Catégorie : Décolonial et universel : perspectives croisées

Cette rubrique regroupe les textes présentés au séminaire « Décolonial et universel ».
Le séminaire Décolonial et universel est coordonné par Michel Cahen, et Elara Bertho, tous deux chercheur et chercheuse à LAM. IL est soutenu par la Maison des sciences de l’homme de Bordeaux et Les Afrique dans le monde.
Le séminaire est collégial, ce qui signifie qu’une large place est faite à la discussion, et à ce que le concept d’universel latéral éveille en nous – comme enthousiasmes ou incompréhensions.
Voir le programme complet : https://www.lam.sciencespobordeaux.fr/seminaire-decolonial-et-universel/
Règles du séminaire Décolonial et universel
Ce séminaire est un séminaire de lectures théoriques et critiques animé par des non-spécialistes. Il ne s’agit pas de produire un savoir « par en haut », mais plutôt de proposer des pistes de lectures de manière horizontale. La personne chargée de l’introduction de la séance présente l’auteur, les concepts clés et des pistes enthousiasmantes pour les collègues. Elle ne dispose pas d’une autorité quelconque sur l’auteur. Elle a donc le droit de dire « je ne sais pas ».           
L’idée est de penser avec les auteurs et non pas contre eux. Il ne s’agira pas de procéder à des lectures pointant tel ou tel défaut, mais plutôt d’essayer de comprendre en quoi cet auteur peut nous servir aux uns et aux autres, par-delà nos disciplines et nos terrains différents.
Le décolonial est entendu comme un concept souple, que l’on pourrait définir comme processus de déprise de la colonialité du pouvoir. Post / dé / anti pourront dialoguer entre eux, l’essentiel étant de dessiner des constellations théoriques pouvant rassembler les chercheurs entre eux.

Amiria Salmond, ontologie maorie et méthodologie décoloniale

Sophie Chave-Dartoen. Ce billet aborde la manière dont Amiria Salmond, anthropologue néo-zélandaise, discute dans deux textes le « tournant ontologique » en anthropologie, apportée par des penseurs se revendiquant du mouvement décolonial. Partant de son expérience et d’un état des lieux de l’anthropologie contemporaine, Salmond pose donc la question suivante : pouvons-nous avoir accès à la réalité des « autres » sans pour autant l’« exploiter » ? Et comment aborder la question des « savoirs indigènes » sans les plier à des formes unilatérales de réductions, coloniales ou post-coloniales ?

Apprendre de Lélia Gonzalez : la catégorie politico-culturelle de l’améfricanité

Luana Antunes Costa. Ce texte vise à présenter un parcours de lecture et de vie par le biais de la pensée de Lélia Gonzalez, intellectuelle afro-brésilienne, anthropologue, professeure, militante antiraciste et anticolonialiste, précurseure du féminisme noir brésilien et membre fondatrice du Mouvement noir unifié (MNU) au Brésil.

Aprendendo com Lélia Gonzalez: a categoria político-cultural de amefricanidade

Luana Antunes Costa. Esse texto pretende apresentar um percurso de leitura e também de convivência com o pensamento de Lélia Gonzalez, intelectual afro-brasileira, antropóloga, professora, militante antirracista e anticolonialista, precursora do Feminismo Negro Brasileiro e membra fundadora do Movimento Negro Unificado (MNU), no Brasil.

Au Sud de l’universel, le plurivers? Penser les études pluriverselles dans une perspective décoloniale avec Arturo Escobar

Mélanie Denef. Arturo Escobar, penseur colombien, a cherché à articuler la pensée décoloniale aux luttes et revendications concrètes menées au Chiapas, en Bolivie ou chez les communautés noires de Colombie. Il plaide pour un programme pluriversel, mettant en avant la diversité des mondes et des savoirs contre les prétentions universalistes de la modernité.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search