Approvisionnement des marchés et des supermarchés de Douala en avocats

Cameroon – Day in the life of Christine Banlog, market woman. Photo: UN Women/Ryan Brown. CC BY-NC-ND. https://flic.kr/p/2ge54rH.

Ce texte est issu du Programme « Villes et systèmes alimentaires durables » (VISA), mené par Sylvain Racaud. Voir : https://www.lam.sciencespobordeaux.fr/projet-villes-et-systemes-alimentaires-durables-visa/ [archive].
Junior Fotse est étudiant en master à l’université de Dschang au Cameroun. Aristide Yemmafouo est professeur de géographie à l’Université de Dschang. Sylvain Racaud est maître de conférences en géographie à l’Université Bordeaux-Montaigne et membre du laboratoire Les Afriques dans le monde.

Diversification des points de vente à Douala, opportunité pour l’avocat de l’Ouest ?

Douala, métropole de plus de trois millions d’habitants, connaît une croissance démographique forte avec un taux annuel moyen de près de 5 % sur les 30 dernières années (INS, 2019). La capitale économique du Cameroun est aussi attractive pour les investisseurs qui y voient un marché de consommation important et croissant. L’arrivée d’acteurs transnationaux de grande distribution illustre cette évolution (Airault, 2023 ; Nonos, 2018). En effet, depuis une dizaine d’années, des enseignes européennes dont Carrefour, Super U, Casino, Spar se développent dans cette ville, sous le regard bienveillant du gouvernement camerounais (Mincommerce, 2020). La gamme des produits alimentaires vendus dans ces magasins recouvre des marchandises importées et des produits cultivés au Cameroun. Par conséquent, ces enseignes constituent un débouché pour une partie de la production locale en particulier celle provenant de la région de l’Ouest Cameroun, bassin agricole majeur.


Figure 1 : Carte de localisation de la zone d’étude. Réalisation : K. Boris. Source : T. Jourda.

Considérée comme le grenier du Cameroun (Cirad, 2023), la région de l’Ouest produit des céréales, du maraîchage et des fruits au rang desquels l’avocat (Bidima, 2016). Ce fruit dont le marché mondial est en croissance (Fruitrop, 2021), est devenu en quelques années « l’or vert ». Objet de controverses environnementales dans des pays du Nord (Courrier international, 2022[1]), ce « super aliment » à la mode est reconnu pour sa valeur nutritionnelle et ses vertus sur la santé (Freshplaza, 2021). Sa production au Cameroun est passée de 55 000 tonnes en 2006 à 74,96 000 tonnes en 2020 (Tridge, 2023).

Les avocats font partie de l’alimentation et des systèmes de cultures dans la région de l’Ouest en particulier dans le département des Bamboutos, du Noun et de la Menoua. Les superficies autrefois occupées par les caféiers et les cultures vivrières sont en augmentation constante (Lompa, 2019). Fruit hautement sollicité, l’avocat est devenu un aliment prisé dans les marchés et les secteurs de la grande distribution.

À partir de l’avocat, culture patrimoniale et globalisée, ce travail vise à renseigner les effets de la diversification des points de vente – développement des supermarchés – sur les circuits d’approvisionnement alimentaire à Douala.

L’approvisionnement alimentaire urbain

Les chaînes d’approvisionnement urbain diffèrent en fonction de l’échelle, de la technologie, de l’origine des produits et de la périssabilité (Moustier et al, 2021). À l’image d’un grand nombre de métropoles africaines, l’approvisionnement de Douala en vivres frais est assuré par une myriade d’acteurs privés et relève de circuits relativement courts. La figure du commerçant, en particulier du grossiste ou de l’intermédiaire, assure l’essentiel de la régulation de l’approvisionnement urbain (Hatcheu, 2003). Ce dernier est confronté à une insuffisance des infrastructures de stockage et de conservation et à une logistique limitée (id.). Dans des pays des Suds où les supermarchés sont bien implantés depuis plusieurs décennies (par exemple Amérique du Sud, Afrique australe, Asie), la diffusion des supermarchés a engendré des changements organisationnels et technologiques dans des chaînes d’approvisionnement, notamment des formes de contractualisation et l’établissement de normes inédites entre les supermarchés et des fournisseurs de produits agricoles, (Reardon et al., 2004). Dans ce contexte, la diversification des types points de vente conduit à un inégal accès à la qualité alimentaire, les supermarchés mettent en place des normes de qualité (hygiène, traçabilité) absents des circuits des marchés « classiques ». Ceci interroge l’inclusion – et l’exclusion des acteurs (producteurs, transformateurs, fournisseurs, consommateurs, etc.) à ces circuits dits « modernes ».

