Catégorie : Villes et Systèmes alimentaires durables

Le projet Villes et Systèmes alimentaires durables est porté par l’université Bordeaux-Montaigne et l’université de Dschang. Il est coordonné par Sylvain Racaud, rattaché au laboratoire Les Afriques dans le monde et Aristide Yemmafouo. Il bénéficie du financement de la Région Nouvelle-Aquitaine et d’un soutien du fonds P. Castel. L’objectif de ce projet de recherche-action interdisciplinaire est d’analyser la place et le fonctionnement de la filière maraîchère dans le système alimentaire du territoire métropolitain de Douala, ainsi que les impacts et les perspectives métropolitaines d’une démarche qualité pour des filières agricoles. Les activités majeures sont la production de connaissances et la formation d’étudiantes et d’étudiants en niveau master sur les enjeux liés aux systèmes alimentaires urbains. Des ateliers théoriques, méthodologiques et professionnels sont organisés à Dschang, les masters sont co-encadrés par des enseignants chercheurs au Cameroun et en France. Les articles proposés à Esquisses sont des produits des mémoires de master.
Voir : https://www.lam.sciencespobordeaux.fr/projet-villes-et-systemes-alimentaires-durables-visa/ [archive].

Approvisionnement des marchés et des supermarchés de Douala en avocats

Junior Fotse Kuate, Aristide Yemmafouo, Sylvain Racaud. Carrefour, Super U, Casino, Spar : depuis une dizaine d’années, de grandes enseignes européennes de distribution se développent à Douala, capitale économique du Cameroun en constante croissance, sous le regard bienveillant du gouvernement camerounais. Ils s’ajoutent au réseau des marchés traditionnels de la ville. À partir du cas de l’avocat, ce travail vise à renseigner les effets du développement des supermarchés sur les circuits d’approvisionnement alimentaire à Douala et son impact sur le circuit « classique » des marchés.

Quand un produit alimentaire patrimonialisé arrive en ville. L’exemple de champignons de l’Ouest à Douala, Cameroun

Ange Maelle Douanla Lontsi, Vivien Meli, Sylvain Racaud. Le champignon est un aliment patrimonial pour des peuples des Grass fields du Cameroun, comme les Bamilékés dont le taro sauce jaune est un plat sacré. Mais à Douala, la vie urbaine cosmopolite est une occasion de rencontres, d’hybridation de normes et de pratiques alimentaires, où des aliments comme le champignon sont l’objet d’une grande diversification des consommations. A travers cet exemple, ce travail enquête sur ces évolutions et mélanges de cultures alimentaires.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search