ?

La carte muséale au Cameroun comprend des musées publics, privés et communautaires. Le Musée national est le bras circulaire de l’État au niveau national.

Je peux citer le cas d’une vitrine que nous avons sur « Les peuples de la forêt ». Celle-ci permet de faire le lien et de donner de la visibilité au Musée ethnographique des Peuples de la Forêt[1], un musée privé qui se trouve dans la ville de Yaoundé.

Nous accompagnons et assistons techniquement et matériellement d’autres musées. Par exemple, lorsqu’un incendie a touché le musée régional de Bamenda, les collections ont été transportées et conservées dans nos réserves.

Quels sont vos principaux partenariats internationaux ?

Au niveau international, nous avons un partenariat avec le bureau multisectoriel de l’Unesco pour l’Afrique centrale, basé à Yaoundé, qui nous a soutenus dans l’inventaire et la numérisation de nos collections et aussi dans la réalisation du musée virtuel.

L’Égypte est l’un de nos partenaires de longue date, grâce à leur donation d’œuvres de l’Égypte ancienne.

En France, nous avons comme partenaires :

  • L’Agence française de développement dans le cadre du Contrat de désendettement et développement (C2D) culture pour une assistance technique et matérielle jusqu’en 2024 ;
  • L’Institut français du Cameroun avec son apport sur l’exposition Memoria (dont l’IDAF a aussi été partenaire)[2] ;
  • Le Musée du Quai Branly est également un partenaire clé, surtout dans l’élaboration de l’organigramme, le projet scientifique et culturel, la restitution des biens culturels et la résidence culture.

Nous préparons une grande exposition avec les collections du Cameroun qui sont au Musée d’Angoulême.

En Allemagne, le MARKK Museum de Hambourg a reçu l’exposition Hey Hamburg! Do you know Douala Manga Bell ? [archive][3] qui sera transférée au Musée national du Cameroun en 2024…

Nous avons aussi des partenariats africains : par exemple, au Bénin, avec l’École du patrimoine africain, à Porto Novo dans le cadre du renforcement des capacités.

Nous envisageons de renforcer la coopération avec le Tchad, le Sénégal, le Nigeria, le Gabon, le Congo Brazzaville, etc.

Enfin, en Asie, le Musée national est en coopération avec la Corée du Sud à travers l’exposition conjointe en 2019 et 2022 sur la broderie et les masques.

Le Musée national du Cameroun a-t-il une politique de décolonisation des collections et des pratiques muséales ?

Le Musée encourage l’utilisation des méthodes endogènes (traditionnelles) pour la conservation et la restauration, qui reste toujours très importante. Dans les salles des réserves, il y a des objets contaminés, et d’autres qui ne le sont pas parce que nous avons bien traité le bois et protégé les objets non contaminés.

Ces méthodes sont donc au centre de nos préoccupations, mais les méthodes exogènes (modernes) viennent aussi compléter celles-ci. Par exemple, pour l’inventaire, nous utilisons encore des registres manuscrits. On ne peut pas abandonner du jour au lendemain, alors il faut faire la part des choses avec la numérisation.

Le Bénin, un de vos pays partenaires, s’est vu restituer quelques œuvres en 2021[4]. Comme son voisin, le Cameroun a-t-il une politique de restitution de ses œuvres ?

Au Cameroun, le Président de la République du Cameroun a ordonné le Comité interministériel chargé du rapatriement des biens culturels camerounais illégalement exportés à l’étranger, actuellement opérationnel[5]. Ce comité interministériel est sous l’égide du Premier ministre. Le président de ce comité est le ministre des Arts et de la Culture, le vice-président est le ministre des Relations extérieures. Les membres sont des représentants des institutions partenaires, des communautés demanderesses et les activistes/société civile.

Le quotidien de ce comité est régi par un secrétariat technique qui est coordonné par le directeur du Musée national. Je fais moi-même partie du personnel d’appui à ce secrétariat technique.

Depuis 2022, année d’installation dans les fonctions, deux missions ont été menées par des membres du comité dans le but d’identifier, de recenser et de cartographier les institutions qui ont des collections venant du Cameroun. Cette première phase a permis de recenser des milliers d’objets en France et en Allemagne.

Si l’on remonte un peu l’histoire, dès 1973, un objet sacré et volé a été restitué au Cameroun : la statue Afo-a-Kom[6]. Le Cameroun fut ainsi l’un des premiers pays africains à avoir obtenu une restitution.

Concernant la population camerounaise, est-ce qu’elle soutient cette démarche de restitution de ses œuvres ?