Objectifs et méthodes

L’objectif est d’analyser les changements dans les circuits d’approvisionnement en avocats à partir d’une étude comparative entre les marchés et les supermarchés de Douala. Dans le cadre d’un travail de master 2, les enquêtes ont été menées[2] entre le mois d’octobre 2022 et mai 2023. Le matériau empirique est issu de 170 questionnaires administrés auprès de producteurs d’avocats dans la région de l’Ouest, de transporteurs, des commerçants, des consommateurs et d’une vingtaine d’entretiens réalisés avec des responsables de marchés et de rayons fruits et légumes de supermarchés à Douala.

Résultats

Un approvisionnement axé sur la modernité et les innovations dans la chaîne des supermarchés

Tableau 1 : Approvisionnement des marchés et des supermarchés

Éléments de comparaison

Marchés

Supermarchés

Circuits d’approvisionnement

Direct et indirect :

-producteurs – marchés de Douala,

-Producteurs – marchés de collecte (marché de Mbouda, marché de Foumbot) – marchés de Douala

Direct et indirect :

-Producteurs-supermarchés,

-Producteur – marchés de collectes-marchés de Douala (marché Sandaga, central) –Supermarchés

Acteurs

-Producteurs,

-Collecteurs,

-Fournisseurs situés dans les marchés de collectes ou « buy and sellam »

-Transporteurs

Entreprises fournisseurs-producteurs agrosoursing logistic (ASL) situé à Bafoussam, fournisseurs non producteurs (concorde à Bafoussam, marché frais, Business coorporation, polyculture au marché sandaga à Douala) qui fournissent des fruits rigoureusement sélectionnés selon les prescriptions du cahier des charges avec les supermarchés.

Variétés

Variétés locales (mars à septembre), variétés améliorées (anaheim, hass, hickson, booth 7, booth 8, peterson, le pollock, le monastaire, l’issofa) selon les périodes (de juillet à février)

-Variétés locales (mars à septembre),

-Variétés améliorées : anaheim, hickson, hass selon les périodes (de juillet à février),

Modèles de livraison et quantités

Avocats livrés en gros, quelques fois sans sélections, livraison en quantité importante : 71,75 tonnes/ semaine.

Avocats livrés en modèles et en pièces les grands et les petits modèles, avocats livrés souvent après mesures. Livraison en quantité moins importante : 0,199 tonnes/semaine

Source : Fotse, 2023.

D’après le tableau, la région de l’Ouest ravitaille les deux dispositifs au moyen des circuits directs et indirects. L’approvisionnement révèle des acteurs très marqués, les marchés sont approvisionnés par les producteurs, les collecteurs, les fournisseurs ou « buy-and-sellam »[3] très dynamiques, les transporteurs en étroite collaboration avec les grossistes alors que les supermarchés sont approvisionnés par des entreprises fournisseurs qui se démarquent par des innovations en termes de modernité, de mains d’œuvre, de technologie et de la logistique (Moustier et al., 2021). Parmi ces fournisseurs se trouve Agrosoursing Logistic (ASL), société de distribution des fruits et légumes située à Bafoussam et créée en 2017. Parti du slogan dénommé « la clé du champ », cette structure est réputée comme un important fournisseur et le principal bassin agricole du pays (Africa Business, 2022). Elle est également devenue une centrale d’achat agricole importante et intervient dans la sous-région Afrique centrale. ASL trie ses produits issus de plus de 200 hectares de plantations, les lavent et les stockent dans les entrepôts. La livraison, après établissement de bons de commande, se fait selon les prescriptions de cahiers de charges définissant des normes d’avocats : lisses, non tendres, propres, respectant un calibre spécifique. Les avocats sont acheminés à travers des véhicules réfrigérés et conditionnés dans des caisses de sorte à garantir la fraîcheur des fruits et à limiter les pertes contrairement à la chaîne des marchés où la livraison implique des quantités plus importantes d’avocats conditionnés dans des sacs. Cette innovation logistique illustre des changements organisationnels et technologiques dans des chaînes d’approvisionnement et l’établissement de normes inédites.

Planche 1 : Modèles d’approvisionnement entre les marchés et les supermarchés. La photo de gauche présente les avocats cultivés dans l‘‘’arrière-pays de Foumbot à l’Ouest, transportés au marché de vivres frais de Foumbot, ils seront acheminés vers les marchés de Douala. La photo de droite montre les avocats sélectionnés par la compagnie ASL en vue de leur expédition vers des supermarchés de Douala. Source : Fotse, 2023

Les prescriptions du cahier de charges entre ASL et les supermarchés prévoient des productions « responsables » à travers un accompagnement financier et technique aux producteurs afin d’améliorer la qualité des avocats et la construction d’une filière « équitable ». On retrouve ainsi des termes de langage du développement durable utilisés pour justifier un engagement social et environnemental d’une entreprise. Ce discours se double d’un programme d’appui et d’accompagnement à la production des fruits et légumes, programme portant sur un réseau de plus de 300 producteurs répartis dans la région de l’Ouest. Les prescriptions du cahier des charges se fondent sur le principe de commerce équitable, qui doit alors assurer des prix plus équilibrés pour le producteur. Pour atteindre les normes de qualité (organoleptiques et sanitaires) et les attentes des consommateurs en matière de fraîcheur, un contrat renouvelable de livraison étalé sur trois jours (mardi, jeudi et samedi) est mis en place. Ce contrat vise aussi à produire des avocats de variétés locales et améliorées (hass, anaheim, hickson) correspondant aux standards attendus dans les supermarchés. De plus, pour assurer la qualité des fruits, des innovations sont mises en place dans la production (usage de la fumure animale 37 %, la fumure végétale 8 % et des intrants chimiques 5 %). En matière de normes sanitaires, les magasins Carrefour market et Super U sont soumis à des contrôles des services départementaux de contrôle qualité et d’inspection[4]. La gamme des produits inspectés recouvre le secteur de l’agroalimentaire en général.

D’autres innovations sont perçues sur les marques, la différence de prix et de modes de commercialisation qui déterminent le niveau de qualité (Moustier et al, 2021). En effet, les supermarchés contrairement aux marchés disposent des marques pour la promotion et la valorisation des avocats du terroir telles que : « avocat local », « avocat made in cameroon ». Ceci est un signe de crédibilité et d’authenticité qui orientent le choix des consommateurs vers ces produits via une construction d’une image de la qualité basée en partie sur l’origine géographique. Cette promotion conduit à des contrats entre le groupe Carrefour (marque détenue en franchise par CFAO Retail[5]), la compagnie fruitière ASL et marché frais tous deux disposant de plus de 400 producteurs du terroir pour assurer un approvisionnement stable du point de vue des quantités et des standards de production.

Le paysage commercial est caractérisé par un circuit « classique », celui du marché et par un circuit dit « moderne », normé par des formes de contractualisation. Dans les marchés « classiques », les avocats sont commercialisés en fruits mûrs et non mûrs dans des conditionnements multiples : filets, tas, paniers et à l’unité. Un filet peut varier de 3 500 à 25 000 F en période d’abondance et de 20 000 à 45 000 F en période de rareté, le tas de 5, 6 avocats est vendu à 2 000 F en période d’abondance et entre 3 000 et 5 000 F en période de rareté. La vente en pièce peut varier de 50 à 500 F et de 300 à 1 000 F Les prix sont donc très fluctuants en fonction de la saison[6]. Or, dans la chaîne des supermarchés, l’offre des avocats est plus stable (Moustier et al., 2021) à cause du caractère homogène et organisé des marchandises. Les prix ne sont nullement affectés par la variation saisonnière en raison de la vente des fruits selon des calibres de sélection spécifiques, mais par des périodes de promotion ordonnées par le directeur des magasins carrefour ou par les promoteurs des compagnies de livraisons. À cet effet, les avocats sont vendus aux prix standards, le grand modèle à 350 F/ pièce et à (300 F en période de promotion), le petit modèle à 200 F et à (175 F en période de promotion), le lot confectionné dans les filets (X2 à 675 F, X3 à 700 F et X4 à 750 F), en kilogrammes (1 200 F). En période d’intense rareté marquée par l’absence de calibres exigés, les avocats sont invendus.