Les Camerounais ont bien accueilli la création de ce comité interministériel qui a pour mission de recenser les œuvres du patrimoine culturel camerounais illégalement exportées à l’étranger et de proposer les modalités de leur rapatriement. Faisant suite aux multiples démarches, ces communautés demanderesses, ont obtenu le très haut accord du chef de l’État pour engager les négociations avec les responsables des structures détentrices des œuvres et objets d’art. À cet effet, toutes les demandes de restitution des biens culturels sont adressées au comité interministériel qui se charge de la suite.

À ceux qui disent que les pays d’origine de ces œuvres ne sont pas en mesure de récupérer et de conserver correctement ces œuvres, que répondez-vous ?

Pour le cas du Cameroun, les mesures ont été prises pour bien accueillir et conserver ces œuvres qui vont arriver. Il faut aussi préciser que ces œuvres ont été initialement fabriquées, utilisées et conservées dans ce même milieu, contexte et climat.

La restitution se fait entre les États et non entre les musées. Les œuvres sont donc dans un premier temps accueillies par l’État du Cameroun qui est habilité à le faire. Elles peuvent ensuite être restituées directement à leurs propriétaires (communautés ou individus ou familles) sur leur terre natale. Par exemple, la statue de la déesse Ngonnso qui était utilisée de façon sacrée au Cameroun, et qui s’est retrouvée à Berlin, sera rendue au peuple Nso[7]. Sur proposition des propriétaires, les objets peuvent aussi être conservés dans un lieu public, comme le musée.

Nous avons d’ailleurs un projet de développement muséographique sur le territoire national pour accroître le nombre d’institutions muséales. Si ces collections reviennent, il y a aura toujours les espaces pour bien les conserver. Et comme ces objets reviennent à leur terre natale, ils vont s’adapter à leur climat, surtout pour les objets sacrés qui peuvent continuer à être utilisés pour ces fonctions.

Nous avons cette culture en Afrique : « Avant d’accueillir ton fils, tu prépares là où il va dormir ». Après toutes ces années, nous avons eu le temps de préparer.

Photographies (© Archives du Musée national du Cameroun)


Notes

[1] https://museedespeuplesdelaforet.com/ [archive].

[2] « Exposition – Memoria : récits d’une autre Histoire ». https://institutdesafriques.org/blog/exposition-memoria-recits-dune-autre-histoire/ [archive].

[3] Catalogue : Suy Lan Hopmann, et Fiona Siegenthaler (éd.), Hey, Do You Know Rudolf Duala Manga Bell? Hey! Kennst du Rudolf Duala Manga Bell? (Hamburg : MARKK, 2021).

[4] Voir « Nous avons décidé avec le Bénin de ne pas faire les restitutions des objets royaux en catimini », entretien avec Emmanuel Kasarhérou, propos recueillis par Philippe Dagen et Guillaume Fraissard, Le Monde Afrique, 23 octobre 2021. https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/10/23/nous-avons-decide-avec-le-benin-de-ne-pas-faire-les-restitutions-des-objets-royaux-en-catimini_6099622_3212.html [archive].

[5] Voir par exemple Assiatou Ngapout M., « Objets d’arts illégalement exportés à l’étranger : le Comité interministériel installé », Cameroon tribune, 6 février 2023. https://www.cameroon-tribune.cm/article.html/54892/fr.html/objets-darts-illegalement-exportes-letranger-le-comite-interministeriel-installe [archive].

[6] Voir Alessandro Chechi, Anne Laure Bandle, Marc-André Renold, « Affaire Afo-A-Kom – Galerie Furman et peuple Kom », Centre du droit de l’art, Université de Genève, février 2012. https://plone.unige.ch/art-adr/cases-affaires/afo-a-kom-2013-furman-gallery-and-kom-people/fiche-2013-afo-a-kom [archive].

[7] Kim Chakaneta, « “Mon combat pour ramener notre statue sacrée volée à la maison” – Sylvie Vernyuy Njobati », BBC News Afrique, 22 juin 2023. https://www.bbc.com/afrique/articles/cx055jvy7v7o [archive].



Citer ce billet
Aurore Épiphanie Prost (2024, 31 janvier). Conservation et restitution des œuvres au Cameroun. Entretien avec Terence Besaka. Esquisses. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vq5t

Aurore Épiphanie Prost

Aurore Épiphanie Prost est chargée de communication et animation des réseaux pour le laboratoire Les Afriques dans le monde.

More Posts - Website

Aurore Épiphanie Prost

Aurore Épiphanie Prost est chargée de communication et animation des réseaux pour le laboratoire Les Afriques dans le monde.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search