Planche 2 : Modes de commercialisation des avocats. La photo de gauche présente les avocats vendus sur un comptoir en tas de 4 et 5 et dans les paniers au marché Sandaga alors que la photo au centre présente les avocats de petits modèles, et la photo de droite, les avocats de grands modèles vendus à l’unité au supermarché Carrefour Douala Grand Mall. Source : Fotse, 2023.

Cependant, les normes de qualité entre les consommateurs diffèrent en fonction de leurs revenus (Khonje et Qaim, 2019). Les clients dans les marchés ont des attentes portant sur les caractéristiques organoleptiques et liées à l’aspect du produit (couleur extérieure noire et marron, texture intérieure jaune). En revanche, les clients des supermarchés privilégient la propreté du produit et du lieu de vente assimilée à la qualité sanitaire. Ces clients de milieux confortables (45 % ont des revenus supérieurs à 300 000 F dans les supermarchés contre 8 % dans les marchés) estiment ainsi s’offrir une sécurité sanitaire « supposée » des fruits qu’ils achètent.

Tableau 2 : Attentes de qualité des consommateurs par rapport à leurs revenus

Consommateurs de la chaîne des marchés

 

Revenus mensuels

Réponses

Attentes en matière de qualité pour l’avocat

 

 

Effectifs

Pourcentages

 

 

Moins de 50 000 F

13

34,2 %

De texture jaune

 

Entre 51 000 et 100 000 F

13

34,2 %

De couleur noire

 

Entre 101 000 F et 300 000 F

9

23,7 %

De couleur marron

 

Plus de 300 000 F

3

7,9 %

Gros

 

Total

38

100 %

 

 

 

 

 

 

Revenus mensuels

Réponses

Attentes en matière de qualité pour l’avocat

 

 

Effectifs

Pourcentages

 

Moins de 50 000 F

4

10,5 %

De texture jaune

Entre 51 000 et 100 000 F

3

7,9 %

De couleur vert foncé

Entre 101 000 F et 300 000 F

14

36,8 %

Gros

Plus de 300 000 F

17

44,7 %

Propre

Total

38

100 %

 

      
Source : Fotse, 2023.

L’implantation des supermarchés conduit à des modifications organisationnelles, institutionnelles et technologiques des chaînes de valeur agricoles (Reardon et al. 2004). L’exemple de l’avocat illustre ce phénomène et met en lumière des perceptions de la qualité et attentes de consommateurs différentes, entre le marché et le supermarché : « je me ravitaille à super U pour des raisons de salubrité bénéfique pour ma santé » (extrait des propos de Madame Y), « je me ravitaille au marché Nkomondo car les avocats sont de couleur noire et de texture jaune favorable aux purées multiformes » (extrait des propos de Madame L). La qualité présentée ici est bien une construction sociale et commerciale, ancrée dans des perceptions et des stratégies marketing. Ces différents accès à ces secteurs marchands alimentaires, invitent à réfléchir aux inégalités d’accès à des produits de qualité nutritionnelle et sanitaire.


Bibliographie

Africa Business+. 2022. « Les spécialistes des fruits et légumes ASL (ClassM) comptent s’attaquer à Yaoundé. » Africa Business Plus, 21 janvier 2022. https://www.africabusinessplus.com/fr/810833/le-negociant-en-fruits-et-legumes-cedric-judas-asl-compte-sattaquer-a-yaounde/ [archive].

Airault, Pascal. 2023. « La grande distribution tisse sa toile en Afrique ». L’Opinion, jeudi 30 mars 2023. https://www.lopinion.fr/international/la-grande-distribution-tisse-sa-toile-en-afrique [archive].

Bidima, Irénée Modeste. 2016. « Cameroun: Avocat, les Bamboutos principal bassin de production ». La Voix du paysan, 18 juillet 2016. https://www.lavoixdupaysan.net/cameroun-avocat-bamboutos-principal-bassin-de-production/ [archive].

Cirad (Direction régionale Afrique centrale, Yaoundé, Cameroun). 2023. « Cameroun ». Cirad. https://www.cirad.fr/dans-le-monde/nos-directions-regionales/afrique-centrale/pays/cameroun [archive].

Courrier international. 2022. « La face sombre de l’avocat ». Courrier international, 23 juillet 2022. https://www.courrierinternational.com/grand-format/infographie-la-face-sombre-de-l-avocat [archive].

Freshplaza. 2021. « Marché mondial : l’avocat ». Freshplaza, 16 juillet 2021. https://www.freshplaza.fr/article/9339629/marche-mondial-l-avocat/  [archive].

Fruitrop. 2021. « Avocat, bientôt sur le fil ? » Fruitrop, n° 277, septembre-octobre 2021. https://www.fruitrop.com/en/media/Publications/FruiTrop-Magazine/2021/fruitrop-277 [archive].

Hatcheu, Emil Tchawe . 2003. « L’approvisionnement et distribution alimentaire à Douala : logiques sociales et pratiques spatiales des acteurs ». Thèse de doctorat. Paris : Université de Paris 1. https://theses.fr/2003PA010632.

Institut national de la statistique (INS). 2019. Annuaire Statistique de la région du Littoral, édition 2019. Yaoundé : Institut national de la statistique. https://ins-cameroun.cm/wp-content/uploads/2020/01/Annuaire_Statistique_du_Littoral_edition_2019.pdf [archive].

Lompa T. 2019. « Production de persea americana (avocat) et transformation des conditions socio-économiques dans l’arrondissement de Mbouda (ouest-cameroun). » Mémoire de géographie. Université de Dschang.

Khonje, Makaiko, G., et Martin Qaim 2019. « Modernization of African Food Retailing and (Un)healthy Food Consumption. » Sustainability 11, n° 16 : 4306. https://doi.org/10.3390/su11164306.

Mincommerce.2020. « Secteur de la grande distribution, un atout pour la jeunesse camerounaise ». Ministère du commerce – Ministry of Trade. https://www.mincommerce.gov.cm/fr/secteur-de-grande-distribution-un-atout-pour-la-jeunesse-camerounaise [archive].

Moustier, Paule, et Dao The Anh. 2021. « Priorités pour des transformations inclusives du système alimentaire urbain dans les pays du Sud. » Présentation des Journées scientifiques du Sommet des nations unies sur les systèmes alimentaires, 6 juillet 2021. Rome. Actualités du Cirad. https://www.cirad.fr/les-actualites-du-cirad/agenda/2021/priorites-pour-des-transformations-inclusives-des-systemes-alimentaires [archive].

Nonos Frédéric. 2018. Cameroun, l’entrée en force des grandes enseignes occidentales. NewAfrican, 27 novembre 2018. https://magazinedelafrique.com/grande-distribution/cameroun-lentree-en-force-des-grandes-enseignes-occidentales/ [archive].

Reardon, Thomas, Peter Timmer, Julio Berdegue. 2004. « The Rapid Rise of Supermarkets in Developing Countries: Induced Organizational, Institutional, and Technological Change in Agrifood Systems ». Journal of Agricultural and Development Economics 1, n° 4 : 168-183. https://ideas.repec.org/a/fao/tejade/v1y2004i2p168-183.html.

Tridge. 2023. Aperçu du produit Avocat frais  en/ au(x) Cameroun. https://www.tridge.com/intelligences/avocado/CM.


Notes

[1] À partir de l’édition du 15 juin 2022 de l’hebdomadaire Die Zeit.

[2] Période correspondant à la collecte de données empiriques entre la région de l’Ouest et Douala.

[3] Intermédiaires, essentiellement des femmes, entre les producteurs et les commerçants urbains. Elles assurent un rôle majeur dans l’approvisionnement des villes.

[4] Organisme d’inspection départementale chargé des normes et de la qualité, service dépendant de la délégation régionale des normes et de la qualité et exercé par les personnels du Ministère de la santé publique (MINSANTE)

[5] Société multinationale spécialisée dans les secteurs de la distribution automobile, de la gestion des centres commerciaux et supermarchés.

[6] La saison de mars à juin est marquée par une abondance d’avocats sur les marchés, les prix sont alors bas. La saison de juillet à février est par contre marquée par la rareté d’avocats et une flambée des prix de vente.



Citer ce billet
Junior Fotse Kuate (2024, 11 avril). Approvisionnement des marchés et des supermarchés de Douala en avocats. Esquisses. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w7a5

Junior Fotse Kuate

Junior Fotse est étudiant en master de géographie à l’université de Dschang au Cameroun (2023-2024).

More Posts

Junior Fotse Kuate

Junior Fotse est étudiant en master de géographie à l’université de Dschang au Cameroun (2023-2024).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search